Source :
breizh-info

Site officiel:
mhwl-movie

Cinéma. My Honor was loyalty : un film qui évoque le destin d’un soldat Waffen SS

my-honor-was-loyalty-panter.jpg

23/05/2016 – 07H00 Italie (Breizh-info.com) – « My Honor was Loyalty : Leibstandarte » est le premier film du réalisateur italien Alessandro Pepe. Film indépendant réalisé avec très peu de moyen, il vient d’être présenté au Marché du Film du Festival de Cannes – un grand rendez-vous cinématographique annuel où de nombreux producteurs se pressent pour acheter des films puis les distribuer ensuite.

Réalisé en 2015 en Italie, le film évoque – et c’est suffisamment rare pour être souligné – le destin du sergent Ludwig Herckel, engagé dans la 1ère division SS Leibstandarte durant la Seconde Guerre mondiale. Patriote, dévoué à l’Allemagne et à ses camarades de combat, mais de plus en plus sceptique sur les finalités de la guerre, il va se battre durant les campagnes sur le Front de l’Est (Ukraine, Russie) mais également en Normandie, après le débarquement américain.

Réalisant petit à petit que la guerre va se terminer et que l’Allemagne va perdre la guerre, Ludwig Herckel est alors partagé entre choisir de rester envie et de combattre jusqu’au bout aux côtés de ses amis, ou bien de rentrer chez lui, en Allemagne, afin de retrouver sa femme qui l’attend.

Disons le tout de suite, My Honor is Loyalty est un film d’auteur, indépendant, à petit budget, qui pêche parfois, essentiellement à cause du manque de moyens financiers. Si un Spielberg ( Il faut sauver le Soldat Ryan) ou un Terrence Malick (La ligne rouge) ont reçu des millions de dollars pour leurs films à succès sur la Seconde Guerre mondiale, ça n’est pas le cas d’Alessandro Pepe.

Difficile en effet de trouver de l’argent, lorsque l’on tente de faire un film où le rôle principal est donné aux vaincus et aux maudits de l’histoire que constituent les Allemands, et pis encore, les Waffen SS. « L’histoire est écrite par les vainqueurs » clame une voix féminine au début du film.. Le grand public qui verra le film s’apercevra alors que, dans le camp Allemand comme dans le camp des alliés, les armées comptaient leurs salauds, leurs héros, leurs voyous, leurs idéalistes. Mais avant tout des hommes qui – indépendamment des ordres de leurs chefs – aimaient leur patrie.

Outre l’originalité du point de vue développé par Alessandro Pepe dans My Honor is Loyalty, on notera également une superbe bande son et une excellente prestation du jeune acteur Leone Frisa, qui a assurément un potentiel pour faire une belle carrière d’acteur. Du côté du film, on regrettera – mais c’est sans doute lié au manque de matériel technique – des caméras tremblantes pendant les scènes de batailles. On regrettera également une mise en route trop tardive du film, qui peine à captiver pendant les vingt premières minutes, comme si le réalisateur avait eu du mal à se lancer et à trouver une histoire, pour finalement s’améliorer tout au long du film. On notera enfin chez Alessandro Pepe une graine de Terrence Malick, dans la façon de filmer, de faire s’interroger les personnages sur leur propre sort …

« My Honor is Loyalty : Leibstandarte » est un film courageux – qu’on pourrait comparer, toute raison et budget gardés, à un mélange entre la série Brothers in Arms et La Ligne Rouge. Un film qui se regarde et qui a le mérite d’aborder la Seconde Guerre mondiale sous un angle que jusqu’ici, aucun grand réalisateur américain ou européen n’a eu le courage de prendre. En effet, hormis la série Génération War, voir La Chute, il ne se trouve pas de films récents pour s’intéresser au vécu de la guerre côté allemand. Et impossible de savoir où en est aujourd’hui le projet d’adaptation du livre de Guy Sajer, « le soldat oublié », par Paul Verhoeven ( « de chair et de sang », « starships troopers » …).

Pour le commander en DVD (il n’est pas distribué pour le moment au cinéma) avec les sous-titres (calamiteux) en français, il faut adresser un message sur la page Facebook dédiée au film ou sinon ici.

La bande annonce:

Retrouvez ci-dessous l’interview que nous a donné le réalisateur, Alessandro Pepe :

Breizh-info.com : My honor is loyalty est votre premier film. Pouvez vous nous parler de ce projet ?

Alessandro Pepe : Merci tout d’abord de me donner l’opportunité de m’exprimer. Oui, c’est mon premier film. Le projet de départ est né il y a quatre ans, et devait être au départ un court métrage. Il a été mis en ligne sur Youtube et le succès à été instantané. Nous avons décidé de faire un projet plus long, qui a pris trois ans.
Le film a été réalisé en Italie, Slovaquie, France et Allemagne. Il n y a pas de sponsors ou de producteurs. J’ai payé moi même l’ensemble du projet.

Breizh-info.com : Pourquoi faire un film du point de vue allemand ? N’est-ce pas politiquement incorrect ?

Alessandro Pepe : Ca n’est pas un film politique, c’est simplement le portrait de trois amis de la Waffen SS sur le front. Ce film montre d’ailleurs les crimes allemands bien sûr, mais également les crimes alliés. Il a pour objectif d’enseigner aux gens quelles étaient les mentalités il y a 70 ans, et de leur montrer que la plupart des soldats sur le front ne connaissent rien des camps de la mort.

Peut être qu’une partie des spectateurs trouveront cela irritant, énervant, parce qu’ils ne croient que ce qu’ils ont appris depuis qu’ils sont tout petits. Vous n’entendrez en effet jamais à l’école parler des crimes de guerre commis par les alliés.

Breizh-info.com : pouvez vous nous parler de la réalisation, de votre budget ?

Alessandro Pepe : J’ai du travailler énormément pour recruter des acteurs et des figurants. Mais une fois que le projet a été lancé, tout s’est déroulé plus facilement. De nombreux figurants – passionnés de reconstitution historique – nous ont aidé et nous ont apporté du matériel, des véhicules d’époque … Le groupe le plus important qui m’a aidé pour la réalisation est Progetto900, qui m’a également beaucoup conseillé et épaule pour respecter les informations historiques.
Le budget n’a pas été vraiment défini, mais je n’ai pas dépensé plus de 15 000 €, ce qui constitue toutefois une forte somme d’argent pour moi. J’ai du travailler trois ans très dur pour payer tout cela.

Breizh-info.com : comment est perçu votre film en Italie ? Serez vous programmés en Europe ?

Alessandro Pepe : Je reçois d’excellents retours chaque jour. Beaucoup de spectateurs ont compris l’objectif du film, et son caractère indépendant, fait par nous mêmes.
Le film est désormais distribué en Europe, et même dans le reste du monde.

Breizh-info.com : est-ce-qu’il sera distribué en France ?

Alessandro Pepe : Oui. Une version française est en cours de préparation ! Nous avons hâte ! Merci pour vos questions.

Crédit photo : DR
(cc) Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine