Aller à la recherche

Nous exigeons la vérité !

Nous exigeons nos droits !

Livres et documents

Fil des billets

lundi 2 janvier 2017 16:12

Comment est-elle devenue si grosse?

Source :
NAZI GASSINGS NEVER HAPPENED

Ada BIMKO-Rosensaft, mieux que Helen Schwartz !
(La vie était bonne dans les camps !!!)

"Superstar" holocaustique, racketteuse, parjure et fondatrice matriarche de l'USHMM (Musée mémorial de l'holocauste des États-Unis - Washington DC). Bien que Ada-Hadassah Bimko-Rosensaft ne soit plus parmi nous, son fils dévoué Menachem Z. Rosensaft (né en 1947 à Bergen-Belsen), poursuit son glorieux travail. Rosensaft continue l'entreprise familiale de la haine et du mensonge à but lucratif et l'influence à grande échelle. Si l'affirmation de Menachem selon laquelle sa mère avait effectivement habillé des détenues malades et les avait envoyés hors de l'infirmerie est vraie, elle a contribué puissamment à la propagation de maladies, en général du typhus, à l'intérieur des camps. Pour les personnes infectées par le typhus, il y a des périodes quotidiennes de plusieurs heures sans fièvre ou frissons quand les signes vitaux semblent tout à fait normaux au simple observateur. Si l'on utilise de telles périodes pour dissimuler la présence sous-jacente du typhus, on assure la propagation de la maladie et la mort d'innombrables autres victimes. Lorsque les Nationaux-Socialistes ont mis des monstres tels que Ada Bimko dans des camps de concentration, ce ne fut certainement pas une bonne idée. Que les SS aient utilisé des gens comme Bimko pour s'occuper des malades montre à quel point ils étaient désespérés dans les derniers mois de la guerre. D'après cette image d’avril 1945, il est évident que Hadassah n'a jamais perdu son appétit pour le chocolat. Elle et son mari "Yossi" avaient également un énorme appétit pour le marché noir et les richesses fabuleuses qu'il leur a apporté - même avant la "libération."

ada_bimko_1.jpg

La libération par les Britanniques a rendu tout plus facile. Au lieu d'évacuer Bimko vers l'Ouest avec des centaines de milliers d'autres juifs d'Auschwitz, les SS auraient dû la laisser à Auschwitz pour être violée à tour de rôle par les Russes. Voir aussi l'essai de Mark Weber de 1995.

bergen_belsen_nombre_de_morts.jpg

Il n'y a pas de photos de victimes de gazage homicide à Bergen-Belsen, ou n'importe où dans l'Allemagne de Hitler. Ou dans tous les camps de concentration nationaux-socialistes. Néanmoins, la preuve de loin la plus puissante et la plus persuasive pour l'holocauste en général est la collection de photos de morts, en particulier de Bergen-Belsen. Il n'est jamais revendiqué officiellement, pas même par l'USHMM, qu'il existe des photos de victimes de chambre à gaz d'où que ce soit. Cette simple vérité est délibérément passée sous silence mais toutefois la fausse impression est là, que parmi ces morts se trouvaient de nombreuses victimes de chambre à gaz - et c'est tout à fait délibéré.

C'est ce que la plupart des gens croient parce que c'est ce qu'ils ont été amenés à croire par la propagande holocaustique. Regardez les photos du 2572 USHMM dans les archives vous-même.

bergen_belsen.jpg

La plupart des morts n'étaient même pas juifs. Beaucoup de juifs, en particulier les juifs polonais, étaient complètement immunisés contre le typhus, puisqu'ils avaient déjà eu le typhus, souvent dans leur enfance bien avant la guerre, et qu'ils étaient donc porteurs immédiats de typhus pour le reste de leur vie. Ils pouvaient ainsi infecter d'innombrables autres personnes par le biais de poux - ce qui fut souvent le cas, en particulier à Belsen. Le SEUL réservoir connu pour l'organisme du typhus est un corps humain infecté qui portera l'organisme du typhus pour le reste de sa vie. Les poux infectés meurent en quelques semaines et ne constituent PAS un réservoir à long terme.

Les gens veulent croire qu'ils voient des victimes de "gazage" et que les révisionnistes doivent donc être fous. Ils ne le sont pas. Le public en général a été trompé par la "suggestion" et la plus puissante campagne de propagande haineuse jamais concoctée.

Montrer qu'aucun des morts n'était victime de chambres à gaz homicide est l'antidote critique à la preuve et l'argument holocaustique le plus puissant qui soit.

La non prise en compte des autopsies réalisées sur plus de 1000 corps par le Dr. Larson prouvant que la cause du décès n'était pas due à un empoisonnement toxique constituent un contre-argument critique.

ada_bimko_2.jpg

Il est utile de personnifier le canular en montrant, comme les révisionnistes tel que Éric Hunt ont déjà fait - Helen Schwartz est un superbe exemple - que la plupart des "survivants" étaient en bonne santé. Les "survivants" en bonne santé sont la réponse à l'accusation connexe selon laquelle il y avait, sinon gazage, une sorte de "famine systématique" en cours. Ada Bimko était extrêmement grosse et laide, déjà à Belsen - et elle n'était PAS la seule. Bimko était, cependant, le "témoin star" au procès de Belsen. Elle personnifie le racisme obscène de l'"holocauste" le meilleur de tous - la personnification vivante du mensonge, de la laideur juive et de la méchanceté. Quand elle s'est mariée peu après la guerre, elle est devenue "Hadassah Rosaensaft". Plutôt que de quitter Belsen le plus rapidement possible après la guerre, car rien que le souvenir de ce lieu aurait dû la pousser à fuir ; mais non, elle resta là, avec son mari juif, pendant encore cinq ans engrangeant des montagnes incalculables d'argent grâce au marché noir.

ADA BIMKO - Hadassah Rosensaft.
Encore mieux que Helen Schwartz !

Et plus que tout, elle a également co-fondé l'USHMM (United States Holocaust Memorial Museum) à Washington, DC quarante ans plus tard - quelle coïncidence ! Quand elle a fait cela, elle était encore plus laide.

ada_bimko_3.jpg

Les révisionnistes devraient se concentrer sur elle - elle a attiré notre attention. Elle personnifie l'absurdité et le racisme vicieux de l'holocauste en général.

Hadassah Rosensaft--Ada Bimko

Friedrich Paul Berg

Les gazages homicides n'ont jamais existé !
Niemand wurde vergast!

Il n'y a pas eu de "gazages limités !"
Il n'y a eu AUCUN gazage homicide !

Les "Nazis" n'ont gazé PERSONNE si ce n'est des poux porteurs de la maladie mortelle du typhus !!

ligne_verte.gif

L'article est disponible en pdf ici.

dimanche 25 décembre 2016 07:19

Un honnête Homme égaré à L’Education (manipulation) Nationale

Source :
Histoire E-book

Jean-Louis_Berger.jpg

Nous remercions Mme Jacqueline Berger pour nous avoir permis d'insérer dans ce document, les photographies marquant des moments de bonheur de leur famille.

ligne.png

Avant Propos

Amis lecteurs, ce que vous allez lire n’est pas une fiction, mais une aventure vécue. Depuis longtemps on m’avait suggéré de l’écrire, mais cela ne me semblait pas important.

Je ne voyais que vanité à publier que j’avais participé, moi aussi, à la grande aventure de notre époque : le révisionnisme.

