Aller à la recherche

Nous exigeons la vérité !

Nous exigeons nos droits !

La chronique de Jacqueline Berger

Fil des billets

samedi 12 novembre 2016 10:39

Le Svastika

La chronique de Jacqueline Berger

The_Hammer_of_Thor.jpg

Signification du Svastika

Ce n’est pas un symbole car celui-ci a un contenu fixé pour une communauté mais doit être déchiffré par l’individu. Il s’agit toujours d’une représentation imagée, empruntée à la nature et devenue porteuse d’une signification supérieure – exemple : arbre = symbole des forces de vie. Donc, le symbole a son point d’appui sur terre dans une forme naturelle mais il ramène au monde des images spirituelles originelles, des essences supra-sensibles.

Le signe, lui, n’a rien d’imagé. Il est l’expression d’une force, d’une volonté. Dans le signe, le supra-sensible agit de façon plus directe sur le monde sensible que le symbole. On savait autrefois quelle magie, quel charme, le signe, porteur de volonté pouvait exercer.

Le Svatiska est un signe. Qu’exprime- t-il ?

Nous devons d’abord penser au cercle. Ce signe est fermé sur lui-même, contient une totalité. La divinité est souvent représentée par le cercle. La divinité, essence, qui ne se manifeste pas. Qui se suffit à elle-même. Le cercle enferme dans un cycle perpétuel. Si on croit dans l’évolution spirituelle de l’Homme, il faut briser le cercle. C’est ce que nous trouvons dans le Svastika. Le cercle subsiste dans les branches courbes qui tournent de la gauche vers la droite, mais ces branches sont sectionnées, coupent le cercle en quatre parties. Le cercle serait définitivement brisé par la croix. Qu’est-ce que la croix ? C’est le signe de la prise de conscience. Sorti de la divinité, l’Homme est crucifié sur le monde (branche horizontale de la croix), et tend vers la divinité par la branche verticale. À l’intersection de la branche horizontale et de la branche verticale a lieu la prise de conscience. Chez les Rose-Croix, par exemple, on pose une rose rouge, symbole de la conscience acquise à l’intersection des deux branches de la croix.

Le Svastika se situe entre le cercle et la croix. Il montre ainsi la divinité de l’Homme originel par le cercle et sa prise de conscience par la croix qui le brise.

Chez les Hindous, le cycle des réincarnations est présenté comme inéluctable jusqu’à ce que l’on ait atteint le nirvana, ou fusion dans le cercle divin.

Le Svastika quoique signe venant de l’Inde, met, lui, en évidence l’évolution possible de l’Homme dans sa manifestation et sa prise de conscience en brisant le cercle par la croix.

Ceci nous prouve que le national-socialisme était basé sur une conception spirituelle de l’Homme et tenait compte de son évolution. Il savait que l’Homme est d’origine divine (le cercle) mais il soulignait sa prise de conscience par la rupture de ce cercle.

Les ennemis du national-socialisme, ceux qui veulent empêcher l’évolution spirituelle de l’Homme, savent la valeur de cette doctrine et c’est pour cela qu’ils tentent par tous les moyens de l’abattre, de la salir.

Ceux qui se veulent des disciples du national-socialisme se doivent de tenir compte de cette évolution spirituelle. Ils doivent chercher à connaître qui ils sont, qui est l’Homme originel, quelle est sa destinée. C’est ainsi seulement qu’ils seront de véritables nationaux-socialistes.

lundi 7 novembre 2016 15:58

Le Démiurge

La chronique de Jacqueline Berger

eglise_a_Sor-Fron.jpg

Connaître l’Adversaire

On ne peut remporter une victoire que si l’on connaît son adversaire.

Nous savons déjà que les juifs, nos adversaires, sont a-moraux par la circoncision du 8è jour. Or, cette circoncision a été ordonnée par Yahvé. Qui est Yahvé ?

Ce dieu de l’Ancien Testament est vu comme un dieu de vengeance et dans le Nouveau Testament se métamorphose par un coup de baguette magique en Dieu d’amour à la barbe blanche.

Qui est réellement Yahvé ?

