Brad_Love.jpg

Brad Love

Source :
CAFE - The Canadian Association for Free Expression

En 2003, le prisonnier politique canadien Brad Love a été assommé avec la peine la plus sévère qui soit -18 mois de prison- en vertu de la tristement célèbre loi sur les crimes de la pensée du Canada, Sec. 319 du Code criminel pour avoir écrit et envoyé des lettres aux élus dans lesquelles il exprimait son opinion de façon tout à fait pacifique.

Ses conditions de probation ont été modifiées à plusieurs reprises au cours de ces dernières années à tel point qu’à un moment donné, un juge Hogg lui a ordonné de n'écrire à "personne" sans son consentement formel. Cette ordonnance a été rendue, non pas en Corée du Nord, mais au Canada.

En 2012, il a été reconnu coupable de violation de probation pour avoir envoyé des informations à plusieurs groupes juifs qui ne l’on pourtant pas dénoncé pour ça. Il a reçu 18 mois supplémentaires et fait maintenant l'objet d'une nouvelle interdiction d'écrire aux médias politiques ni à des groupes religieux.

Encore une fois, ce piétinement Orwellien de la liberté d'expression a eu lieu, non pas en Corée du Nord ou au Congo, mais dans le suffisant, auto-satisfait et de plus en plus répressif Canada.

Paul Fromm

ligne_verte.gif

LETTRE DE BRAD LOVE.

29 juin 2016

Fort McMurray en Alberta.

Le mardi 3 mai 2016 à 15h30, les flammes sur mes talons léchant pratiquement les pneus de mon véhicule, j'ai fui mon quartier, ma maison, ma ville et je me suis dirigé vers le Sud sur la route 63, avec des milliers d'autres personnes qui cherchaient à échapper à l'enfer sur le point de détruire ma ville. La municipalité, qui a refusé toute aide extérieure, a laissé tomber et la petite équipe de pompiers municipaux submergés, n'a pas pu faire grand chose pour contenir les incendies de maisons.

Avec peu de carburant dans ma voiture et un sac rempli à la hâte, je passai la nuit dans ma voiture stationnée 10 km au sud de la ville. Je me suis réveillé à 5 heures le lendemain matin pour trouver l'endroit rempli avec d'autres personnes évacuées. Évitant les barrages routiers, je suis rentré dans mon quartier pour trouver ma maison en cendres et les squelettes de véhicules fondus. Techniquement, le feu de forêt n'a pas brûlé ma maison ni détruit mes biens. C'est la maison de mon voisin qui a brûlé ma maison, aidé en cela par son réservoir de barbecue, sa voiture pleine d'essence, ses quads, ses jerrycans, etc. Fort Mac est / était jonché de véhicules aux réservoirs pleins d'essence laissés dans les allées pendant l'Exode. Opprimé par le site, je partageais une bière à 6 heures du matin avec un citoyen de passage pointant nos pouces vers le bas à un véhicule de la GRC (Governance, Risk Management, and Compliance) qui passé.

Pour la deuxième fois, je pris la route en direction du Sud pour Edmonton, un voyage qui se fait normalement en 5 heures mais qui là, en a pris huit, à cause des quatre voies d'autoroute obstruées par les véhicules des personnes évacuées qui se dirigeaient toutes dans la même direction. Je suis resté à la maison de la nana d'un copain, frappant à la porte de tous les centres pour les EVAC pour des vêtements, des articles de toilette et divers documents de la Croix-Rouge. Deux semaines plus tard, avec un autre ami, nous sommes partis au Nord de la petite ville de Lac La Biche, où la Croix-Rouge m'a mis dans un hôtel pendant 16 jours. Les 2.000 habitants de cette ville nous ont nourris et soignés comme nuls autres ne l'auraient fait. J'ai reçu 1.250 $ cdn du gouvernement de l'Alberta, 600 $ cdn de la Croix-Rouge, 400 $ cdn en coupons gaz / alimentaires et 300 autres $ cdn lorsque je me suis inscrit comme rapatrié le 5 juin puis installé dans une nouvelle location prévue pour les deux prochains mois - cette chambre serait payée par un tiers puisque je suis un évacué non assuré.

Voici maintenant la partie pourrie. En tant que travailleur précédemment mis à pied, j'avais espéré en revenant, trouver un travail dans la reconstruction comme promis à tous les résidents (de Fort McMurray) qui reviendraient. Au lieu de cela, je trouve des types genre hippies qui ne sont pas de la ville, des travailleurs étrangers, des gens du Tiers monde de tous horizons, travaillant pour 16 $ de l'heure, gardés dans des camps, devant nettoyer les sites et aucun d'eux n'a l'air très heureux ou prospère tandis qu'ils peinent et ce, dans une ville qui offrait autrefois de gros salaires. À l'entrée de chaque lotissement et de chaque rue incendiée il y a un gardien de sécurité africain dans une camionnette qui demande à voir une pièce d'identité. Ça fait trois semaines que ce mec est dans le pays et il ME demande une pièce d'identité ? Manquerait plus qu'ça ! La peste des travailleurs étrangers était horrible avant le feu mais maintenant c'est 100 fois pire. Pensez à tout l'argent que ces gens soustraient de notre économie, pour ne jamais revenir et qui est expédié aux nations qui nous haïssent et méprisent notre mode de vie. Personne ne semble comprendre ce problème de mathématiques ou les problèmes qu'ils apportent. L'économie du Canada a pris un coup double ce coup-ci. Je ne sais pas ce qui a causé le plus de dégâts, le feu ou le déluge de ces briseurs de grèves étrangers.