Mais aujourd’hui, j’en ressens l’impérieuse nécessité, celle de témoigner de la vérité face à tous les faux témoins ; celle, aussi, d’exorciser tout le mal qu’on m’a fait et de tout digérer pour rétablir ma santé.

Jean-Louis Berger

Jean-Louis_Berger_2.jpg

Introduction

Dès l’origine, je n’avais jamais envisagé de consacrer ma vie à acquérir une situation et à gagner de l’argent. J’ai cru longtemps avoir la vocation religieuse et devoir suivre les traces de mes maîtres Assomptionnistes, mais ce n’était qu’une influence du passé, due à la nostalgie d’une existence antérieure consacrée déjà à la vie monastique et à l’étude des connaissances sacrées. Le destin a voulu heureusement que j’épouse celle qui devait m’aider à tester dans la réalité concrète mes idéaux antérieurs.

Je fus donc tour à tour ou simultanément professeur en divers lieux, agriculteur biologique, apiculteur, militant du Front National, et pour finir défenseur de certaines vérités historiques interdites.

Et c’est justement le sujet de ce récit.

ligne_2.png

Le témoignage complet de feu Jean-Louis Berger, remarquablement présenté par Lenculus, est disponible ici.

Retrouvez une liste d'ouvrages rares au format PDF mis à disposition gratuitement sur internet par des bénévoles dont le très lumineux Lenculus, ici.

mardi 13 décembre 2016 16:02

Une loi Fabius-Gayssot à la sauce américaine

Source :
John Kaminski

seal_of_the_united_states_house_of_representatives.png

Les juifs au-dessus des lois
(comme si c'était pas déjà le cas)
La vraie-fausse nouvelle c'est que nous vivons dans un pays libre

Ce n’est pas l'Amérique que vous pensiez connaitre. C'est un syndicat international du crime entièrement géré par des juifs.

L'histoire du monde montre que lorsque les juifs règnent, les criminels sont en liberté et les innocents sont violés et pillés.

Réduit au silence, le peuple est contraint de museler ses opinions et de ne pas tenir compte de son propre bon sens.

La même chose s'est passée il y a longtemps, dans un endroit appelé Russie, où ils ont fait de l'antisémitisme une infraction capitale et ont massacré cent millions de personnes.

Les Russes ne se sont pas affligés ça à eux-mêmes ; expédiés depuis New York, les juifs l'ont fait.

Un nouveau projet de loi, qui vient d'être approuvé par le Sénat des États-Unis, impose de nouvelles interdictions sur la façon dont il peut ou pas être fait mention des juifs dans les énoncés publics ainsi que dans les médias. Selon le projet de loi, toute tentative de relier Israël ou les juifs au 11 septembre, ou, notamment, à des revendications "exagérées" de l'holocauste, sera désormais considéré comme un acte antisémite et sera punis par la loi.

Le 1er décembre, l'article 10 de la "Loi sur la sensibilisation à l'antisémitisme de 2016" a été présenté et adopté par le Sénat des États-Unis en une seule journée et sans discussion.

Ce projet de loi met fin à tout prétexte selon lequel les Américains possèdent encore leur liberté d'expression garantie par la Constitution.

L'article complet en français est disponible en pdf ici.

jeudi 24 novembre 2016 16:08

Les Fabuleuses Histoires de Deborah Lipstadt

Sources :
CODOH
Germar Rudolf

deborah_lipstadt_3.jpg

Vous avez sans doute remarqué que je traduis moins de vidéos ces derniers temps, c’est tout simplement dû au fait que je travaille à la traduction d’un livre de Germar Rudolf intitulé : Fail:“Denying the Holocaust” / Fiasco : "Négation de l'holocauste"

Le livre est disponible en anglais sur le site de CODOH, où l'auteur le présente de la façon suivante :

Fiasco : "Négation de l'holocauste"

Comment Deborah Lipstadt a échoué dans sa tentative de prouver les attaques croissantes contre la Vérité et la Mémoire.

Par Germar Rudolf

Avec son livre "Négation de l'holocauste", qui devrait être publié de nouveau en décembre 2016, Deborah Lipstadt a essayé de montrer les méthodes erronées et les motifs extrémistes des "négateurs de l'holocauste" qui, selon la description du livre, n'ont pas "plus de crédibilité que l'assertion selon laquelle la terre est plate".

Le présent ouvrage, appuyé par des centaines de références à des études approfondies, démontre que le Dr Lipstadt n'a manifestement ni compris quels sont les principes et les méthodes de la science et de l'érudition, ni ne connaît les sujets historiques dont elle parle. Elle déforme les propos, traduit mal, donne une fausse image de certaines personnes, interprète de travers, et produit une pléthore de déclarations injustifiées. Entre autres choses, elle n'utilise absolument pas les normes généralement reconnues en matière de vérification des preuves. Étant donné la façon dont elle gère les documents et les données, il est clair qu'elle ne montre aucun intérêt pour l'érudition ou la raison. En fait, la vérité a été l'antithèse de son ouvrage.

Plutôt que de traiter son sujet de manière approfondie avec des arguments factuels, le livre de Lipstadt est plein d'attaques ad hominem contre ses adversaires. C'est un exercice d'arguments pseudo-scientifiques anti-intellectuels, une exposition de radicalisme idéologique qui rejette tout ce qui contredit ses conclusions préétablies.

Puisqu'elle reconnaît elle-même que les motifs de ses adversaires ne sont pas pertinents, inéluctablement, il en va de même avec son livre.

F pour Fiasco

ligne_verte.gif

La présentation complète du livre que propose Germar Rudolf sur son site est assez longue. Pour faciliter la transmission de l'information j'ai préféré vous la présenter -traduite en français- dans un pdf disponible ici plutôt que dans un article.

vendredi 18 novembre 2016 11:00

Arrêtez de nous gaver avec l'escroc Soral

Sources :
VHO
Politrash

philippe_peninque_-_jean_claude_nataf_-_alain_bonnet.jpg

Jean Claude Nataf (LDJ) - Philippe Péninque (FN- GUD) - Alain Bonnet

Cet article s'adresse à ceux qui continuent de soutenir et de boire les paroles du boxeur (dans ses rêves), toxicomane, (très mauvais) essayiste, zoophile (Poupeto s'en souvient, pas vrai le chien?...), chrétien sans reproche (Quand? On ne sait pas, mais puisqu'il le dit, ça doit être vrai, non?), plus marxiste tu meurs, bisexuel, National-Socialiste et révisionniste (Comment peut on croire une seule seconde que Soral est vraiment NS et révisio ?... ) et fistfucker (Liste non exhaustive des supers pouvoirs du super gourou) Soral.

Vous n'avez aucune excuse, alors arrêtez de vous faire des films sur ce tocard et arrêtez de corrompre la jeunesse en servant de caution morale à ce pauvre type qui n'a rien apporté à personne à part à lui même.

L'article suivant date de février 2009, il est disponible en pdf ici et ne comporte qu'une infime partie des informations disponible sur le maître du Logos.

ligne_verte.gif

Alain Soral

Alain Soral, c'est un peu le Renaud du milieu faf. Né petit bourge et se la jouant gauchiste-social-solidaire auprès de tous les défavorisés de la planète, Soral a grimpé dans la hiérarchie du milieu faf jusqu'à devenir ce qu'il est aujourd'hui. À la différence de Renaud, Soral ne chante pas : pour s'exprimer, il préfère écrire des essais imbitables, dans lesquels il développe au maximum les deux ou trois références intellectuelles qu'il a réussi à maîtriser au fil de sa carrière au long cours. Soral gère également son propre one-man-show au sein de l'association Égalité & Réconciliation, dont il est le gourou charismatique chef inspiré. Comme Renaud, Soral a le ton gueulard, le côté populo en bandoulière, des admirateurs en pagaille et la faculté innée d'énerver les gens.

