La chronique de Bocage

Source :
Robert Faurisson

elie_wiesel.jpg

Voici ce que nous adressait hier soir le Pr Faurisson :

Elie Wiesel est mort le samedi 2 juillet 2016 à l'âge de 87 ans.

Sur le personnage, voyez ici ainsi que .

Il passe pour un grand témoin, par excellence, d'Auschwitz. Or, dans son témoignage sur ce camp, il ne mentionne jamais les chambres à gaz mais prétend que les Allemands exterminaient leurs victimes dans des brasiers en plein air.

Dans son témoignage, il nous rappelle également qu'en janvier 1945, à l'approche des troupes soviétiques, les Allemands ont décidé de partir en laissant le choix aux internés soit de rester sur place, soit de partir vers l'intérieur de l'Allemagne avec leurs gardiens allemands. Après mûre réflexion, Wiesel père et Wiesel fils ont décidé, votant avec leurs pieds, de partir avec leurs gardiens et bourreaux plutôt que d'attendre leurs libérateurs soviétiques.

L'Armée rouge s'est emparée d'Auschwitz le 27 janvier et j'ai personnellement découvert que "la Pravda" (La Vérité) est restée silencieuse sur leur découverte du camp les 28, 29, 30, 31 janvier et que c'est seulement le 2 février 1945 qu'elle a annoncé la grande nouvelle : à Auschwitz, les Allemands tuaient systématiquement leurs victimes à l'électricité ; celles-ci tombaient sur un tapis roulant qui les transportait jusqu'au sommet d'un haut fourneau où elles étaient déversées et brûlaient.

Vers la même époque, le document de Nuremberg PS-3311, résumant en anglais des attestations polonaises, nous apprenait qu'à Treblinka les juifs étaient tués à la vapeur d'eau dans des "steam chambers" (chambres à vapeur).

Mais très vite tout ce beau monde de menteurs s'est ensuite abonné au gaz des Américains du War Refugee Board, laissant de côté le feu, l'eau, l'électricité, la chaux vive, les pompes à faire le vide et autres inventions de la propagande de guerre souvent reprises des inventions, pendant la Première Guerre mondiale, de la propagande des Alliés sur le compte des Huns et des Teutons.

"Le délire de mentir et de croire s'attrape comme la gale" (Céline). Comme disent les bonnes gens, "Tout cela est forcément vrai ! C'est tellement gros ! Cela ne s'invente pas ! Qui irait inventer de pareilles horreurs ?"

R. Faurisson, samedi 2 juillet 2016
Petit Rappel

Commentaire de J, un de nos lecteurs:

Elie Wiesel, Prix Nobel de la Paix : "Tout juif, quelque part en lui, devrait se ménager une zone de haine - une haine saine et virile - pour ce que l'Allemand personnifie et pour ce qui persiste dans l'Allemand. Agir autrement serait trahir les morts" (Rendez-vous avec la haine, Legends of Our Time, New York, Avon Books, 1968, pp. 177-178)

Adieu à une crapule !
Mourir est certainement ce que la crapule Wiesel aura fait de mieux, mettant fin à tout le mal qu'il a pu faire tout au long de sa nuisible existence, cultivant sans cesse le mensonge, culpabilisant le monde entier à l'aide du mythe shoahtique. Quoi de mieux, pour lui rendre l'hommage qu'il mérite et faire pendant à la lèche immonde dont fait preuve toute la canaille journalistique enjuivée, que de le citer et de mettre quelques citations de son saint Talmud de merde ! Adieu crevure !

Extraits choisis:

Talmud, Ereget Rashi Erod.22 30 : Un goy est comme un chien. Les Ecritures nous apprennent qu’un chien mérite plus de respect qu’un goy.
Talmud, Iebhammoth 61a : Les juifs ont droit à être appelés "hommes", pas les goyim.
Talmud, Jalkut Rubeni Gadol 12b: Les âmes des goyim proviennent d’esprits impurs qu’on nomme porcs.
Talmud, Kerithuth 6b p. 78 : Les juifs sont des humains, non les goyim, ce sont des animaux.
Talmud, Schene Luchoth Haberith p. 250b : Bien qu’un goy ait la même apparence qu’un juif, il se comportent envers les juifs de la même manière qu’un singe envers un homme.
Talmud, Tosaphot, Jebamoth 94b: Lorsque vous mangez en présence d’un goy c’est comme ci vous mangiez avec un chien.
Talmud, Yebamoth 98a : Tous les enfants des goyims sont des animaux
Talmud, Babha Bathra 54b : La propriété d’un goy appartient au premier juif qui la réclame.
Talmud, Babha Kama 113a : Les juifs peuvent mentir et se parjurer, si c’est pour tromper ou faire condamner un goy.
Talmud, Baba Mezia 24a: si un juif trouve un objet appartenant à un goyim, il n’est pas tenu de le lui rendre
Talmud, Choschen Ham 183, 7: Des juifs qui trompent un goy doivent se partager le bénéfice équitablement.
Talmud, Iore Dea 157, 2 hagah: Si un juif a la possibilité de tromper un goy, il peut le faire.
Talmud, Schabbouth Hag. 6d: Les juifs peuvent jurer faussement en utilisant des phrases à double sens, ou tout autre subterfuge.
Talmud, Abhodah Zarah 4b: Vous pouvez tuer un goy avec vos propres mains.
Talmud, Bammidber Raba c 21 & Jalkut 772: Tout juif qui verse le sang de goyim revient à la même chose qu’une offrande à Dieu.
Talmud, Sanhedrin 57a: si un juif tue un goy, il ne sera pas condamné à mort. Ce qu’un juif vole d’un goy, il peut le garder.
Talmud, Sepher Ou Israël 177b : Si un juif tue un goy, ce n’est pas un péché.
Talmud, Zohar II, 64b : Le taux de naissance des goyim doit être diminué matériellement.
Talmud, Sepher Ikkarim III c25: Il est permis de prendre le corps et la vie d’un goy.
Talmud, Chagigah 15b : Un juif est toujours considéré comme bon, en dépit des péchés qu’il peut commettre. C’est toujours sa coquille qui se salit, jamais son fond propre.
Talmud, Sanhédrin 52b: L’adultère n’est pas défendu avec la femme d’un goy, parce que Moïse n’a interdit que l’adultère avec "la femme de ton prochain", et les goyim ne sont pas des prochains.
Talmud, Iore Dea 147, 5: Il faut railler les objets du culte goy, il est interdit de souhaiter du bien à un goy.
Talmud, Iore Dea 148, 12 H: On peut prétendre se réjouir avec les goyim pendant leurs fêtes, si cela permet de cacher notre haine
Talmud, Zohar I, 160a: Les juifs doivent en permanence tenter de tromper les goyim.