La chronique de Bocage

21 avril...
Alors, là, chers correspondants, vous allez vous régaler mais pour cela il vous faudra mettre un billet de 10 euros sous enveloppe (ou un chèque de 8,40 euros) et l'adresser aux "Editions des Tuileries", 19 avenue d'Italie, 75013 Paris, pour obtenir le numéro d'avril 2016 des "Ecrits de Paris" :

Vous y trouverez un article intitulé "L'ASSAG: une association prometteuse restée stérile" et signé Morvan Duhamel.

L'ASSAG, vous le savez, c'est cette association dont Bocage, si souvent en 15 ans, à la date du 21 avril (et notamment le 21 avril 2015), vous rappelle l'existence : association créée en 1982 tout exprès par nos adversaires pour apporter la preuve de l'existence des chambres à gaz d'exécution du IIIe Reich, association dont la durée était limitée à la réalisation de son objet et qui restait, d'année en année, bien silencieuse...

Morvan Duhamel, dont nous avons parlé à plusieurs reprises (*), a voulu en savoir plus sur l'ASSAG : "Etait-il possible qu'une association si prometteuse pour éclairer un point important de l¹histoire contemporaine eût à ce point fait chou blanc ?", se demandait-il et, dans un article très fouillé et qui ne manque pas de piquant, il raconte les démarches qu'il a entreprises pour tirer au clair la question.

Résultat des courses : Oui, l'ASSAG a "fait chou blanc" mais a trop peur de le reconnaître. Honte à ses membres !

(*) Nos correspondants auront en tête l'interview qu'il a donnée à l'hebdomadaire "Rivarol", une véritable bombe, que le journal avait intitulée "Morvan Duhamel : 'Georges Albertini était révisionniste' " (n/message du 12 février 2016).

Morvan Duhamel fut directeur de l'Institut d'histoire sociale, secrétaire général de l'Association d'études économiques sociales et syndicales, et éditeur du mensuel anticommuniste "Chronique économique, sociale et syndicale". Il fut surtout l'assistant et le confident de Georges Albertini, figure marquante de la vie politique des années 1960-1970, auquel il consacra trois ouvrages :

- Entretiens confidentiels de Georges Albertini, paru en 2013, qui comprend entre autres un intéressant chapitre sur Oradour ;
- Les écrits en prison de Georges Albertini, paru en 2014 ;
- Supplément aux entretiens de Georges Albertini, paru en décembre 2015, qui consacre un chapitre - et quel chapitre ! - à la Shoah.

Les trois ouvrages s'obtiennent auprès des Editions Amalthée, 2 rue Crucy, 44005 Nantes mais aussi auprès du fidèle Akribeia (www.akribeia.fr).