Récemment, un énième règlement de comptes au FN a poussé Soral à en claquer la porte. Comme chacun sait, le Front n'est plus depuis longtemps qu'un demi-cadavre putréfié dont les anciens se dépouillent la charogne, mais le départ de Soral modifie la donne... ou pas : avec un homme comme lui, le FN aurait-il pu retrouver sa "gloire" d'antan ? Si notre cher Alain, candidat en second sur une liste du Front, n'en avait pas été rétrogradé au profit de quelqu'un qu'il n'aimait pas, aurait-il pu relever le niveau ?

Dans la vie, Alain Soral a une grande passion : Alain Soral. Depuis toujours, il s'aime et désire le faire savoir. Premier fan d'Alain Soral, Alain Soral a acquis sa notoriété de la même manière que Renaud, en racontant et travestissant sa vie de toutes les manières possibles. Il a tout fait, tout vu, tout entendu. Il connaît tout de l'existence, de la terre à l'espace en passant par le ciel. Il assène sa terrible vie à qui veut l'entendre pour montrer d'où il vient (ou plutôt d'où il ne vient pas !). Sur sa naissance, il disait récemment : "Moi, quand je suis né, la première chose que j'ai vu, c'était pas ma mère ! Non, c'était les huissiers !". On dirait du Renaud. Un peu comme "Dans mon HLM", cette chanson si délicate où le chanteur imagine les dures conditions de vie du peuple (qu'il ne connaît pas, vu qu'il a grandi dans le XVIème arrondissement).

Soral est tout de même beaucoup plus fin que Renaud. Il a écrit des livres, il maîtrise un tas de choses sur le bout des doigts. Comme Jésus, il a eu des rois mages venus assister à sa naissance, sauf que dans son cas c'étaient des rois huissiers. Et comme les bobos, il est un touche-à-tout incroyable. Il s'y connaît un peu dans plein de domaines différents, ce qui lui permet de faire croire qu'il est érudit. En fait, il est nul, mais nul partout plutôt que dans un seule domaine. Il a fait l'EHESS, où il a percé les secrets de la sociologie, coiffant au poteau ses professeurs par la vivacité de son intelligence. (Pierre Bourdieu n'était qu'un petit joueur à côté de lui !) Il a fait les beaux-arts, devenant l'égal de Léonard de Vinci et de Michel-Ange réunis. Il voulait devenir artiste, mais son regard était si perçant qu'il transformait tous les modèles nus en femmes-fontaines, sous l'œil admiratif de ses condisciples, éclaboussés par des flots de cyprine géniale. Après avoir vidé de leur jus toutes les femmes modèles des beaux-arts, Alain Soral a tourné son attention vers la politique. Il étudia jour et nuit, comme Napoléon passant son diplôme à Saint-Cyr. Soir après soir, son corps musclé et puissant prit l'attitude du "Penseur" de Rodin... en mieux : le "penseur" semble avoir des hémorroïdes, alors que Soral, lui, adaptait cette position-là à son génie pour la rendre plus majestueuse que Rodin lui-même n'aurait jamais pu la sculpter. Les grands esprits se rencontrent, dit-on. Au-delà des époques, au-delà du temps, cette maxime reste vraie : quand Alain Soral étudia la politique, il tomba en arrêt devant le Capital de Marx. En lisant ce livre, il comprit immédiatement que le social, c'était carrément ce qu'il y avait de mieux, et se jura de tout faire pour que triomphe la belle et bonne doctrine de Marx. Bien sûr, les effets du marxisme étaient déjà connus depuis longtemps, on avait l'URSS post-stalinienne sous les yeux, mais qu'à cela ne tienne : Soral, dans son incroyable génie, fit plier la courbe de l'espace-temps pour en revenir à une époque pré-1917, avant les excès des bolchéviques, à une ère où le communisme était encore tout beau tout gentil.

Cette passion pour la politique ne fit pourtant pas oublier à Soral le sens des vraies choses. Il acheta un deuxième exemplaire du Capital à son libraire et s'en fit une haltère, dont un usage régulier forma les muscles saillants et la silhouette parfaite qu'on lui connaît aujourd'hui. Bien qu'il n'existe aucun témoignage indiquant que Soral se soit déjà battu une seule fois dans sa vie, on sait de source sûre que notre homme était un tapeur, un cogneur, de l'étoffe dont on fait les vrais mecs bien virils. On ne sait pas s'il s'est battu contre des gauchistes ou des fafs, car son génie parvient à saisir les deux à la fois et fait de Soral un faf de gauche (ou un gauchiste faf, on ne sait pas très bien), mais il a dû faire mal à tout un tas de gens, c'est sûr. Une fois qu'il eut bien exploré les arcanes de la bagarre, il eut la chance de trouver un diplôme de moniteur de boxe dans un Kinder Surprise, célèbre petite gâterie dont il était friand.

Les skins nous l'ont montré depuis longtemps : qui dit tape dit gonzesse, et bien qu'Alain Soral ne soit pas un skin, il ne s'est pas privé de gonzesse pour autant. En quelques années, il s'est tapé le même nombre de nanas que Rocco Siffredi et Don Juan réunis, avec le gros membre de l'un et la grande classe de l'autre. Puis, se désintéressant de la bassesse physique, il mit son expérience à profit pour écrire des livres sur les femmes. Il a bien choisi son public : le nombre de puceaux frustrés étant en constante augmentation, solitude et internet oblige, Soral était sûr de vendre un max... Pour connaître les femmes, "il faut les baiser" (dixit le jeune G. d'E&R), et qui de mieux placé qu'Alain Soral pour connaître les femmes ? Il a décrypté les innombrables mystères de la drague dans son livre Sociologie du dragueur. Puis, d'une brusque détente intellectuelle, il s'est retourné contre ses anciennes maîtresses pour montrer comment, en véritables mantes religieuses, les femmes dévoraient la société des hommes dans le livre Vers la féminisation, un bouquin imbitable dans lequel il aligne à grand-peine des références qu'il ne maîtrise pas livre extrêmement bien écrit où il montre une fois de plus la luminosité de ses analyses. Soral était d'ailleurs visionnaire : son bouquin de merde livre a été réimprimé après la "catastrophe Ségolène" (qui est pour lui un excellent argument de vente). Si seulement le PS l'avait écouté, Laurent Fabius serait au pouvoir, Ségolène au foyer, Sarko en Hongrie et tout irait pour le mieux !

Mais tout n'était pas rose dans la vie d'Alain Soral quand il a rejoint la politique. Il voulait être punk, mais rapidement, il s'est aperçu qu'être de gauche était plutôt bien vu, même mieux que d'être à droite. Déçu par la superficialité de cette rébellion et soucieux de son authenticité, Soral a de nouveau fait plier l'espace-temps, en politique cette fois, pour rejoindre le FN. Le voilà, le véritable acte punk ! Comme il le confierait plus tard à la télé (car Soral, en bon néo-bobo, possède également sa notoriété médiatique... il est artiste, "essayiste", homme politique, sportif, combattant, sociologue, penseur, leader, animateur, bref, il est tout à lui tout seul ! Cela vaut bien une place dans le microcosme du show-bizz), "le véritable acte punk, c'est de voter Front National". En d'autres termes, comme les médias n'arrêtent pas de cracher sur le Front et que celui-ci est devenu un bouc émissaire public depuis les années Mitterand, il faut le rejoindre si l'on veut garder un rôle d'antagoniste. Ce Soral, quel rebelle ! C'est époustouflant.

