La chronique de Bocage

Source :
L'UNION

Et
L'UNION

Voici le résultat du procès d'Olivier Badré (voy. n/message d'avant-hier 3 mars):

"Olivier Badré, conseiller municipal des Hautes-Rivières, a été condamné mercredi par le tribunal correctionnel de Charleville-Mézières à 5 mois de prison avec sursis et 1500 euros d'amende."

Rappelons qu'Olivier Badré avait écrit sur son compte Facebook:

"Chambres à gaz": aucune preuve après 33 ans de recherches. Le 21 avril 2015, nous avons fêté le 33e anniversaire de la création de l'ASSAG, une association fondée en 1982 pour répondre au professeur Faurisson qui, dans une lettre en droit de réponse publiée par "Le Monde" du 16 janvier 1979, réclamait "une preuve, une seule preuve"...

(Voy. n/message du 19/11/2015 intitulé "Poursuivi pour révisionnisme: Olivier Badré")

Un élu jugé pour contestation de crime contre l'Humanité Jeudi 3 mars 2016

Olivier Badré, conseiller municipal des Hautes-Rivières, est jugé aujourd’hui par le tribunal correctionnel de Charleville-Mézières. Il est poursuivi pour "contestation de l’existence de crime contre l’Humanité par parole, écrit, image ou moyen de communication au public par voie électronique, commis du 21 au 30 avril 2015".

L¹ex-candidat du Front national (régionales de 2010) et du Mouvement national républicain de Bruno Mégret (cantonales de 2001), a posté sur Facebook, au printemps 2015, un film bien connu des négationnistes :"Chambres à gaz : aucune preuve après 33 ans d’existence". Les adeptes du professeur Robert Faurisson, antisémite notoire, connaissent la conclusion du film par cœur : "Les chambres à gaz n’ont pas existé, il s’agit d’une simple rumeur. Le massacre par gaz n’a pas existé."

Nous y avons consacré un article dans notre édition du 30 avril 2015. Non sans rappeler que l’élu a, parmi ses "amis" sur Facebook, une flopée de figures ou partis d’extrême droite (ancien SS, néonazis grecs d’Aube dorée, etc.) et qu’il est adepte de la théorie du complot. Il estime par exemple, comme il nous l’avait confié au téléphone, que "l’attentat de Charlie Hebdo a été organisé par la France, comme le 11-Septembre a été organisé par les Etats-Unis".

Quelques jours après l¹article du 30 avril, la brigade de recherche de la gendarmerie de Charleville a ouvert une enquête visant Olivier Badré. Une enquête fouillée qui a conduit le parquet des Ardennes à prendre la décision de renvoyer l’élu devant le tribunal.

La contestation de crime contre l¹Humanité, dite loi Gayssot, du nom du député communiste qui l’a portée, a été promulguée le 13 juillet 1990. La peine encourue est de 45.000 euros et un an d’emprisonnement.

Guillaume Lévy (...tu m'étonnes...)

Note d'un membre incontrôlable et belliqueux de la rédaction :

La persécution systématique exercée par les juifs sur tous ceux qui refusent de se soumettre et de croire aveuglement au dogme holocaustique dure encore et toujours.
Plus jamais quoi déjà? Pardon mais j'ai oublié, encore...et ce malgré l'incessant battage médiatique et mémoriel 24H/24 et 7j/7, quel vilain petit canard je fais...
Tous comme des millions de personnes dans le monde, peut être qu'avec une seule preuve de vos sinistres allégations je serais plus enclin à vous croire...

Je rappelle à ces menteurs shoatiques qu'il est aisé de prouver qu'ils mentent, et pour cela il suffit de consulter la vidéo nauséabonde en question:"Chambres à gaz : aucune preuve après 33 ans d’existence", afin de savoir de quoi il retourne.


source:

Chaine youtube de Vincent Reynouard

Le 21 avril 2015, nous avons fêté le 33ème anniversaire de la création de l'ASSAG, une association fondée en 1982 pour répondre au professeur Faurisson qui réclamait "une preuve, une seule preuve" de l'existence des prétendues "chambres à gaz" homicides allemandes.

D'après ses statuts, l'ASSAG devait être dissoute une fois son objet réalisé, donc une fois la preuve apportée. Or, le 21 avril 2015, elle existait toujours...

On en déduit qu'en 33 ans de recherches, les historiens n'ont trouvé aucune preuve des gazages homicides sous Hitler.