La chronique de Bocage

Voici la Lettre ouverte que notre ami Jacques Vecker adresse ce jour, 24 juin, à M. Salem ben Ammar aux bons soins de Riposte laïque :

Cher Monsieur,
Ayant reçu sur ma messagerie un article pertinent qui vous est attribué sur le recours permanent des musulmans aux productions des "mécréants", je ne puis qu'approuver. Comme pour conclure, vous évoquez les "pays qualifiés d'ignominieux et d'infâmes par votre Mein Kampf" (il s'agit bien du Coran dans votre esprit ?).

Je ne me prononce pas quant au livre sacré de l'Islam mais la référence à l'ouvrage de Hitler m'étonne, car elle se veut insultante pour les musulmans puisque Adolf Hitler représenterait le mal absolu dans notre imaginaire collectif. Elle jette surtout le discrédit sur le national-socialisme et son personnage central que l'on s'évertue à diaboliser, surtout dans le monde occidental, et que l'on accuse de crimes odieux que rien n'atteste sinon des rumeurs radicalement démenties par les travaux des historiens révisionnistes.

Vous apportez ce faisant de l'eau au moulin des historiens de cour qui ressassent la fantasmagorie d'une fictive extermination colportée par des médias institutionnels aux mains de la communauté juive internationale.

La mystification calamiteuse du XXe siècle a été amplement dénoncée, chez nous, entre autres par le Professeur Faurisson et par un nombre croissant de Juifs honnêtes qui déploient devant nous l'image d'une Allemagne hitlérienne se situant à cent lieues de ce que l'on nous en dit. Le livre récent de Gérard Menuhin fait suite à la lettre de Heins Weichhardt, aux ouvrages d'Israël Shamir, aux écrits de Gilad Atzmon et de tant d'autres. En quelques mots : il n'y a eu ni intention, ni programme, ni commencement d'exécution d'un massacre de Juifs; les armées allemandes, contraintes au combat, se sont comportées plus correctement que celles de leurs agresseurs; le peuple allemand a vécu sous le IIIe Reich l'une des plus heureuses périodes de son histoire; tandis que la haine et le mensonge ont déshonoré nos peuples censés défendre les droits de l'homme, la justice et la démocratie. Ceci est difficile à entendre car il s'agit bien d'une inversion des rôles et des valeurs. Le peuple martyr est bien le peuple allemand, déchiré jusque dans son âme et encore aujourd'hui réduit en esclavage-soft par des vainqueurs âpres à la rancune.

Napoléon, alors le mauvais génie de l'Europe, fut très vite réinstallé dans sa grandeur malgré ses funestes erreurs. Hitler figurera un jour, cher Monsieur, parmi les grands meneurs de peuple et probablement comme l'un des plus remarquables réformateurs. Vous le citerez alors dans un autre contexte et non pour perpétuer d'indignes rumeurs.

Je vous salue cordialement,
Jacques Vecker
30 480 St Paul-la-Coste