La chronique de Bocage

Source :
RIVAROL

Nous recommandons à nos correspondants de se procurer la dernière livraison du valeureux hebdomadaire "Rivarol" (19 avenue d'Italie, 75013 Paris), n° 3219 du 21 janvier 2016, disponible dans les kiosques (jusqu'à jeudi prochain) où, entre autres, sa Une attire l'œil par ce titre en haut de page "Que faire maintenant que la loi Gayssot est gravée dans le marbre ?" et par son édito consacré au Pape François.

Dans ce numéro 3 sujets qui intéressent les révisionnistes :

1) Un dossier de 2 pleines pages sur la "Question prioritaire de constitutionnalité" dont on sait qu'elle vient d'être rejetée par le Conseil constitutionnel le 8 janvier. Le journal propose à ses lecteurs "d’une part la réaction de l’auteur de cette QPC, Me Wilfried Paris qui entend désormais déposer un recours devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH)" et, d'autre part, "en intégralité la QPC sur la loi Gayssot dont Eric Delcroix est le principal artisan et qui synthétise des arguments juridiques imparables".

2) Un édito, intitulé "Bergoglio ami des rabbins et des migrants, ennemi de l'Occident", qui, on le verra dans les extraits ci-après, ne laisse plus aucun doute sur l'attitude du Pape vis-à-vis de la "Shoah":

Enfin, le 17 janvier, plaçant ses pas dans ceux de ses prédécesseurs Jean Paul II et Benoît XVI, François se rendit à la grande synagogue de Rome. Sans surprise il y est allé de son petit couplet sur la Shoah, ce qui lui a valu d’être applaudi debout par l¹assemblée (...) : "Au cours de son histoire, le peuple juif a dû faire l’expérience de la violence et de la persécution, jusqu’à l’extermination des juifs européens durant la Shoah. Aujourd¹hui, je désire me souvenir d’eux de façon spéciale : leurs souffrances, leurs angoisses, leurs larmes ne doivent jamais être oubliées. Et le passé doit nous servir de leçon pour le présent et pour l'avenir. La Shoah nous enseigne qu'il faut toujours la plus grande vigilance pour pouvoir intervenir rapidement pour défendre la dignité humaine et la paix."

Qu’on ne compte pas sur les occupants modernistes du Vatican pour dénoncer la persécution frappant les historiens révisionnistes. Ils peuvent croupir en prison depuis bientôt dix ans comme l’ingénieur Wolfgang Fröhlich ou s’exiler loin de leur patrie comme le Français Vincent Reynouard qui nous avouait tristement il y a peu qu’il ne foulerait probablement plus jamais le sol de son pays natal... sauf peut-être entre deux policiers s’il est extradé. Mais la charité de François ne s’exerce pas envers eux ! A cet exil-là, à cette pauvreté, à cette souffrance, à cet isolement, à ce drame, il n’est nullement sensible. (...) Nous disions la semaine dernière que Nuremberg était à la source de quasiment tous nos maux, la cause de notre désarmement moral. Nous pouvons en dire autant de Vatican II qui n’aurait précisément jamais été possible sans Nuremberg et sans la victoire du judéo-capitalisme à l’Ouest et du judéo-bolchevisme à l’Est. Comment ne pas voir cette vérité pour- tant aveuglante ?

3) Les réflexions d'Hannibal sur le philosophe flamand qui veut autoriser le "négationnisme" (n/message du 3/01/2016).