Les Anciens le nommaient le Démiurge. "Démiurge" , nous dit Ambelain dans son livre sur le sujet (Robert Ambelain, la notion gnostique du Démiurge, édition Bussières, septembre 2002) signifie en grec artisan (…) Artisan qui a organisé l’univers matériel selon le plan idéal décidé par le Dieu suprême.

Comprenons que ce Démiurge a caricaturé le plan idéal (ou idéel) conçu en effet par le Dieu suprême. Il n’est pas créateur. Il copie.

"Les gnostiques lui imputaient un certain désordre anarchique reproché au monde d’ici-bas ainsi qu’un certain amoralisme."

L’anarchie est complète, l’immoralité ou l’a-moralité est complète elle aussi.

Le Démiurge est le Satan hébraïque.

Le Dieu suprême est confondu chez les judéo-chrétiens avec le Démiurge. Mais comment attribuer à un Dieu parfaitement bon des revendications de cette sorte : je fais la paix et je crée le malheur (Isaïe XLV, 7. Arrive t-il un malheur dans une ville sans que Yahvé en soit l’auteur ? (Amos III, 6) ; Je suis Elohim (Puissances), le seul Seigneur, créateur de la lumière matérielle et créateur des Ténèbres (Isaïe XLV, 6,7).

Par contre, on comprend aisément ces paroles dans la bouche du Démiurge.

Dans Clément de Rome, gnostique, on trouve le texte suivant : "le dieu qui a créé le ciel et la terre et tout ce qu’ils contiennent, n’est pas le dieu suprême" (Les Homélies Clémentines, III, 2).

Eddington, un savant actuel, affirme : "La science ne peut dire si l’Esprit du Monde est bon ou méchant et son argument boiteux en faveur de l’existence d’un dieu pourrait aussi bien se transformer en argument en faveur de l’existence d’un Démon ".

Pourquoi aujourd’hui, le Démiurge sort-il de l’ombre où on le tenait soigneusement caché ? Pourquoi un auteur comme Ambelain, pro-juif ou juif lui-même, affirme t-il péremptoirement l’existence du Démiurge ? C’est qu’aujourd’hui la puissance du Démiurge est arrivée à son comble et il désire être reconnu pour ce qu’il est. Il ne veut plus qu’on le confonde avec un autre que lui-même. Son orgueil le pousse à se faire voir pour ce qu’il est, ainsi qu’un assassin fier de ses crimes.

Cette constatation (du savant) était déjà exprimée jadis dans cette assertion : "Le monde est mauvais."

Citons, comme Ambelain, Maxence Van der Meersch :

"Quel tableau que la Création ! Un massacre général ! Les lois les plus féroces, les plus barbares, les plus horriblement inhumaines : lutte pour la vie, élimination des faibles, l’être mangeant l’être et mangé par l’être. Si Dieu existe, il ne peut être qu’une intelligence sans cœur, une machine à calculer, un esprit mathématique, puissant et monstrueux, pour qui la douleur ne compte pas et dont le plan gigantesque et inhumain n’avait pas été fait pour être contemplé et compris par un être doué d’une sensibilité." ( Maxence Van der Meersch, Corps et âmes, T. II, pp 40-41 )

Mais si, ce plan est fait pour être contemplé par les hommes ! Afin qu’ils le rejettent avec horreur ou bien, hélas, qu’ils l’approuvent et y participent. Lorsque l’on pense aux horreurs indicibles des guerres meurtrières déclenchées par les disciples de Yahvé, aujourd’hui par exemple avec l’uranium appauvri qui crée des monstres, qui fait souffrir l’être humain au-delà de toute expression…

"Alors le Règne des Enfers n’était pas encore sur la Terre" (La Sagesse I,13-14).

Il ne se manifestait pas encore complètement mais les Enfers sont sur Terre. Pourquoi imaginer un endroit fictif où l’on souffrirait atrocement à cause des démons par suite de nos péchés, alors qu’ici-bas, nous vivons dans cet enfer ? Parce que les disciples de Yahvé veulent faire croire à un Eden ici-bas car eux veulent faire de la Terre, leur Terre promise. Le Paradis terrestre. Ils choisissent le Néant comme lieu de "création", comme leur maître, le Démiurge.
"Si le Monde d’ici-bas est mauvais, c’est qu’il n’a pas pour auteur le Dieu bon."