Avec 2.600 maisons détruites, le chef des pompiers est salué comme un "héros" ... BEN VOYONS !!! Rien que dans ma rue, il y avait 70 maisons duplexe, toutes ont brûlé, chacune d'une valeur de 400.000 $ cdn plus leur contenu, plus les véhicules, on parle donc de 30 millions de dollars canadiens rien que là. Maintenant faites le calcul. Les médias affirment que la Croix-Rouge a reçu 160 millions de dollars canadiens de dons. 80.000 personnes ont fui le feu, 50 000 d'entre elles sont des adultes et sont donc qualifiés pour toucher de l’argent et devraient recevoir plus de 30.000 $ chacun, faites le compte, c'est facile. Pourtant, j'ai reçu 2.000 $ cdn. Où est le reste ? Localement, où que j'aille faire la queue, je suis submergé par des Philippins baragouinant et des musulmans maussades avec leurs marmailles nombreuses. Bref, je suis maintenant une minorité dans ma propre petite ville autrefois prospère.

L'abrutie de maire elle-même -qui emploie deux nounous philippines- ainsi que le Conseil de la ville, tous louent le multiculturalisme, la force, la résilience et la reconstruction de cette ville, alors qu'en fait il y a très peu, voir rien de tout cela qui se passe. Ils se sont octroyés, en dépit de nos salaires en baisse, une augmentation de 100% sur les leurs la semaine dernière -comme ça fait chaud au cœur. Les médias ici ressemble à un club de chorale dirigé par des décrocheurs du premier cycle, qui auraient ingéré beaucoup trop de Ritalin et si j'ose les affronter ou n'importe quel élus, ils appellent les flics qui rappliquent ensuite en grand nombre et m'emmènent (c'est déjà arrivé). Je ne plaisante pas.

Si seulement tous ces travailleurs étrangers temporaires pouvaient rafler ces emplois bien payés du gouvernement, nous verrions alors à quel point ils adhèrent au libéralisme et au multiculturalisme. Arfff !!! Mes concitoyens et ceux qui les contrôlent ont tous l'intégrité et le courage d'un aimant de réfrigérateur. Si seulement je pouvais Brexit. Il y a tellement d'histoires d'infortune qui émergent suite à la catastrophe qu'a vécue cette ville, mais malheureusement vous ne verrez rien de tout cela dans vos médias. Ce ne sont que des mots "qui réchauffent le cœur" et quand arrivera l'hiver quand tout l'argent, la bonne volonté et la générosité seront à sec, nous allons voir combien de Canadiens silencieux et apathiques seront obligés de dormir ici dans leurs voitures (il peut faire jusqu'à moins 40°C) -et ça, s'ils ont encore un voiture. Ouep, ce sera aussi terrible que ça si nous laissons faire.

En attendant mes rues semi-désertes sont contrôlées par une litanie d'agents de la GRC, les députés du shérif, les agents de la paix, et les flics qui encaissent les heures supplémentaires, pendant notre vague de criminalité inexistante. Pour le prochain week-end la fête du Canada (1er juillet), les fonctionnaires de ma ville, qui vont gaspiller encore plus d'argent pour les défilés, les transports gratuits, les petits déjeuners aux crêpes, tous rassemblés et applaudis par une population analphabète, endormie par un gouvernement qui dépense - oups - gaspille l'argent des contribuables en les divertissant. Et alors que je passe au volant de ma voiture devant une femme de Terre Neuve hideuse en surpoids et tatouée dans un énorme pick-up qui me lance un pouce vers le haut. Cette crétine qui clope à la chaine et qui est responsable du trou de la sécu ne comprend tout simplement rien à rien. Et son autocollant où on lit : "Fort Mac fort !" Je peux parier toutes mes économies que cette vache n'a jamais voté de sa vie et c'est mon peuple ??? Jamais de la vie !

Jamais plus vrai, Brad

Et :

J'ai reçu hier votre lettre antidatée "66 questions et réponses de l'holocauste" et une lettre de Poste Canada prétendant qu'elle avait été trouvée dans l'une de leurs installations le 3 mai, lorsque moi et 75.000 autres personnes fuyions un feu de forêt qui brûlait depuis des mois - et qui ce jour-là a tourné et a englouti rapidement ma ville. Le service d'incendie ne s'est même pas pointé dans la plupart des quartiers, permettant à 2.600 maisons de brûler. J'ai tout perdu, à part ma voiture et un sac avec quelques une de mes affaires. Je suis depuis retourné au travail, mais cette ville souffre. Aucune maison ne sera reconstruite avant l'année prochaine. De nombreuses entreprises restent encore fermées. Beaucoup ne sont jamais revenus ou ont pris leurs chèques d'assurance et sont partis pour de bon. Des travailleurs africains, musulmans et philippins abondent faisant ainsi baisser les salaires partout. Notre ville qui était autrefois en plein boom est maintenant un gouffre et le feu n'a rien à voir avec ça. Personne n'a rien dit pourtant tout le monde à râlé. Une main-d'œuvre bien rémunérée n'est plus qu'un lointain souvenir. Et Trudeau (Premier ministre) est pour que l’invasion continue. Mon propre gouvernement local de lécheurs de culs n'est même pas compétent pour diriger la SPA - je ne plaisante pas. Mon annuaire, et tout ce que je possédais est parti en fumée, j'ai donc perdu tes coordonnées. On reste en contact.

Brad Love
911-201 Arabian Dr.
Ft. McMurray, AB T9H 5R5
Canada
780-792-1606.