Dans la dynamique de l'action citoyenne initiée par Henry Hafenmayer en Allemagne, nous sommes heureux de mettre à votre disposition, la lettre à destination de la France. Lettre ouverte

Hier en Allemagne, aujourd’hui en France, et demain partout en Europe.
Pour le Peuple, pour l'Histoire, pour la Justice.

Lettre ouverte

POURQUOI CETTE LETTRE OUVERTE?

Notre peuple, notre pays et toute l’Europe sont submergés depuis des mois par un déferlement migratoire. Cela se fait au prix d’un véritable détournement des ressources sociales des pays européens concernés et est mené suivant un plan méthodique à l’application duquel des politiciens criminels, un monde médiatique hypocrite et des autorités judiciaires corrompues prêtent leur concours en toute impunité, tout en profitant de l’argent qui leur est versé pour ces services.

Pourquoi un peuple tolère-t-il d’être délibérément exploité, violé et progressivement anéanti ? Pourquoi ne fait-il pas usage des droits qui sont les siens, pourquoi écarte-t-il les devoirs que lui impose la loi naturelle et pourquoi n’oppose-t-il pas de résistance à ce qu’on veut lui imposer ? A cela, une seule explication: les «obligations morales» résultant de cette culpabilité collective imposée.

Par le biais d’une rééducation mise en œuvre depuis plusieurs décennies par des organisations traîtres à la nation, les manifestations de la pensée et de la volonté du peuple ont été à ce point paralysées que celui-ci ne se rend plus compte qu’il va à l’échafaud. Aveuglé par ce qui lui est dit et focalisé sur le confort matériel, il ne voit plus la réalité. Ce régime malade, où délations et fausse solidarité sont à l’ordre du jour, est fondé sur l’adhésion du peuple français au plus grand des mensonges et sur la pratique autodestructrice que cela engendre.

Regardez attentivement les vidéos qui, en de multiples versions et dans une qualité souvent excellente, dont Internet regorge. Jugez objectivement par vous-même ! Refusez ce réflexe conditionné acquis par des années d'endoctrinement, et enfin posez-vous la question que des milliers de personnes se posent déjà et dont le nombre ne fait qu'augmenter ! Réveillez-vous !

Tous ces gens, qui dans l’ombre s’interrogent, ont peur des dénonciateurs, des persécutions, des poursuites et de la terreur mise en œuvre par cet État de non-droit assisté d’auxiliaires volontaires et bien payés. Les gens ont peur des lois et des mesures administratives qui protègent le mensonge et n’ont d’autre but que de museler ce peuple auquel on dit, sans rire, qu’il est souverain. Et pourtant ces lois qui, en France, permettent de jeter des gens en prison, de les priver de leurs droits, de les tourmenter physiquement et moralement sont sans valeur devant l’Histoire. Alors qu’elles entendent interdire que l’on puisse dire ouvertement d’un danger qu’il est effectivement un danger, elles s’opposent par là même à la volonté naturelle de vie et de survie de tout peuple sain.

Aussi ne devons-nous pas craindre ces lois ni nous soumettre à ceux qui entendent en faire état. Plus il y aura d’hommes intègres et raisonnables aptes à reprendre courage et à montrer à leur entourage qu’ils ne sont pas prêts à poursuivre servilement un chemin qui ne mène qu’au désastre, plus seront nombreux ceux qui, même parmi les plus faibles, trouveront à leur tour le courage de se montrer à leurs côtés. Depuis quelque temps, les tenants du mensonge voient peu à peu leur œuvre s’effriter. Cela les oblige à trouver sans cesse d’autres mensonges, d’autres explications de plus en plus compliquées et invraisemblables qu’il faut protéger par de nouvelles lois répressives si l’on veut que perdure en France cette culpabilité collective imposée. Et pourtant, même s’il est évident que le mensonge est à bout de souffle, les peuples européens n’ont plus le temps d’attendre qu’il meure enfin définitivement. L’Occident est en danger. C’est maintenant qu’il faut agir.

Sortons de notre léthargie, osons enfin penser par nous-mêmes.

