La chronique de Bocage

L'Autriche semble être le pays européen le plus répressif en matière de révisionnisme. Nous avons vu, le 15 mars dernier, que tous les magistrats allaient devoir suivre un module d'histoire du XXe siècle et visiter le camp de Mauthausen, et, le 7 mai, que Facebook avait bloqué 401 contenus pour négation de l'Holocauste... Rien de bon pour notre si courageux prisonnier Wolfgang Fröhlich, ingénieur, 64 ans, enfermé depuis août 2007 dans la prison de Krems (sans parler de ses emprisonnements antérieurs, toujours pour révisionnisme).

Le 19 mai Wolfgang Fröhlich nous adressait la copie d'une lettre qu'il venait d'envoyer à la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH en français, ECHR en allemand - on pourra nous réclamer cette lettre en allemand). Il s'agissait de sa quatrième "plainte relative aux droits de l'homme contre la République d'Autriche", les trois précédentes étant restées SANS RÉPONSE ! - Honte à ces juges autrichiens qui ne se donnent même pas la peine de répondre à un homme de grande classe !

W. Fröhlich s'indignait donc de n'avoir pas reçu le moindre accusé réception à ses courriers des 25 novembre 2015, 1er février 2016 et 28 avril 2016. Or, quelques jours plus tard, il écrivait ce qui suit à l'un de nos correspondants allemands (merci à Jacqueline Berger de sa traduction):

Parfois, il existe encore des miracles! La CEDH s'est manifestée à moi d'une manière surprenante par un courrier étrangement court et sybillin accompagné d'un nouveau formulaire de demande de recours en matière de droits de l'homme contre la République d'Autriche ! Mon dernier courrier à la CEDH (ci-joint) et celui de la CEDH se sont donc croisés. Je ne sais pas combien de formulaires je devrai encore remplir !

A Strasbourg, les corbeilles à papier doivent déborder de mes plaintes relatives aux droits de l'homme qui y ont été jetées !

Ainsi on se moque des victimes qu'on prend pour des imbéciles. De plus en plus me vient l'idée que le juge autrichien à la CEDH a bloqué mes requêtes ou plutôt les avait bloquées. On ne doit s'étonner de rien dans ce pays.

Les juges autrichiens vont-ils enfin, un jour, rendre à sa famille cet homme qui, parce qu'il est ingénieur et, qui plus est, ingénieur spécialiste des questions de désinfection (!), affirme que les prétendus gazages dans les camps allemands de la Deuxième Guerre mondiale sont une impossibilité radicale ?

Ne le laissons pas tomber. Voici son adresse (il faut écrire en allemand ou simplement envoyer une jolie carte):

Monsieur Wolfgang Fröhlich
JVA Stein, H. Nr. 46484
Steiner Landstr. 4
A-3504 Krems/Stein
(Autriche)