La chronique de Bocage

Anne_Frank.jpg

Anne Frank

Le 7 octobre un correspondant allemand nous envoyait en français le message suivant :

Les droits d'auteur du livre d'Anne Frank arrivant à leur fin, après 70 ans, une bataille pour les droits d'auteur futurs sont en pleine route.

Maintenant, surprise surprise, le "Anne-Frank-Fonds" de Bâle, qui détient pour l'instant encore ces droits, déclare que le père d'Anne Frank, Otto Frank, était '"co-auteur" du livre. Ce qu'un certain professeur Robert Faurisson avait déjà révélé il y a des dizaines d'années.

Et, autre surprise, le journal autrichien Die Presse, un journal de gauche oblique, nomme dans son article sur cette affaire le professeur RF sans les diffamations habituelles, parle d'un "Literaturwissenschaftler" (scientifique de littérature) (...).

Quand même. Les temps changent, un peu...

Ce qui lui a valu la réponse suivante du professeur Faurisson :

Je vous remercie bien, cher ami, de ces nouvelles et de vos commentaires.

Il y a, en effet, bien longtemps que j'ai écrit qu'Otto Heinrich Frank, qui maîtrisait mal le néerlandais, avait eu recours pour la version néerlandaise, aux services de la jeune Isa Cauvern, dont la spécialité à Radio Orange était de rédiger des récits. Quand le livre a eu du succès, Isa est venue réclamer à Otto son manuscrit. Otto a refusé. Elle s'est suicidée.

Attention ! Je ne dis pas que son suicide a été nécessairement provoqué par ce refus.

Je rappelle que le père Frank était, comme son frère Herbert, banquier en Allemagne. Tous deux, poursuivis pour affaires véreuses, s'étaient enfuis, l'un en France et l'autre aux Pays-Bas.

Je vous recommande la lecture de ma Préface à la traduction italienne (juin 2000) ; voyez mes "Écrits révisionnistes", V, p.134-149 ou bien "Le 'Journal' d'Anne Frank est-il authentique ?": Préface à la traduction italienne

Voyez aussi: Mes écrits sur le "Journal d’Anne Frank"

Je suis désolé de ne pouvoir consacrer à cette passionnante affaire une minute de plus. Je croule sous la besogne.
RF

Autrement dit, deux admissions : cette fois c'est officiel, le père d'Anne Frank est bien le "co-auteur" du "Journal d'Anne Frank" et le Pr Faurisson est un "scientifique de littérature" ! Google traduit le mot "Literaturwissenschaftler" par "spécialiste de littérature" mais la traduction de notre correspondant nous paraît plus précise.