Heureusement que l'antagonisme rapporte du fric, et que ce grand rebelle d'Alain peut vendre ses bouquins sans intérêt à prix d'or, lui le grand penseur et l'intellectuel bobo de droite...

Lisez notre portrait du bobo, vous y retrouverez tout ce qui fait le caractère de Soral. Dans sa grande mansuétude, l'homme nous a montré que le boboïsme pouvait aussi exister chez les fafs. Une pincée de culture G, un orgueil gros comme Philippe Vardon, du social, du pseudo-intellectuel, une grande gueule, une dose de rebellitude et hop, on obtient Alain Soral, surhomme et intellectuel faf !

Altruiste, Soral a daigné dispenser son enseignement à tous ceux qui en avaient besoin, pour les aider à trouver la voie comme lui. Pour cela, il a créé Egalité & Réconciliation, un "think-tank" visant officiellement à nationaliser le marxisme pour lui redonner son côté antagoniste d'antan. En réalité, E&R est le fan-club d'Alain Soral, un super endroit où l'on peut dire et faire tout ce qu'on veut du moment qu'on fait comme le chef. La ligne officielle est simple : d'abord, on doit aimer Alain Soral ; ensuite, on doit être prêt à lui donner son argent (ce qui permet d'accéder au forum d'E&R, une sorte de VoxNR en version multiethnique) ; enfin, on doit être capable de supporter les non-blancs les plus extrémistes et les plus cons, genre racaille islamiste ou autre, au nom de l'assimilationisme républicain défendu par Soral. Ce dernier point est assez marrant. Avec les discours africanistes et antisémites antisionistes de Kémi Séba, autre grand défenseur du black-blanc-beur d'extrême droite, on trouve plein de noirs personnes de couleur et d'arabes jeunes français d'origine maghrébine se rangeant aux côtés des fafs. Certains membres du RF ont des relations avec des musulmans, même s'ils prétendent lutter contre l'islamisation (en buvant des bières ?), tandis que certains soraliens se paluchent sur une mystérieuse Egypte noire inventée par Séba qui justifierait pêle-mêle antisionisme et blackpowérisme. Donc, côté faf, on trouve parfois du black-blanc-beur, au nom du droit à la différence, tandis qu'on ne trouve côté gauche que des blancs, au nom de la diversité.

Ces alliances bizarres finissent par former des situations totalement absurdes. Tout le monde n'a pas le génie de Soral, tout le monde ne peut pas faire correctement le grand écart de la fafitude à la gauchitude en passant par l'islam ! La manifestation anti-Israël du 24 janvier 2009, place Denfert-Rochereau à Paris, l'a très bien montré. A peu près 150 "fafs" rangés derrière le MDI (Mouvement des Déchets Informels, dirigé par Kémi Séba), le PSF (nouveau nom de la Droite Socialiste) et le Centre Zahra, dont une large majorité de grosses dondons voilées et de gamins hirsutes, se sont invités à la manif. La CNT organisant tout le toutim, elle ne voulait pas les voir. Elle a donc dépêché son service d'ordre, c'est-à-dire une quarantaine de bonshommes en noir avec un brassard jaune (un mélange de SS et de juifs ? ces gauchistes-là ont l'esprit bien tordu) pour faire le ménage. Il y avait donc, côté faf, un gros groupe black-blanc-beur avec davantage de femmes arabes que de skinheads, et côté gauchiste, des nervis blanc-blanc-blanc ethnomasochistes attaquant la diversité au nom de la diversité... de quoi devenir fou.

Entre parenthèses, il est amusant de voir que le SO qui a attaqué les "fafs" (dont certains se sont défendus en criant "Allah Akhbar", sans doute une nouvelle habitude pour les nationalistes ?) est allé se planquer derrière les CRS juste après. Ils le nient, mais toutes les vidéos de la manif montrent les bonshommes en brassard jaune se réfugiant derrière un cordon de gardes mobiles avec les barres de fer encore dans la main. La situation a beau être absurde, risible, et montrer que plus aucune distinction politique n'a aujourd'hui de sens, les gauchistes trouvent toujours le moyen de sucer du flic...

Pour en revenir à Soral, sachez qu'il a été victime (ah ah ah) d'un énième règlement de compte du Front National. Il occupait une certaine place sur une liste électorale, et il s'en est fait jeter récemment. Remarquez, c'est pas comme si le FN n'avait plus la moindre influence ou comme si ses cadres passaient leur temps à se tirer dans les pattes, mais Soral était au-dessus de tout cela. Du moins, il le croyait. Un de ses ennemis internes, un certain Jean-Michel Dubois, est parvenu à manoeuvrer avec Marine Le Pen pour que Soral dégringole de la deuxième à la quatrième place sur la liste. Notre homme s'est fâché tout rouge : comment pouvait-on lui faire cela, à lui, Alain Soral ? Lui qui s'est embrouillé avec tous ceux qu'il a côtoyé auparavant, il récidive. Après avoir quitté le PCF, s'être embrouillé avec Batskin, les féministes, la gauche, la droite et les identitaires, Soral quitte le FN en claquant la porte. S'ensuit un échange dithyrambique de noms d'oiseaux. Via des communiqués sur Internet, Soral traite Dubois d'ultra-libéral, de sioniste (insulte suprême !), balançant à tout le monde qu'il possède une villa à Miami (tiens donc ! encore un ancien du FN qui trempe dans des affaires louches ! Au moins, ça non plus, ça ne change pas), que Marine avait sa petite cour de "folles" autour d'elle... La lepénette s'est fendue d'une réponse beaucoup moins dithyrambique, mais tout aussi lapidaire, où elle traitait Soral d'"immigré politique" qui voulait imposer sa ligne au FN.

Qui a tort ? Qui a raison ? A vrai dire, ces querelles de gamins ne montrent qu'une chose : le Front National est probablement la formation politique la plus décevante de ces dernières années. Même portés par l'invasion de l'Europe, par un grand mouvement populaire et par le ras-le-bol des petits blancs, jamais les gens du FN n'ont foutu quoi que ce soit, sinon se taper dessus entre eux et se complaire dans la médiocrité du salariat. Heureusement qu'il y avait le Front pour donner un salaire à ses militants... Tout de même, ces cadres qui pantouflaient dans les couloirs du Paquebot, quelle élite révolutionnaire ! Quel panache ! Jean-Marc Rouillan n'avait qu'à bien se tenir !

Et cela vaut aussi pour Soral, grand représentant des néo-bobos fafs, qui va sûrement trouver quelque chose pour se recycler hors du Front.

PS : vous aurez remarqué qu'on a écrit ce texte en à peine plus de vingt-quatre heures, à partir du moment où on a appris la "nouvelle" de la rupture Alain-Marinette.

Politrash, plus dithyrambique que Sowal, plus réactif que Nonopress et plus faf que Kémick Sébastien !

jeudi 17 novembre 2016 08:42

Le canular de l'Holocauste dévoilé

Sources :
Histoire E-book
free PDF

Victor_thorn_-_Le_canular_de_l_Holocauste_devoile2.jpg

Ce livre de Victor Thorn est disponible en français ici.

