adolf_hitler.jpg

... Toujours dans le but de limiter la portée de la guerre, j'ai décidé en 1939 de faire quelque chose que vous, chers camarades, savez de première main combien cela fut difficile pour moi. Puis, j'ai envoyé mon ministre à Moscou. Cela signifiait le plus amère triomphe sur mes sentiments. Mais dans ces moments-là, les sentiments d'un homme doivent s'effacer, quand le bien être de millions de personnes est en jeu. J'ai essayé de parvenir à un accord. Vous savez mieux que personne, combien honnêtement et franchement, j'ai tenu nos obligations et engagements. Ni dans notre presse, ni dans nos réunions un seul mot n'a été mentionné sur la Russie. Pas un seul mot sur le Bolchevisme.

Malheureusement, en face ils n'ont pas observé leurs obligations depuis le début. Cet accord a donné lieu à une trahison qui a d'abord liquidé tout le nord-est de l'Europe. Vous savez mieux que personne ce que cela signifiait pour nous, de regarder en silence le peuple Finlandais être étranglé. Et ce que j'ai pu ressentir en tant que soldat, de rester les bras croisés alors qu'un État puissant essaye d'en dominer un plus petit. Cependant, j'ai gardé le silence. J'ai pris une décision seulement quand j'ai vu que la Russie avançait vers nous, à un moment où nous n'avions que trois divisions en Prusse Orientale, alors que 22 divisions soviétiques y étaient assemblées. Nous avons peu à peu reçu la preuve que sur nos frontières un aérodrome après l'autre été mis en place, et une division après l'autre de la gigantesque Armée soviétique y étaient assemblées. Je fus alors obligé de m'inquiéter, car il n'y a pas d'excuse dans l'histoire pour la négligence, certains auraient prétendu par la suite que je ne pensais pas que cela eut été possible ou que je n'y croyais pas..."

La retranscription complète est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis "Enregistrer la cible du lien sous", puis "Enregistrer".