La chronique de Bocage

Source :
ynetnews

Dans un message du 20 février 2014 intitulé "Les révisionnistes hongrois se rebiffent", nous avions cité le cas de cet homme politique hongrois qui avait pris le risque de s'insurger contre le fait qu'on obligeait le peuple hongrois à commémorer l'Holocauste alors qu'on lui refusait celui de commémorer ses propres morts. L'affaire vient de ressortir et voici une dépêche de l'Associated Press du 30 mars 2016

Un homme politique hongrois condamné à une amende pour s'être moqué de l'Holocauste

Budapest - Une cour d'appel vient de confirmer une condamnation à une amende de 750.000 forints (2.400 euros) infligée à un homme politique du parti d'extrême droite Jobbik pour avoir fait des plaisanteries sur l'Holocauste en public.

Tibor Agoston, conseiller municipal de la ville de Debrecen, à l'est, a prononcé un discours en janvier 2014 lors d'une commémoration en l'honneur des soldats hongrois tués dans la Deuxième Guerre mondiale et avait usé de formules ironiques sur l'Holocauste. Il avait également laissé entendre que l'Holocauste était un mensonge.

Lors de sa défense, Agoston avait déclaré qu'il avait utilisé "des mots malheureux".

La cour de Debrecen a estimé mercredi dans son arrêt que Agoston pourrait payer l'amende en 15 versements.

La négation, la minimisation ou la justification de l'Holocauste ou des crimes commis sous le régime communiste de Hongrie faisant l'objet d'une déclaration publique peuvent être punies jusqu'à trois années de prison.