La chronique de Jacqueline Berger

eglise_a_Sor-Fron.jpg

Connaître l’Adversaire

On ne peut remporter une victoire que si l’on connaît son adversaire.

Nous savons déjà que les juifs, nos adversaires, sont a-moraux par la circoncision du 8è jour. Or, cette circoncision a été ordonnée par Yahvé. Qui est Yahvé ?

Ce dieu de l’Ancien Testament est vu comme un dieu de vengeance et dans le Nouveau Testament se métamorphose par un coup de baguette magique en Dieu d’amour à la barbe blanche.

Qui est réellement Yahvé ?

Les Anciens le nommaient le Démiurge. "Démiurge" , nous dit Ambelain dans son livre sur le sujet (Robert Ambelain, la notion gnostique du Démiurge, édition Bussières, septembre 2002) signifie en grec artisan (…) Artisan qui a organisé l’univers matériel selon le plan idéal décidé par le Dieu suprême.

Comprenons que ce Démiurge a caricaturé le plan idéal (ou idéel) conçu en effet par le Dieu suprême. Il n’est pas créateur. Il copie.

"Les gnostiques lui imputaient un certain désordre anarchique reproché au monde d’ici-bas ainsi qu’un certain amoralisme."

L’anarchie est complète, l’immoralité ou l’a-moralité est complète elle aussi.

Le Démiurge est le Satan hébraïque.

Le Dieu suprême est confondu chez les judéo-chrétiens avec le Démiurge. Mais comment attribuer à un Dieu parfaitement bon des revendications de cette sorte : je fais la paix et je crée le malheur (Isaïe XLV, 7. Arrive t-il un malheur dans une ville sans que Yahvé en soit l’auteur ? (Amos III, 6) ; Je suis Elohim (Puissances), le seul Seigneur, créateur de la lumière matérielle et créateur des Ténèbres (Isaïe XLV, 6,7).

Par contre, on comprend aisément ces paroles dans la bouche du Démiurge.

Dans Clément de Rome, gnostique, on trouve le texte suivant : "le dieu qui a créé le ciel et la terre et tout ce qu’ils contiennent, n’est pas le dieu suprême" (Les Homélies Clémentines, III, 2).

Eddington, un savant actuel, affirme : "La science ne peut dire si l’Esprit du Monde est bon ou méchant et son argument boiteux en faveur de l’existence d’un dieu pourrait aussi bien se transformer en argument en faveur de l’existence d’un Démon ".

Pourquoi aujourd’hui, le Démiurge sort-il de l’ombre où on le tenait soigneusement caché ? Pourquoi un auteur comme Ambelain, pro-juif ou juif lui-même, affirme t-il péremptoirement l’existence du Démiurge ? C’est qu’aujourd’hui la puissance du Démiurge est arrivée à son comble et il désire être reconnu pour ce qu’il est. Il ne veut plus qu’on le confonde avec un autre que lui-même. Son orgueil le pousse à se faire voir pour ce qu’il est, ainsi qu’un assassin fier de ses crimes.

Cette constatation (du savant) était déjà exprimée jadis dans cette assertion : "Le monde est mauvais."

Citons, comme Ambelain, Maxence Van der Meersch :

"Quel tableau que la Création ! Un massacre général ! Les lois les plus féroces, les plus barbares, les plus horriblement inhumaines : lutte pour la vie, élimination des faibles, l’être mangeant l’être et mangé par l’être. Si Dieu existe, il ne peut être qu’une intelligence sans cœur, une machine à calculer, un esprit mathématique, puissant et monstrueux, pour qui la douleur ne compte pas et dont le plan gigantesque et inhumain n’avait pas été fait pour être contemplé et compris par un être doué d’une sensibilité." ( Maxence Van der Meersch, Corps et âmes, T. II, pp 40-41 )

Mais si, ce plan est fait pour être contemplé par les hommes ! Afin qu’ils le rejettent avec horreur ou bien, hélas, qu’ils l’approuvent et y participent. Lorsque l’on pense aux horreurs indicibles des guerres meurtrières déclenchées par les disciples de Yahvé, aujourd’hui par exemple avec l’uranium appauvri qui crée des monstres, qui fait souffrir l’être humain au-delà de toute expression…

"Alors le Règne des Enfers n’était pas encore sur la Terre" (La Sagesse I,13-14).

Il ne se manifestait pas encore complètement mais les Enfers sont sur Terre. Pourquoi imaginer un endroit fictif où l’on souffrirait atrocement à cause des démons par suite de nos péchés, alors qu’ici-bas, nous vivons dans cet enfer ? Parce que les disciples de Yahvé veulent faire croire à un Eden ici-bas car eux veulent faire de la Terre, leur Terre promise. Le Paradis terrestre. Ils choisissent le Néant comme lieu de "création", comme leur maître, le Démiurge.
"Si le Monde d’ici-bas est mauvais, c’est qu’il n’a pas pour auteur le Dieu bon."

C’est une évidence.

"L’Univers tout entier est sous l’empire du Mauvais Esprit." (Jean : 1è épître, V, 19)

"C’est Moi, dit Yahvé, qui ai créé l’ouvrier qui souffle les charbons de feu pour former les instruments dont il a besoin pour son ouvrage. C’est moi qui ai créé le Meurtrier qui ne songe qu’à tout perdre." (Isaïe, LIV, 16)

C’est le Démiurge qui est évoqué par Jean lorsqu’il est dit : "Si Dieu était votre père, vous m’aimeriez… mais, vous, vous êtes les enfants du Diable. Lorsqu’il profère des mensonges, il dit ce qu’il trouve en lui-même, car il est par essence Mensonge. Il est le père du Mensonge". (Jean : VIII, 44)

"La Mort est entrée dans le Monde par l’envie du Diable" (Sagesse : II,24)

Yahvé est un dieu de Mort.

"Dieu n’a pas créé la Mort. Il a tout créé afin que tous subsistent. Toutes les créatures étaient saines à leur origine et le règne des Enfers n’était point encore sur la Terre" (Sagesse, I, 13-14)

En bref, la description du Démiurge est : "il est homicide depuis le début et il n’est pas dans la Vérité car il n’y a pas de Vérité en lui ; lorsqu’il exprime le Monde, il l’exprime à partir de son propre être parce qu’il est Mensonge et le Père du Mensonge."

Voilà le Dieu des juifs !

Voilà notre Adversaire !