La chronique de Jacqueline Berger

The_Hammer_of_Thor.jpg

Signification du Svastika

Ce n’est pas un symbole car celui-ci a un contenu fixé pour une communauté mais doit être déchiffré par l’individu. Il s’agit toujours d’une représentation imagée, empruntée à la nature et devenue porteuse d’une signification supérieure – exemple : arbre = symbole des forces de vie. Donc, le symbole a son point d’appui sur terre dans une forme naturelle mais il ramène au monde des images spirituelles originelles, des essences supra-sensibles.

Le signe, lui, n’a rien d’imagé. Il est l’expression d’une force, d’une volonté. Dans le signe, le supra-sensible agit de façon plus directe sur le monde sensible que le symbole. On savait autrefois quelle magie, quel charme, le signe, porteur de volonté pouvait exercer.

Le Svatiska est un signe. Qu’exprime- t-il ?

Nous devons d’abord penser au cercle. Ce signe est fermé sur lui-même, contient une totalité. La divinité est souvent représentée par le cercle. La divinité, essence, qui ne se manifeste pas. Qui se suffit à elle-même. Le cercle enferme dans un cycle perpétuel. Si on croit dans l’évolution spirituelle de l’Homme, il faut briser le cercle. C’est ce que nous trouvons dans le Svastika. Le cercle subsiste dans les branches courbes qui tournent de la gauche vers la droite, mais ces branches sont sectionnées, coupent le cercle en quatre parties. Le cercle serait définitivement brisé par la croix. Qu’est-ce que la croix ? C’est le signe de la prise de conscience. Sorti de la divinité, l’Homme est crucifié sur le monde (branche horizontale de la croix), et tend vers la divinité par la branche verticale. À l’intersection de la branche horizontale et de la branche verticale a lieu la prise de conscience. Chez les Rose-Croix, par exemple, on pose une rose rouge, symbole de la conscience acquise à l’intersection des deux branches de la croix.

Le Svastika se situe entre le cercle et la croix. Il montre ainsi la divinité de l’Homme originel par le cercle et sa prise de conscience par la croix qui le brise.

Chez les Hindous, le cycle des réincarnations est présenté comme inéluctable jusqu’à ce que l’on ait atteint le nirvana, ou fusion dans le cercle divin.

Le Svastika quoique signe venant de l’Inde, met, lui, en évidence l’évolution possible de l’Homme dans sa manifestation et sa prise de conscience en brisant le cercle par la croix.

Ceci nous prouve que le national-socialisme était basé sur une conception spirituelle de l’Homme et tenait compte de son évolution. Il savait que l’Homme est d’origine divine (le cercle) mais il soulignait sa prise de conscience par la rupture de ce cercle.

Les ennemis du national-socialisme, ceux qui veulent empêcher l’évolution spirituelle de l’Homme, savent la valeur de cette doctrine et c’est pour cela qu’ils tentent par tous les moyens de l’abattre, de la salir.

Ceux qui se veulent des disciples du national-socialisme se doivent de tenir compte de cette évolution spirituelle. Ils doivent chercher à connaître qui ils sont, qui est l’Homme originel, quelle est sa destinée. C’est ainsi seulement qu’ils seront de véritables nationaux-socialistes.