La chronique de Bocage

Henry Hafenmayer, le jeune Allemand héroïque qui écrit à des centaines de personnalités pour dénoncer les mensonges entretenus dans son pays et tenter de sortir ses concitoyens de leur torpeur (voy. notamment sa Lettre I et sa Lettre II), voulant entrer chez lui, a trouvé la serrure changée et cet avis:

A l'initiative de la police de Essen, votre appartement a été ouvert par un serrurier le 1er mars 2016 et de nouveau fermé.
Vous pourrez récupérer la clef de la nouvelle serrure auprès du commissariat de Oberhausen... (avec l'adresse)
"L'autorisation légale pour l'ouverture de votre appartement résulte des documents qui ont été laissés dans cet appartement.

A vrai dire, le 5 février, le juge Timm, du Tribunal de 1re instance de Duisbourg, avait prévenu H. Hafenmayer de cette possibilité de perquisition et le motif invoqué par le juge était le fait qu'il "niait l'existence des camps d'extermination et la mise à mort systématique des personnes de confession juive"...

Résultat: L'appartement a été largement fouillé le 1er mars et la police a saisi (entre autres ?) son ordinateur et son scanner...

Rappelons également que, convoqué par la préfecture de Essen-Oberhausen pour être entendu le 15 février, Henry Hafenmayer avait prévenu celle-ci qu'il ne se rendrait pas à cette convocation (voy. sa Lettre II).