La chronique de Bocage

Source :
L'express

Allemagne. L'ancien gardien de camp Reinhold Hanning, 94 ans, a été condamné ce matin par le tribunal de Detmold à 5 ans de prison. Le tribunal, présidé par la juge Anke Grudda (un nom qu'il faudra retenir), a estimé que l'accusé, en tant que gardien à Auschwitz entre janvier 1942 et juin 1944, s'était rendu complice de la mort de 170.000 personnes et qu'il savait fort bien que "chaque jour des innocents étaient assassinés dans des chambres à gaz"!!!

Ci-après un article lu sur le site de "L'Express" annonçant le verdict.

Le journal oublie de dire deux choses :

- l'accusé conteste avoir pris part personnellement aux meurtres;
- selon le "Spiegel", le Congrès mondial juif est aux anges : l'accusé "a reçu la condamnation qu'il méritait", a déclaré son président Ronald S. Lauder à New York.

Un gardien d'Auschwitz condamné à cinq ans de prison en Allemagne

La cour a reconnu Reinhold Hanning, ancien SS de 94 ans, coupable de "complicité" dans la mort de 170 000 personnes. L'accusation ne lui reprochait aucun acte criminel précis mais le présentait comme un "rouage" de l'extermination.

Ce verdict pourrait être le dernier prononcé pour les crimes nazis. Reinhold Hanning, un ex-gardien d'Auschwitz, a été condamné à cinq ans de prison par la justice allemande, ce vendredi. Après des décennies de silence, l'accusé avait exprimé ses regrets pendant le procès. "J'ai honte d'avoir laissé cette injustice se produire et de ne rien avoir fait pour l'empêcher", avait-il déclaré dans une confession lue à l'audience par ses avocats.

"Rouage" de l'extermination

La justice entendait sanctionner, pour la première fois, le rôle d'un SS dans "les différentes formes" de l'extermination, allant des chambres à gaz aux exécutions sommaires et au meurtre "par les conditions de vie", notamment la sous-alimentation. Comme pour Demjanjuk et Gröning, l'accusation ne reproche à l'accusé aucun acte criminel précis mais le dépeint en "rouage" de l'extermination. Reinhold Hanning est le troisième accusé d'une vague de procédures entamées avec la condamnation en 2011 de John Demjanjuk, ex-gardien de Sobibor, puis celle l'an dernier d'Oskar Gröning, ex-comptable d'Auschwitz, après des décennies de relative indulgence judiciaire (sic – Bocage).

Un "cauchemar" qu'il a "essayé toute sa vie de refouler"

Reinhold Hanning a écouté avec attention tout au long du procès qui a débuté en février les récits des anciens déportés, puis a confié à ses avocats 25 pages de confession: "Je n'ai jamais pu parler de mon expérience à Auschwitz avec d'autres personnes. Ni à ma femme, ni à mes enfants, ni à mes petits-enfants", explique l'ex-soldat. Dépeignant un "cauchemar" qu'il a "essayé toute (sa) vie de refouler", il a assuré avoir demandé par deux fois à retourner au front, en vain.