le_vrai_visage_de_manuel_valls.jpg


Source :
Faits et Documents

Avant de vous présenter le livre,
voici la vidéo de l'hommage rendu au journaliste Emmanuel Ratier, décédé le 19 août 2015.

Source :
TV liberté

Le Vrai Visage de Manuel Valls

120 pages de révélations explosives sur Manuel Valls.Qui est-il réellement ? Emmanuel Ratier vous le révèle. Saviez vous par exemple que Manuel Valls fut longtemps pro-palestinien avant de retourner opportunément sa veste ? La manière dont Manuel Valls se présente et le personnage public qu'il a construit sont largement un bluff. Cette enquête sur son passé récent ou plus ancien dessine un portait bien éloigné de la transparence qu'il affiche maintenant sur papier glacé.

Découvrez le livre en intégralité ici

L'introduction extraite du livre:

En moins de trois ans, Manuel Valls est passé de l’anonymat (5,6 % lors de primaire socialiste de 2011) à Matignon. L’histoire de Manuel Valls est une espèce de bluff très largement reconstruit : Issu de la plus haute bourgeoisie catalane par son père et d’une famille suisse enrichie dans le trafic de l’or par sa mère, ce fils d’un célèbre peintre catalan nullement anti-franquiste a grandi dans un milieu huppé, dans une maison située en face de l’île Saint-Louis. Ce qui lui a permis de fréquenter le gratin des beaux-arts mais aussi de la politique. Dès ses 18 ans, alors qu’il n’était même pas encore naturalisé français, il a passé un accord secret, appelé « pacte de Tolbiac », avec deux camarades au très brillant avenir : Stéphane Fouks, aujourd’hui pape des communicants socialistes et responsable du Conseil représentatif des institutions juives de France, et Alain Bauer, ancien Grand Maître du Grand Orient de France et ponte de la sécurité urbaine. Son ascension doit beaucoup à ces deux hommes avec lesquels il est demeuré étroitement lié.
Le nouveau Premier ministre est aussi l’incarnation même du nouveau Parti socialiste tel que défini par son think tank Terra Nova : un pur apparatchik rompu aux jeux d’appareil, à la fois « boboïsé », social-démocrate modéré en apparence mais surtout haineux vis-à-vis de ses adversaires politiques, prêt à toutes les compromissions avec les milieux sarközystes recentrés, libéral rallié au mondialisme, à l’européisme, au métissage et au multiculturalisme. Ce que d’aucuns pourraient appeler l’« after-socialisme » ou socialisme « à l’eau de rose ». Il est bien évidemment membre du club d’influence Le Siècle, mais aussi du groupe mondialiste de Bilderberg. Semblable aux néo-cons américains, en général venus de l’extrême gauche, il est également un soutien fanatique d’Israël, pays avec lequel il s’est déclaré « éternellement lié ». Mais on ignorait jusqu'à présent complètement que jusqu'en 2008 au moins Manuel Valls était très clairement pro-palestinien. C’est cet ombrageux Catalan qui se voit évidemment trôner en 2017 ou 2022 à la présidence de la République.

Retrouvez deux autres livres incontournables d'Emmanuel Ratier ici