AUX REPRÉSENTANTS DU MONDE LÉGISLATIF ET JUDICIAIRE

Pour la plupart, vous savez déjà depuis longtemps où est la vérité. Que vous soyez devenus un outil au service du mensonge pour des raisons matérielles, ou par crainte de vos collègues ou du régime, ou encore par simple malveillance, ce seront aux magistrats de demain de juger de votre culpabilité.

Mais pour ceux qui parmi vous sont demeurés droits et honnêtes, c’est maintenant que vous pouvez aider à faire connaître la vérité et rompre le silence. Ne soyez pas trop sûrs de votre invulnérabilité derrière la mince cloison édifiée par une clique de gens corrompus soucieux de se maintenir au pouvoir. Trop souvent, l’histoire a montré que de telles alliances échouaient. Souvent, en effet, dans ce genre d’associations, certains se découvrent subitement une nouvelle bonne conscience et changent de bord sans se soucier de leurs anciens complices. Si vous ne voulez pas voir qu’une volonté populaire s’oriente progressivement dans une nouvelle voie, continuez à sommeiller. Usez de cette terreur par laquelle vous avez déjà brisé tant de gens qui se sont voués à la cause de la vérité et pour laquelle certains sont morts de votre fait. Profitez de ce (non)droit qui est encore à votre disposition.

AUX REPRÉSENTANTS DES MÉDIAS

La Constitution française garantit la liberté de la presse et donc l'indépendance et la liberté d’information, d’opinion et de critique. Éditeurs, directeurs de publications et journalistes doivent être conscients de leur responsabilité à l'égard du public et de leur devoir quant au crédit qu’on peut accorder à la presse. Ils doivent exercer leur métier de journalistes consciencieusement et avec un souci constant d’objectivité, se référer aux meilleures sources d’information dont ils disposent et ne pas se laisser influencer par des intérêts personnels ou extérieurs. Le respect de la vérité, la sauvegarde de la dignité humaine, la diffusion d’informations vraies sont les premiers devoirs d’une presse digne de ce nom. C’est seulement dans la mesure où les journalistes respectent ces conditions que peuvent être sauvegardées la considération et la crédibilité à accorder aux médias.

A la base d’un journalisme de qualité il y a la recherche de l’information. Quelque soit le support, il convient, avant publication, d’en vérifier le degré de véracité et donc de les diffuser sans s’écarter de la vérité constatée. Conformément aux lois sur la presse et la communication, le sens de l’information ne doit être ni déformé ni falsifié.

Où sont maintenant, je vous prie, les journalistes honnêtes ? Pour la plupart d’entre eux, ils ont été l’objet de pressions et de chantages. Empêchés de poursuivre leur tâche, exclus de la société et pour certains d’entre eux, victimes d’assassinats ciblés.

Beaucoup d’entre vous ont préféré se taire et étouffer leur mauvaise conscience dans la drogue ou l’alcool. Tous ceux qui parmi vous sentent encore en leur for-intérieur brûler une petite flamme de droiture et de fierté ne remarquent-ils pas que de nombreux collègues ou connaissances n’attendent qu’une chose ? Qu’une voix s’élève enfin pour rompre le silence ! Chacun d’entre vous voudrait bien être celui-là. Pour beaucoup le chemin de la vérité est certes toujours là, mais il faudrait oser enfin le prendre.

Allez chercher dans les archives ce qui a été caché pendant tant d’années parce que cela ne s’accorde pas avec le politiquement correct. Si vous voulez vraiment aider le peuple français à se retrouver, chassez ceux qui dans leurs fauteuils directoriaux se font une belle vie avec de l’argent extorqué au peuple. Le caractère mensonger de l’information actuellement diffusée est si évident, vous pouvez constater chaque jour combien sont étouffées des vérités qui font peur à la caste dirigeante puisqu'elle craint avant tout la fin de son pouvoir. Via un internet devenu mondial, par vos collègues des pays voisins, vous ne pouvez que voir et entendre tout ce qui annonce le déferlement d’un futur chaos. Vous aviez jusqu’à maintenant la possibilité de considérer le peuple français comme suffisamment sot pour accepter sans trop rechigner mensonges et humiliations de toutes sortes. Mais il est temps de reconnaître qu'en raison de sa décadence progressive, qui aura comme conséquence, l'effondrement de la civilisation européenne, les fondements sur lesquels reposait votre vie vous ont été enlevés, ainsi qu’à vos familles et à vos enfants.