C’est une évidence.

"L’Univers tout entier est sous l’empire du Mauvais Esprit." (Jean : 1è épître, V, 19)

"C’est Moi, dit Yahvé, qui ai créé l’ouvrier qui souffle les charbons de feu pour former les instruments dont il a besoin pour son ouvrage. C’est moi qui ai créé le Meurtrier qui ne songe qu’à tout perdre." (Isaïe, LIV, 16)

C’est le Démiurge qui est évoqué par Jean lorsqu’il est dit : "Si Dieu était votre père, vous m’aimeriez… mais, vous, vous êtes les enfants du Diable. Lorsqu’il profère des mensonges, il dit ce qu’il trouve en lui-même, car il est par essence Mensonge. Il est le père du Mensonge". (Jean : VIII, 44)

"La Mort est entrée dans le Monde par l’envie du Diable" (Sagesse : II,24)

Yahvé est un dieu de Mort.

"Dieu n’a pas créé la Mort. Il a tout créé afin que tous subsistent. Toutes les créatures étaient saines à leur origine et le règne des Enfers n’était point encore sur la Terre" (Sagesse, I, 13-14)

En bref, la description du Démiurge est : "il est homicide depuis le début et il n’est pas dans la Vérité car il n’y a pas de Vérité en lui ; lorsqu’il exprime le Monde, il l’exprime à partir de son propre être parce qu’il est Mensonge et le Père du Mensonge."

Voilà le Dieu des juifs !

Voilà notre Adversaire !

vendredi 4 novembre 2016 14:50

Le prépuce du diable

La chronique de Jacqueline Berger

maman_le_rabbin_me_suce_3.jpg

Ou quand circoncision rime avec perversion

Qu’est-ce qu’un juif ? Hervé Ryssen dira qu’on est juif par hérédité, par le sang.

Cela suffit-il pour expliquer leurs caractères ? Leur physique peut être très différent : il existe des juifs blonds, des bruns etc… Tous les peuples au cours de l’histoire ont méprisé les juifs, s’en sont méfiés. Autant que leur physique, leur morale semble en cause.

Consultons la Bible. Dans la Genèse (17 de 10 à 15) : Voici ce que dit Yahvé à Abraham, l’ancêtre du peuple juif "Et voici mon alliance qui sera observée entre moi et vous, c’est à dire ta race après toi : que tous vos mâles soient circoncis. Vous ferez circoncire la chair de votre prépuce et ce sera le signe de l’alliance entre moi et vous. Quand ils auront 8 jours, tous vos mâles de génération en génération(…). Mon alliance sera marquée dans votre chair comme une alliance perpétuelle. L’incirconcis, le mâle dont on aura pas coupé la chair du prépuce, cette vie-là, sera retranchée de sa parenté : il a violé mon alliance".

Tous les juifs sauf rares exceptions, sont circoncis. Circoncis au 8è jour.

On a tort de ne pas prendre ces paroles au sérieux. Elles émanent de Yahvé, le dieu des Juifs auquel ils sont entièrement soumis. De plus, les indications sont précises : la circoncision doit se faire au 8è jour.

C’est par mon ami juif, Roger Dommergue Polacco de Menasce, professeur à l’université de Paris en endocrinologie que j’ai appris son importance. Roger n’avait pas été circoncis au 8è jour. Pour cause de phimosis. Il le fut à la deuxième puberté.

Car il existe d’après les endocrinologues, une première puberté au 8è jour après la naissance.

Et ceci est terriblement important.

Nous apprenons que le système hormonal de l’Homme précède le système neuro-cérébral. C’est en effet la découverte scientifique réalisée par le Docteur Jean Gautier.

Le système glandulaire comporte : la thyroïde, l’hypophyse, les surrénales, la génitale reproductrice et la génitale interstitielle.

Ces glandes se mettent à fonctionner le 8è jour après la naissance. C’est une première puberté (la seconde aura lieu lors de l’adolescence). '' "Les hormones jouent un rôle considérable dans le fonctionnement cérébral. Elles en jouent également un très important dans tous les actes de l’existence. Les idées nous dictent apparemment notre conduite, mais ce sont presque toujours nos impulsions physiologiques qui les font naître"''. Jean du Chazaud, Le secret dévoilé du corps et de l’esprit, édition Pierre Tequi, page 109.

