vincent_reynouard_mer_2012.jpg

La chronique de Bocage

Hier 16 septembre se tenait, à la XVIIe chambre correctionnelle du Tribunal de Paris, un nouveau procès de Vincent Reynouard, en son absence, bien sûr.

Voici ce que nous écrit ce jour Vincent :

Hier, mon procès s’est déroulé à la XVIIe Chambre correctionnelle du Tribunal de Paris. En mon absence, naturellement, car je ne veux pas paraître en France, et encore moins dans l’enceinte d’un tribunal. Je suis peut-être naïf, mais pas au point de me jeter dans la gueule du loup. Trois vidéos étaient poursuivies par le Ministère public et la LICRA. Le procureur a réclamé un an de prison ferme et 5.000 € d’amende, la LICRA 10.000 € de dommages et intérêts et d’autres frais de justice.

Je pense qu’il n’y aura pas de surprise: je serai condamné au maximum et basta. Tout est joué d’avance. Mais comment pourrait-il en être autrement ? Il y a une loi et, face à cette loi, je suis un multirécidiviste qui n’a jamais tenu compte des avertissements... Je comprends donc les juges qui se disent: "C’est un incorrigible, il faut dès lors frapper fort."

Naturellement, les juges pourraient avoir une certaine conscience qui jouerait à deux niveaux. Au premier niveau, ils se diraient: "Cet homme remet tout en cause pour délivrer son message. Il ne paraît ni idiot, ni fou, ni criminel... On ne remet pas tout en cause pour une simple haine des Juifs (d’autant plus qu’il n’a aucun motif de leur en vouloir...). C’est donc qu’il est persuadé de ce qu’il dit. Et s’il avait raison ? Dès lors, peut-on condamner ces gens dont la véracité du message sera peut-être reconnue un jour ?" Au deuxième niveau, plus prosaïque, les juges se diraient: "Tout de même, la liberté d’expression n’est pas pour rien..."

Mais force est de constater que, pour de multiples raisons, nous faisons face à des juges dénués de toute conscience: "Il y a une loi, je l’applique d’autant plus sévèrement que vous êtes un récidiviste. Certes, il y a trente ans, vous n’auriez pas été condamné. De même, outre-Manche, vous ne seriez pas condamné. Mais, ici et maintenant, vous devez l’être."

C’est cette absence de conscience qui nous tue. Mais les juges sont-ils bien différents de tous les autres ? Je ne le crois pas. Les juges ne sont que le reflet de cette société individualiste où chacun se trouve étouffé par la routine et l’envie de mener sa petite vie tranquille, sans faire de vagues. Donc, oui, il y a une loi et, une loi, il faut la respecter. Point final, cela ne va pas plus loin.

Ce discours, je l’ai entendu des centaines de fois, de la part de citoyens lambda: "Vous n’aviez qu’à ne pas violer la loi..." Les juges ne font que tenir le même langage au sein de la salle d’audience et avec les pouvoirs qui sont les leurs. J’en reviens donc toujours au même: ce n’est ni le Gouvernement, ni la Justice qu’il faut changer, c’est la masse en premier lieu. Or, il va de soi que c’est un cercle vicieux: car pour changer la masse, il faudrait être au pouvoir, mais pour parvenir au pouvoir, il faudrait que la masse change. La solution ? Une grave crise générale qui fera que la masse réclamera un réel changement, donc qu’elle pourra se tourner vers un vrai mouvement révolutionnaire. Les précédents historiques de manquent pas. L’ennui est que nous n’avons pas le pouvoir de provoquer cette crise. En conséquence, il faut être patient. Et subir la répression pendant ce temps. Mais c’est le lot de tous les révolutionnaires. "Ne venez pas en sauveur, dit le proverbe, vous pourriez être crucifié." C’est très vrai.

Mais pour moi, cela ne change rien. Je poursuivrai ma mission jusqu’au bout.

(Le jugement sera rendu le 4 octobre.)


Nous avons demandé à Vincent des précisions sur le procès en question mais il nous a répondu: "Je ne sais plus non plus de quel procès il s’agissait. Il s’agissait de trois vidéos, mais j’ignore lesquelles. De toute façon, cela n’a aucune importance : la condamnation tombe automatiquement..."

Comme objets de la poursuite nous avions personnellement noté pour cette date dans nos archives : son défi de 5000 euros + 3 phrases prononcées dans 2 vidéos ("Réponse à David Foenkinos" et "National-socialiste et soucieux du bien de l'humanité"). A confirmer.

N'hésitez plus pour soutenir Vincent Reynouard
qui sacrifie sa vie au combat révisionniste.

La boutique SANS CONCESSION.

La plus grande librairie/vidéothèque révisionniste !