Réveillez-vous ! Redressez-vous enfin !

AUX REPRÉSENTANTS DES FORCES DE L’ORDRE

Vous êtes actuellement dans notre pays les seules forces à même de défendre le peuple français, fût-ce par les armes. Or c’est à vous qu’on demande de prendre des décisions sous l’égide d’instructions qui se contredisent. Vous devez d’une part veiller au respect de la loi constitutionnelle qui reflète les droits traditionnels et moraux que reconnaît le peuple français. Mais vous devez d'autre part, exécuter des condamnations prononcées par les autorités judiciaires sur la base de lois anticonstitutionnelles qui interdisent au peuple d’exercer librement son droit de parole et d’opinion. Peut-on obliger quelqu’un à prêter serment tout en lui ôtant d’emblée la possibilité de juger ce à quoi il doit obéir ? Comment un fonctionnaire ou autre serviteur de l’État peut-il éviter de se mettre en faute s’il est prié d’agir conformément à une loi puis à une autre ?

Mais combien de temps va-t-il en être ainsi ? Compte tenu de l’insupportable situation actuelle, il ne fait aucun doute que, d'un point de vue constitutionnel, nous avons affaire à une volonté délibérée de coup d'État, un putsch par le haut, par le gouvernement contre le peuple. Dans la mesure où les organes compétents ne peuvent garantir l’ordre et la sécurité individuelle, ils perdent leur droit à exiger l’obéissance de leurs sujets. De quel côté devront se trouver les Forces armées le jour où la résistance explosera et où le peuple français voudra se débarrasser de la dictature ? Tenteront-ils enfin la désobéissance civile ? Est-ce que dans de telles actions où des dizaines de milliers de français seront dans la rue pour la défense de leurs droits, des centaines de représentants des forces de l’ordre oseront se déclarer inaptes au service parce que subitement ils ne seront plus à leur aise ? Que restera-t-il de la bonhomie et de la gentillesse des «contre manifestants» qui une fois payés puis acheminés par bus entiers se vanteront cyniquement d’avoir blessé ou même tué des «enfants de salauds» ?

Le peuple français saura se défendre de tels individus lorsque vous ne les protégerez plus. Il est vrai qu’en tant que force armée en vue du maintien de l’ordre dans le pays vous ne pouvez vous défendre contre les violences de groupes restés dans l’ombre sans qu’une presse faite de haine et de mensonges ne se déchaîne aussitôt contre vous.

Sachez enfin reconnaître ceux qui sont de votre côté ! Et agissez !

AUX REPRESENTANTS DE LA COMMUNAUTE JUIVE

Ne serait-il pas dans l’intérêt du peuple juif de prouver enfin qu’il y a du bon chez lui en montrant aux peuples du monde entier que les générations actuelles ne s’associent plus aux mensonges des générations précédentes. Lors des déportations du passé ce sont toujours les «petits» juifs qui ont le plus souffert, ceux qui ont été chassés de leur patrie d’élection ou qui ont même perdu la vie. Les élites juives avaient fini par reconnaître elles-mêmes qu’elles avaient été trop loin et qu’elles devaient se mettre à l’abri avec leur argent dans un nouveau refuge. Elles laissaient derrière eux les petits et les humbles et tenaient pour mal venu de les prévenir à temps de la prochaine vague de déportation. Où vont-elles émigrer maintenant si de part leurs méfaits, elles doivent quitter les USA alors qu'Israël lui-même ne pourrait tenir longtemps sans le soutien de la force militaire américaine. Que restera-t-il alors comme refuge au peuple élu s’il s’est attiré la haine du monde entier ? Les véritables antisémites ne sont-ils pas plutôt ceux qui, par de tels mensonges, interdisent à leur propre peuple d’avoir une vie paisible? Pour ne citer que les grandes expulsions du dernier millénaire, les anglais en 1290, les français en 1394 et les espagnols en 1492 ont jugé qu’il était nécessaire d’expulser les juifs de leurs pays respectifs.

En est-on à nouveau aujourd’hui arrivé aussi loin?

Peuple ! Debout ! Et que la tempête se déchaîne !

un grain de sable