Présentation

La recherche sur l’Holocauste est une entreprise dangereuse. Aujourd’hui, si un livre semblable à celui que vous tenez en main était publié en Europe, son auteur serait arrêté et emprisonné. Le crime : remettre en question le conte de l’Holocauste. En fait, des chercheurs ont subi l’incarcération en solitaire, des raclées sauvages par des assaillants, le harcèlement continuel, de longues batailles juridiques, le suicide de carrière et l’attaque des médias dirigée contre eux — tout ça parce qu’ils présentaient une histoire révisionniste de cet événement central. D’autres écrivains révisionnistes ont été victimes de crimes haineux, de nombreuses campagnes de diffamation, de menace d’amendes et de mort.

Les auteurs cachés derrière ces tactiques d’état policier font partie de toute une industrie sur l’Holocauste vouée à la suppression de toute information factuelle, et ce pour favoriser le colportage d’un maladroit dosage de propagande bourrée d’erreurs.

Le canular de l’Holocauste dévoilé dissèque chacun des éléments de ce qui est devenu la conspiration la plus monstrueuse du 20e siècle. Ce livre couvre la mythologie entourant les "camps de la mort", la vérité concernant le Zyklon B, la fable d’Anne Franck, comment le chiffre absurde de "6 millions" est devenu ridicule et plus encore.

L’industrie de l’Holocauste s’est transformée en dictature tyrannique qui manipule, déforme, marginalise et fabrique sans cesse de fausses conclusions pour renflouer son navire qui sombre. En amenant leurs obsessions hystériques au niveau de la psychopathie, les charlatans cachés derrière cette ruse montrent de manière évidente la faiblesse du fondement de leurs arguments.

Dédié aux :

Historiens révisionnistes – passés, présents et futurs – qui continuent la poursuite de la vérité, malgré l’étendue des dangers évidents qu’ils ont à confronter, particulièrement à ceux qui ont préparé le travail pour que cet ouvrage soit écrit.

samedi 12 novembre 2016 09:15

Tu le sens arriver, le pamphlet dans ta tronche satisfaite ?

Sources :
Suavelos
Vive l'Europe

maitre_du_logos.jpg

Dans son dernier entretien vidéo,- dont on ne peut pas vous montrer l’extrait puisque l’accès au contenu est payant sur E.R-, et dans la 4ème partie de celui-là pour être exact, le gauchiste de droite et amateur de prostituée africaine Alain Soral, cherche à ridiculiser les postulats racialistes du noir Kémi Seba en même temps que ceux du blanc Daniel Conversano (par un habile jeu de montage entubatoire, réalisé par son équipe technique de suceurs fanatiques).

Vous pouvez commander la rediff ici-même. Z’avez vu, je suis trop cool, je lui fais même de la pub !

L’idée est d’expliquer aux jeunes français qui l’écoutent religieusement que l’ethnie, la race, le sang, n’est pas un critère suffisant pour se déclarer en amitié avec quelqu’un. Plus encore, il serait ridicule, mais alors vraiment grotesque, de chercher à fonder une politique qui reposerait en premier lieu sur un point commun d’aussi faible importance que la familiarité génétique et la ressemblance physique entre les êtres humains. Il est vrai que c’est un critère qui a « seulement » uni les hommes entre eux depuis le début de leur existence jusqu’à avant-hier (1945) à l’échelle de l’histoire humaine.
L’Afrique aux noirs, l’Europe aux blancs ? Pfff, trop simpliste, déclare l’auto-proclamé génie du Logos, sans s’apercevoir apparemment, que sa position sur le racisme est EXACTEMENT LA MÊME que celle vendue par le Système, cet Empire du mal qu’il est censé combattre depuis 10 ans à coups de quenelles.

Soral, c’est quand même le type qui est capable de reprocher à Zemmour de dire la vérité, à savoir que les prisons sont pleines d’arabes et de noirs, et qu’elles ne le sont pas à cause des SIOUNISTES, mais bien parce que ces racailles irréellement stupides sont incapables d’apprécier la chance qu’ils ont d’habiter en France, et qu’ils y font tout simplement plein de conneries (le mot est faible : viols, vols, meurtres).

Les Ukrainiens, les Bulgares ou les Moldaves se couperaient un doigt pour avoir 1% des avantages qu’ont les maghrébins de banlieue en France. Ils remercieraient notre pays éternellement de lui offrir cette possibilité d’intégration inouïe.

S’il y en avait 15 millions en France on ne remarquerait même pas leur présence. Mais passons…

On rappellera à ce traître ethnique intégral que, si notre projet de communautarisme blanc lui semble ridicule, le sien, d’union contre-nature entre l’Islam et la Chrétienté pour combattre les juifs, est une des entourloupes intellectuelles les plus ridicules de l’histoire de la pensée trollesque.

A ce niveau là de mensonges et de bêtise, on peut même appeler ça de l’art. Et voilà nos arguments :
– Les juifs d’élite ne sont pas du tout inquiets à l’idée d’une Europe musulmane. Nous le renvoyons à la lecture de Ryssen, qui a très bien montré que la communauté juive n’a jamais été aussi prospère que lorsque l’islam était à la porte de Poitiers. Jacques Attali l’a expliqué aussi dans ses livres très clairement.
– Que le monde blanc catholique est en guerre contre l’islam depuis sa création il y a 1400 ans. Les européens de l’est ont encore l’anus douloureux au souvenir des invasions ottomanes, et deviennent rouge écarlate dès qu’on mentionne le terme « islam », en bien comme en mal d’ailleurs. Quand on essaie de leur expliquer qu’un dissident français actuel prône l’union avec eux pour combattre le sionisme, on les voit faire une erreur 404 en direct live, et leurs yeux deviennent vitreux de haine et d’incompréhension. Ils croient à une mauvaise blague.
– Que, n’en déplaise aux catholiques sincères qui nous suivent et que nous respectons infiniment, la pratique religieuse chrétienne EST MORTE à une échelle de masse en France. Il n’y a donc pas d’addition possible entre catholicisme et islam mais tentative par la seconde idéologie spirituelle de remplacer (en accord avec l’état) les lieux de cultes de la première, pour en faire des mosquées pour musulmans patriotes (lol). Tiens, on rappelle aussi que le dernier catho qui a été sympa avec l’islam, en offrant une partie de son territoire religieux aux jeunes du coin, pour en faire un lieu de culte islamique, en mode « front de la foi » (ils ont permis une mosquée juste derrière l’église de la ville), s’appelle le père Hamel, et qu’en guise de récompense, il s’est fait égorger par l’État Islamique. Waouh, ça c’est une réussite !!!
– Que le projet « talmudique », comme Alain Grosal aime à le répéter souvent, c’est le déracinement des peuples et leur métissage, et que la majorité des arabo-musulmans en France n’ont qu’un but : niquer de la blanche européenne et rester ici en touchant le RSA jusqu’à ce que mort s’en suive. Grosse Grosse Lutte contre le judaïsme international.
– Que lorsque l’Algérie gagne un match de foot (ou le perd, toutes les occasions sont bonnes pour faire n’importe quoi), les algériens de France (Patriotes, attention, CES JEUNES SONT FRANÇAIS !!!) mettent les rues de notre pays à feu et à sang, et le font parfois en faisant des quenelles, pour rappeler à leurs maîtres à tout-casser, Dieudonné et Soral, qu’ils ont bien compris la leçon de la haine du blanc, à retenir et se répéter en soi-même chaque matin.
– Que les juifs n’ont pas le monopole de la décadence morale, et que ce que nous considérons comme de la pédophilie est notamment autorisée par les textes coraniques.
– Que NOUS NE VOULONS PAS, enfin et surtout, Vivre avec des gens pour qui le cochon est un animal satanique, et qui pensent que toute femme ne portant pas le voile est une salope en puissance. Ce qu’ont en tête TOUS les maghrébins que j’ai rencontrés, qu’ils soient pratiquants ou pas, c’est dans leur esprit et ça n’en bougera jamais.

