La chronique de Bocage
Source :
L'essentiel

Oskar_Groning.jpg

Oskar Gröning

Peine confirmée pour Oskar Gröning

La justice allemande a confirmé la peine de quatre ans de prison infligée à l'ancien comptable d'Auschwitz de 95 ans, condamné pour "complicité" dans le meurtre de 300 000 Juifs.

La Cour fédérale de Karlsruhe (sud-ouest) a rejeté le 20 septembre le pourvoi en cassation déposé par le nonagénaire après sa condamnation en juillet 2015 par le tribunal de Lunebourg (nord), a indiqué l'avocat d'Oskar Gröning, qui dit avoir reçu "ce matin" la décision de la Cour suprême allemande qui rend le jugement définitif. La Cour a également rejeté le pourvoi de plusieurs parties civiles qui contestaient le jugement. Cette décision était très attendue par les juristes allemands car elle confirme pour la première fois un jugement pour "complicité" dans l'Holocauste, SANS PREUVE D'ACTES PLUS PRÉCIS (souligné par Bocage) dans le processus d'extermination.

Condamné en 2011 à cinq ans de prison pour complicité en vertu de sa seule présence au sein du camp, John Demjanjuk, ex-gardien de Sobibor, s'était déjà pourvu en cassation. Mais il était décédé pendant l'examen de son pourvoi, sans que la Cour n'ait pu trancher son cas et valider ou invalider cette conception élargie de la responsabilité. "Cette décision (...) dit finalement de façon claire que tous ceux qui ont fait partie" du processus d'extermination d'Auschwitz "partagent la responsabilité et la culpabilité", a estimé dans un communiqué Christoph Heubner, du comité international d'Auschwitz. "Cela va lancer un message durable pour les futurs procès liés au génocide", a-t-il ajouté.

"Faute morale"

Le pourvoi en cassation étant suspensif, Oskar Gröning est actuellement libre. Le parquet va maintenant déterminer si l'état du nonagénaire est compatible avec la détention, ce qui semble peu probable compte tenu de son âge. Oskar Gröning, qui avait assumé une "faute morale" et présenté ses excuses, avait été condamné le 15 juillet 2015 à quatre ans de prison pour avoir accepté "un travail de bureau sûr" à Auschwitz, camp emblématique de l'Holocauste.

L'Allemagne a jugé ces dernières années plusieurs anciens nazis dans des procès qui illustrent la sévérité accrue, mais tardive, de la justice à leur égard. Quelque 1,1 million de personnes, dont un million de Juifs, ont péri entre 1940 et 1945 à Auschwitz-Birkenau, libéré par les Soviétiques, fin janvier 1945.