"Les idées sont donc les impressions cérébrales formées à partir des sensations du réel et qui en sont la représentation.(…) La sécrétion préposée à faire subir à nos sensations ce puissant travail d’élaboration intellectuelle n’est autre que l’hormone génitale interstitielle agissant sur le cerveau, hormone dont sont quasiment privés les malades mentaux et qui les met dans l’impossibilité absolue d’effectuer ces élaborations. Conditionnant les états émotionnels, nos sécrétions endocriniennes établissent donc une liaison intime entre les états organiques, les idéations et les possibilités intellectuelles." (Idem page 109).

"Les hormones sexuelles ont une influence de tout premier ordre sur la personnalité aussi bien sur le plan moral qu’intellectuel." (Idem page 176)

Voyons en gros les qualités du type génital sexuel ou reproducteur : "le génital reproducteur peut être un élève brillant, réussissant bien dans ses études parce qu’il a de la mémoire et de la sensibilité. Mais il peut être aussi d’une intelligence très médiocre. L’hypergénital peut avoir bien des défauts : batailleur, d’un certain orgueil, manquant de moralité et de croyance, préoccupé des questions sexuelles. Il peut être artiste mais dénué d’idéal et de valeurs spirituelles avec, au contraire, des tendances matérialistes marquées". (page 177).

Par contre, "l’interstitielle endocrine est en opposition avec la génitale reproductrice. Les qualités du génital interne (ou interstitiel) sont fort grandes : il est bon, généreux, désintéressé, serviable, d’un sens moral très développé." (idem).

"Le génital interstitiel complet, c’est-à-dire le sujet qui possède un somatique, un physiologique et un cerveau animés par une sécrétion interstitielle toute puissante est très rare. C’est l’Homme de génie. Ces qualités sont : l’attention : c’est la qualité qui nous permet d’examiner en toute impartialité ce qui nous déplaît ou à rejeter de notre esprit ce qui nous plaît mais qui est inexact ou immoral. La volonté. Le sens moral enfin : altruisme, bonté, générosité, sacrifice par rapport au prochain, probité scientifique ou métaphysique dans l’ordre intellectuel." (…)

"Nous savons aussi que c’est la perte de ces qualités qui caractérise le dément." (page 178)

Or la circoncision n’est pas comme le croit le commun des mortels, une opération purement hygiénique. (voir vidéos sur le sujet sur Internet). En fait, la circoncision lèse gravement la glande interstitielle – et ce au moment où elle commence son activité, au 8è jour après la naissance.

Les juifs, de ce fait, sont a-moraux.

Je suis prête à parier que les quelques juifs révisionnistes – comme mon ami Roger – n’ont pas subi la circoncision au 8è jour !

N’en déplaise à mon ami Ryssen, les femmes juives obéissent à leur mari et subissent le résultat de la consanguinité et de l’hérédité, ce qui n’enlève rien à l’effet mortifère de la circoncision des mâles.

Jacqueline Berger

ps:
Les citations sont extraites du livre :
Jean du Chazaud, Le secret dévoilé du corps et de l’esprit – L’action prodigieuse des glandes endocrines. Editeur Pierre Téqui.

ligne_verte.gif

Un commentaire vu ici:

Lire l'ouvrage de Gautier (Jean) : "L'enfant ce glandulaire inconnu"
Ce document introuvable, et pour cause, enfin réédité par l'infâme Lenculus, le trois fois maudit et par jour, ce qui est remarquable.
Cette diffusion est gratuite et ceux qui aurait l'opportunité de le mettre en vente serait châtié par la mise en ligne de tout leur catalogue, sauf bien entendu les ayant-droits qui n'ont jusqu'à ce jour offert à la populace avide de connaissance aucune réédition.
Le livre se trouve ici.

Retrouvez une liste d'ouvrages rares au format PDF mis à disposition gratuitement sur internet par des bénévoles dont le très lumineux Lenculus, ici.


WAWA CONSPI