Alors pardonne-nous, ô toi, grand créateur de concepts (fallacieux) et de culture (de Dhimmi), mais on trouve que notre projet d’une Europe blanche ethnique et droitarde, régie par la force du bon sens et de la justice, a un peu plus d’avenir que le tien.
Soit tu te fous de la gueule de ton public, en prônant une réconciliation à laquelle tu ne crois pas toi-même (comme l’ensemble de tes collaborateurs, tous blancs d’ailleurs (puisque les maghrébins que tu as essayé de mettre en avant t’ont tous trahi les uns après les autres) tes collaborateurs, disais-je, qui, lorsqu’on les croise quelque part dans Paris, n’ont aucun mal à dire après 2 pintes dans le pif que la réconciliation avec les arabes, c’est du pipeau),

Soit tu y crois par antisémitisme hypertrophié, et tu es alors un malade mental, car ça ne fonctionnera jamais.

On n’est pas obligé d’aimer les crouilles quand on n’aime pas les juifs.
Céline te regarderait comme un drôle de racialiste, dur avec les israélites, et clément avec leurs frères sémites, les maghrébins, avec lesquels ils partagent pourtant de nombreux points communs.

Si la France devient un jour musulmane, tu auras vraiment bien joué ton sale coup, et tu auras une super place dans cette nouvelle société mahométane. Je m’exilerai alors pour échapper à ton courroux stalinien (car je sais que tu as la rancune tenace). Dans le cas contraire, c’est toi qui devra courir. On n’oubliera jamais tout le mal que tu as fait au nationalisme blanc. Le seul qui compte.

Parce que bon, hein, ton fascisme multicolore C’EST DE LA GROSSE MERDE, CA N’EXISTERA JAMAIS, HEIN ?!

Après, si tu veux en discuter tranquillement, un débat entre toi et moi est possible, sur l’espace de ton choix. J’ai la prétention de penser que la vérité ne craint pas qu’on se confronte à elle, et je suis serein à l’idée de t’affronter sur le terrain du politique.

Tu avais raison il y a 15 ans, aujourd’hui tu as extrêmement tort. Il suffirait que tu l’admettes, pour sauver ta piteuse fin de carrière.

Je suis prêt au pardon. Mais es-tu prêt aux excuses, qui doivent nécessairement le précéder ?

Daniel Conversano
11/11/2016

mercredi 9 novembre 2016 07:00

Le sionisme et la juiverie internationale

Source :
Vive l'Europe

Ivry_-_Le_sionisme_et_la_juiverie_internationale.jpg

Le sionisme et la juiverie internationale 1939

Définition du sionisme

Dans l’esprit de la plupart des "gentils", le Sionisme est une idée, un mouvement légitime. Certains estiment même qu’on devrait le favoriser croyant y voir seulement la politique du retour et de l’établissement de tous les Juifs en Palestine.
Mais en réalité, et d’après les sources juives, le Sionisme est le mouvement national juif basé sur l’idéal messianique de domination juive mondiale. Cela, nous le trouvons exposé dans nombre d’ouvrages juifs anciens et récents : L’histoire du Sionisme par Nahum Sokolov, Le Sionisme par Richard Gottheil, et dans les traductions des œuvres d’Asher Ginsberg, grand chef sioniste. Les revues et journaux nommément juifs prêchent clairement ce mouvement national d’Israël, basé sur l’idéal de domination juive mondiale.
Le plan juif est si colossal, et ses motifs secrets sont si complètement opposés à toute la psychologie du "chrétien moyen" que nous en restons confondus.
C’est la réaction normale d’auto-défense de l’esprit chrétien, repoussant dans l’ombre de trop sombres images, qui, pendant tant d’années, a contribué, plus que toute autre chose, au succès du plan juif. On ne voulait pas le considérer de près.
Et durant ce temps le programme juif néfaste faisait son chemin, et allait vers sa réalisation d’une façon sûre et méthodique. Pour compléter la définition sommaire du Sionisme, il faut donner un aperçu de son essence propre.

Déjà, dans les âges anciens, le coté surnaturel de la mission des prophètes de l’Ancien Testament (ils prêchaient un empire mondial, mais spirituel, par le Messie des Juifs), fut déformé par un groupe important d’intellectuels juifs et mis au service de leurs appétits terrestres, surtout vers la fin de l’histoire du Peuple choisi, quelque temps avant la venue du Christ. Ceux-ci rêvaient, dès lors, d’un empire mondial juif, mais terrestre et matériel, contraire à ce règne spirituel de Dieu que prêcha le Christ par l’Église du Nouveau Testament.
Voyez comment Israël Friedlander, sioniste notoire récemment décédé, dans un ouvrage intitulé Passé et Présent, définit cette aspiration des Juifs à la conquête du monde : "Cette solution est généralement appelée messianisme, mais étant donné son but final elle serait plus justement appelée sionisme, bien que ce nom soit d’origine récente. Le Sionisme moderne n’est que la continuation de la doctrine messianique, dégagée de ses coquilles d’œuf théologiques."
Dans les Études sur le Nationalisme juif de Léon Simon, sioniste, nous lisons : "L’âge messianique signifie pour le Juif … l’universelle acceptation du Juif et de Javeh, son Dieu à lui seulement !" "Ce que nous appelons toujours encore nationalisme juif, écrit encore Friedlander dans Passé et Présent, est la résultante directe de l’enseignement prophétique. Et si nous le considérons à cette lumière nous verrons de combien il dépasse le nationalisme bâtard qui regarde comme choses essentielles la simple possession d’un territoire et un gouvernement politique autonome. "

Pour plus d'informations, voyez ici.

Retrouvez une liste d'ouvrages rares au format PDF mis à disposition gratuitement sur internet par des bénévoles dont le très lumineux Lenculus, ici.

lundi 7 novembre 2016 19:15

Bon Anniversaire Frau Haverbeck ! 88 ans !

ursula_haverbeck_10.jpg

Herzlichen Glückwunsch zum Geburtstag

jeudi 3 novembre 2016 08:43

L’œuvre du regretté Michael Collins Piper récupérée pour le profit et par les mêmes parasites qui ont honteusement laissé tomber l’écrivain maudit

Source :
Le Gentil

michael_collins_piper_-_victor_thorn.jpg

Avis aux fans et sympathisants de feu Michael Collins Piper : American Free Press, maintenant dirigé par Elizabeth Carto (la chienne de femme de feu Willis Carto) et par le très suspect Pete Papaherakles, essaie maintenant de profiter financièrement de la mort de leurs ex-contributeurs Michael Collins Piper et Victor Thorn en parasitant leur œuvre, c’est-à-dire en se réservant l’exclusivité des droits de diffusion et de reproduction de toute leur œuvre! Chose que Thorn et Piper n’auraient jamais cautionné s’ils étaient toujours en vie, car pour eux l’important était la diffusion de leur message au grand large, si possible gratuitement. Piper était même le premier à inciter les gens à télécharger gratuitement ses livres sur internet! Enfin, sachez qu’encourager financièrement AFP, c’est encourager financièrement l’ex-employeur de Piper, un ex-employeur qui l’a trahi en le mettant brutalement à la porte alors qu’il était gravement malade, handicapé et dans le besoin…

Soyons donc fidèles à la mémoire de Piper et Thorn et continuons de partager leur travail sans restriction et surtout sans le moindre égard envers tous ces parasites nuisibles qui tentent de se l’approprier indument. Ce serait une excellente initiative que de télécharger et diffuser massivement tous leurs ebooks afin qu’il devienne impossible de tous les signaler et de tous les retirer du web! Thorn et Piper en seraient certainement ravis.

