Pour ceux qui auraient raté le train, commençons avec le logo de PEGIDA:

Logo_PEGIDA.jpg

Continuons avec une interview de Pegida france par Daniel Conversano, à la minute 50.43, il nous est rappelé à tous que Pegida combat le nazisme, que c'est dans le logo ou sur les drapeaux de Pegida, que des drapeaux israéliens flottaient avec ceux de Pégida le jour de la commémoration des bombardements de Dresde...

Finissons enfin avec un article de Dreuz info, un site américain conservateur, chrétien et pro-israélien.
L’auteur de l'article, Jean Patrick Grumberg est journaliste, dans les années 70, il a travaillé sous la direction de Georges Wolinski à Charlie mensuel, puis a été chef d'entreprise, lobbyiste.
Il a vécu à Paris, à Los Angeles et à Tel Aviv, et vit entre la Californie et Israël.
Il est contributeur à Dreuz.info et d'autres médias francophones et anglophones...

PEGIDA n’est pas d’extrême droite, avoue à regret une université allemande

L’enquête de l’institut Göttingen d’étude démocratiques de l’université de Göttingen conduite auprès des manifestants de PEGIDA a été obligée d’avouer que le mouvement n’est pas du tout d’extrême droite :

44,8% votent pour l’AFD (Alternative pour l’Allemagne) un parti eurosceptique, favorable à l’UE mais opposé à l’Euro, conservateur et adepte d’une économie libérale qui pourrait s’approcher des Républicains américains, très loin d’une extrême droite donc.
28,5% votent CDU/ CSU, les deux principaux partis conservateurs allemands, là encore, pas vraiment des néo-nazi.
35% ont un diplôme universitaire, et 0,6% n’ont aucun diplôme.
Seulement 7,1% sont des ouvriers.
37,3% ont le statut de salarié ou indépendant.
77% ont actuellement un emploi.
9,2 sont des retraités.

Pourtant les médias sont unanimes à qualifier PEGIDA de parti néo-nazi. Mais c’est parce qu’ils doivent vanter la politique immigrationniste et que PEGIDA la dénonce.

Comme toujours, les médias sont à prendre avec beaucoup de recul, même si parmi eux se trouvent d’ignobles personnages (un d’entre eux s’est fait un selfie grimé en Hitler, et il a été exclu du mouvement).

Souvenez-vous : avant, les médias niaient l’immigration, c’était un fantasme de xénophobe. Puis ils n’eurent pas d’éloges pour les joies du vivre ensemble. Aujourd’hui ils affirment que les populations doivent accepter la réalité que l’Europe est devenue multiculturelle.

La prudence s’impose donc.

Les néo-nazis ne portent pas les juifs dans leur cœur, c’est un euphémisme. Regardez, au beau milieu de cette manifestation PEGIDA de Dresde … un drapeau israélien :

Pegida-Dresde-1.jpg

Pegida-Dresde

Imaginer le même drapeau au milieu des manifestations du Front de gauche et des Verts, à Paris, où l’on hurlait « mort au juif », et dites-moi qui sont les néo-nazis.

En revanche, les opposants à PEGIDA appartiennent principalement à la violente extrême gauche antifa néo-fasciste et ennemie de la démocratie.

« Les contre manifestants de Pegida sont des (antifa), des Verts opposés à la démocratie directe » constate l’enquête de Franz Walter, professeur de Science politique à l’université de Göttingen.

Franz Walter : « malgré les limites méthodologiques, nous avons obtenu une image précise de la composition et des comportements d’une portion significative » des contre-manifestants. « 58% n’ont pas d’enfants, »

Reproduction autorisée avec la mention suivante :
© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.