Voici où se les procurer:

http://www.freepdf.info/index.php?category/Piper-Michael-Collins

http://www.freepdf.info/index.php?category/Thorn-Victor

Pour plus de détails sur les tristes derniers jours de Michael Collins Piper et la trahison qu’il a subi de la part d’AFP et d’une partie du mouvement nationaliste-populiste, veuillez vous référer à l’article: "L’auteur populiste antijuif Michael Collins Piper a-t-il été assassiné par ses ennemis liés à la Scientologie sous contrôle du Mossad? Ou a-t-il succombé aux persécutions infligées par ses ennemis au sein du "mouvement" nationaliste alors qu’il était affligé par la maladie? Peut-être ne le saurons-nous jamais. Mais l’histoire de sa vie et son œuvre sont particulièrement révélateurs de l’état catastrophique du "mouvement" nationaliste et de ce que les chercheurs sérieux ont à subir non seulement de la part des ennemis déclarés du nationalisme mais aussi de la part de certains éléments problématiques à l’intérieur du mouvement nationaliste lui-même. Examinons ses mésaventures ô combien révélatrices avec des éléments malhonnêtes du mouvement tels que John Judge, Peter Dale Scott, Alex Jones, Jim Marrs, Robert Groden, Mark Weber, Andrew E. Allen, Jared Taylor, Eric Jon Phelps, Chris Bollyn, Eric Hufschmid, Mike Delaney, John Stadtmiller, Jim Condit Jr., Carolyn Yeager, James Fetzer, John Friend, Pete Papaherakles, sans oublier ses anciens employeurs le couple Willis et Elisabeth Carto."

mercredi 26 octobre 2016 14:00

Le mythe de l'Holocauste est définitivement mort

L'expertise de Richard Krege, par Herbert Verbeke et Vincent Reynouard, à lire ici.

Verbeke_Herbert_-_Reynouard_Vincent_-_L_expertise_de_Richard_Krege_Le_mythe_de_l_Holocauste.png

N'hésitez plus pour soutenir Vincent Reynouard qui sacrifie sa vie au combat révisionniste.

La boutique SANS CONCESSION.

La plus grande librairie/vidéothèque révisionniste !

mercredi 12 octobre 2016 14:00

Bernhard Schaub - L'Action Européenne

Source :
Vive l'Europe

Schaub_Bernhard_-_L_Action_europeenne.jpg

La situation en Europe se caractérise par l’insécurité, l’insatisfaction, la peur de l’avenir … Personne ne sait plus à qui encore faire confiance, aucune promesse n’est plus tenue. Le citoyen se sent trompé, mais, en général ignore par qui. Il ne fait que pressentir que tout, quelle qu’en soit la manière, doit être relié au thème de l’argent. Il prétend choisir lui-même ses gouvernants, et il persiste dans cette attitude, alors même que ceux-ci ne tiennent pas leurs promesses électorales. Les grands problèmes, dans bien des pays d’Europe, sont de natures différentes ; dans l’Ouest, toutefois, ils sont semblables : endettement étatique, surpopulation étrangère, perte des valeurs, pauvreté croissante malgré le miroir aux alouettes qu’est la croissance économique, quand ce n’est pas précisément la faillite de l’État qui est proclamée.
Beaucoup sont à la recherche d’une issue libératoire. Il y a bien quelques mouvements révolutionnaires, mais lequel d’entre eux peut-il réellement changer quelque chose ? Bernhard Schaub, dans le présent ouvrage, nous montre le seul chemin pour sortir de la crise qui s’accroît depuis 100 ans de manière exponentielle, et le lecteur, qui a compris ses explications, s’interroge : mais comment n’a-t-on pas songé plutôt à cette brillante idée ?
L’avenir de l’Europe ne peut résider que dans une Europe réellement unie, une Europe de peuples indépendants.

Schaub_Bernhard_-_L_Action_europeenne_2.jpg

Les sept objectifs de l’ action européenne

L’ Action Européenne est au-dessus des partis politiques et agit hors de l’enceinte des parlements. Elle atteint ses objectifs d’abord en informant autant de personnes que possible dans l’ensemble des pays européens, ensuite grâce à la collaboration de ces personnes, enfin en formant de futurs responsables.
La numérotation de ces objectifs ne doit décrire ni la succession temporaire ni confirmer des priorités, excepté le point 1 : le rétablissement de la liberté d’expression est la condition dont dépendent toutes les autres, le point d’Archimède à partir duquel le présent système criminel doit être renversé.

Objectif 1 : Rétablissement de la liberté d’expression.
Objectif 2 : Départ de toutes les troupes étrangères.
Objectif 3 : Rapatriement des immigrés d’origine extra-européenne.
Objectif 4 : Autodétermination pour les Allemands et les Autrichiens.
Objectif 5 : Création d’une confédération européenne.
Objectif 6 : Transfert de la monnaie et des médias dans la propriété du peuple.
Objectif 7 : Lutte contre la décadence et contre la destruction de la nature.

guillaume_tell_mythe.jpg

Retrouvez une liste d'ouvrages rares au format PDF mis à disposition gratuitement sur internet par des bénévoles dont le très lumineux Lenculus, ici.

samedi 8 octobre 2016 20:09

Fort McMurray en Alberta, Brad Love nous donne des nouvelles

Brad_Love.jpg

Brad Love

Source :
CAFE - The Canadian Association for Free Expression

En 2003, le prisonnier politique canadien Brad Love a été assommé avec la peine la plus sévère qui soit -18 mois de prison- en vertu de la tristement célèbre loi sur les crimes de la pensée du Canada, Sec. 319 du Code criminel pour avoir écrit et envoyé des lettres aux élus dans lesquelles il exprimait son opinion de façon tout à fait pacifique.

Ses conditions de probation ont été modifiées à plusieurs reprises au cours de ces dernières années à tel point qu’à un moment donné, un juge Hogg lui a ordonné de n'écrire à "personne" sans son consentement formel. Cette ordonnance a été rendue, non pas en Corée du Nord, mais au Canada.

En 2012, il a été reconnu coupable de violation de probation pour avoir envoyé des informations à plusieurs groupes juifs qui ne l’on pourtant pas dénoncé pour ça. Il a reçu 18 mois supplémentaires et fait maintenant l'objet d'une nouvelle interdiction d'écrire aux médias politiques ni à des groupes religieux.

Encore une fois, ce piétinement Orwellien de la liberté d'expression a eu lieu, non pas en Corée du Nord ou au Congo, mais dans le suffisant, auto-satisfait et de plus en plus répressif Canada.

Paul Fromm

ligne_verte.gif

LETTRE DE BRAD LOVE.

29 juin 2016

Fort McMurray en Alberta.

Le mardi 3 mai 2016 à 15h30, les flammes sur mes talons léchant pratiquement les pneus de mon véhicule, j'ai fui mon quartier, ma maison, ma ville et je me suis dirigé vers le Sud sur la route 63, avec des milliers d'autres personnes qui cherchaient à échapper à l'enfer sur le point de détruire ma ville. La municipalité, qui a refusé toute aide extérieure, a laissé tomber et la petite équipe de pompiers municipaux submergés, n'a pas pu faire grand chose pour contenir les incendies de maisons.

Avec peu de carburant dans ma voiture et un sac rempli à la hâte, je passai la nuit dans ma voiture stationnée 10 km au sud de la ville. Je me suis réveillé à 5 heures le lendemain matin pour trouver l'endroit rempli avec d'autres personnes évacuées. Évitant les barrages routiers, je suis rentré dans mon quartier pour trouver ma maison en cendres et les squelettes de véhicules fondus. Techniquement, le feu de forêt n'a pas brûlé ma maison ni détruit mes biens. C'est la maison de mon voisin qui a brûlé ma maison, aidé en cela par son réservoir de barbecue, sa voiture pleine d'essence, ses quads, ses jerrycans, etc. Fort Mac est / était jonché de véhicules aux réservoirs pleins d'essence laissés dans les allées pendant l'Exode. Opprimé par le site, je partageais une bière à 6 heures du matin avec un citoyen de passage pointant nos pouces vers le bas à un véhicule de la GRC (Governance, Risk Management, and Compliance) qui passé.

Pour la deuxième fois, je pris la route en direction du Sud pour Edmonton, un voyage qui se fait normalement en 5 heures mais qui là, en a pris huit, à cause des quatre voies d'autoroute obstruées par les véhicules des personnes évacuées qui se dirigeaient toutes dans la même direction. Je suis resté à la maison de la nana d'un copain, frappant à la porte de tous les centres pour les EVAC pour des vêtements, des articles de toilette et divers documents de la Croix-Rouge. Deux semaines plus tard, avec un autre ami, nous sommes partis au Nord de la petite ville de Lac La Biche, où la Croix-Rouge m'a mis dans un hôtel pendant 16 jours. Les 2.000 habitants de cette ville nous ont nourris et soignés comme nuls autres ne l'auraient fait. J'ai reçu 1.250 $ cdn du gouvernement de l'Alberta, 600 $ cdn de la Croix-Rouge, 400 $ cdn en coupons gaz / alimentaires et 300 autres $ cdn lorsque je me suis inscrit comme rapatrié le 5 juin puis installé dans une nouvelle location prévue pour les deux prochains mois - cette chambre serait payée par un tiers puisque je suis un évacué non assuré.

Voici maintenant la partie pourrie. En tant que travailleur précédemment mis à pied, j'avais espéré en revenant, trouver un travail dans la reconstruction comme promis à tous les résidents (de Fort McMurray) qui reviendraient. Au lieu de cela, je trouve des types genre hippies qui ne sont pas de la ville, des travailleurs étrangers, des gens du Tiers monde de tous horizons, travaillant pour 16 $ de l'heure, gardés dans des camps, devant nettoyer les sites et aucun d'eux n'a l'air très heureux ou prospère tandis qu'ils peinent et ce, dans une ville qui offrait autrefois de gros salaires. À l'entrée de chaque lotissement et de chaque rue incendiée il y a un gardien de sécurité africain dans une camionnette qui demande à voir une pièce d'identité. Ça fait trois semaines que ce mec est dans le pays et il ME demande une pièce d'identité ? Manquerait plus qu'ça ! La peste des travailleurs étrangers était horrible avant le feu mais maintenant c'est 100 fois pire. Pensez à tout l'argent que ces gens soustraient de notre économie, pour ne jamais revenir et qui est expédié aux nations qui nous haïssent et méprisent notre mode de vie. Personne ne semble comprendre ce problème de mathématiques ou les problèmes qu'ils apportent. L'économie du Canada a pris un coup double ce coup-ci. Je ne sais pas ce qui a causé le plus de dégâts, le feu ou le déluge de ces briseurs de grèves étrangers.

Avec 2.600 maisons détruites, le chef des pompiers est salué comme un "héros" ... BEN VOYONS !!! Rien que dans ma rue, il y avait 70 maisons duplexe, toutes ont brûlé, chacune d'une valeur de 400.000 $ cdn plus leur contenu, plus les véhicules, on parle donc de 30 millions de dollars canadiens rien que là. Maintenant faites le calcul. Les médias affirment que la Croix-Rouge a reçu 160 millions de dollars canadiens de dons. 80.000 personnes ont fui le feu, 50 000 d'entre elles sont des adultes et sont donc qualifiés pour toucher de l’argent et devraient recevoir plus de 30.000 $ chacun, faites le compte, c'est facile. Pourtant, j'ai reçu 2.000 $ cdn. Où est le reste ? Localement, où que j'aille faire la queue, je suis submergé par des Philippins baragouinant et des musulmans maussades avec leurs marmailles nombreuses. Bref, je suis maintenant une minorité dans ma propre petite ville autrefois prospère.

L'abrutie de maire elle-même -qui emploie deux nounous philippines- ainsi que le Conseil de la ville, tous louent le multiculturalisme, la force, la résilience et la reconstruction de cette ville, alors qu'en fait il y a très peu, voir rien de tout cela qui se passe. Ils se sont octroyés, en dépit de nos salaires en baisse, une augmentation de 100% sur les leurs la semaine dernière -comme ça fait chaud au cœur. Les médias ici ressemble à un club de chorale dirigé par des décrocheurs du premier cycle, qui auraient ingéré beaucoup trop de Ritalin et si j'ose les affronter ou n'importe quel élus, ils appellent les flics qui rappliquent ensuite en grand nombre et m'emmènent (c'est déjà arrivé). Je ne plaisante pas.

Si seulement tous ces travailleurs étrangers temporaires pouvaient rafler ces emplois bien payés du gouvernement, nous verrions alors à quel point ils adhèrent au libéralisme et au multiculturalisme. Arfff !!! Mes concitoyens et ceux qui les contrôlent ont tous l'intégrité et le courage d'un aimant de réfrigérateur. Si seulement je pouvais Brexit. Il y a tellement d'histoires d'infortune qui émergent suite à la catastrophe qu'a vécue cette ville, mais malheureusement vous ne verrez rien de tout cela dans vos médias. Ce ne sont que des mots "qui réchauffent le cœur" et quand arrivera l'hiver quand tout l'argent, la bonne volonté et la générosité seront à sec, nous allons voir combien de Canadiens silencieux et apathiques seront obligés de dormir ici dans leurs voitures (il peut faire jusqu'à moins 40°C) -et ça, s'ils ont encore un voiture. Ouep, ce sera aussi terrible que ça si nous laissons faire.

En attendant mes rues semi-désertes sont contrôlées par une litanie d'agents de la GRC, les députés du shérif, les agents de la paix, et les flics qui encaissent les heures supplémentaires, pendant notre vague de criminalité inexistante. Pour le prochain week-end la fête du Canada (1er juillet), les fonctionnaires de ma ville, qui vont gaspiller encore plus d'argent pour les défilés, les transports gratuits, les petits déjeuners aux crêpes, tous rassemblés et applaudis par une population analphabète, endormie par un gouvernement qui dépense - oups - gaspille l'argent des contribuables en les divertissant. Et alors que je passe au volant de ma voiture devant une femme de Terre Neuve hideuse en surpoids et tatouée dans un énorme pick-up qui me lance un pouce vers le haut. Cette crétine qui clope à la chaine et qui est responsable du trou de la sécu ne comprend tout simplement rien à rien. Et son autocollant où on lit : "Fort Mac fort !" Je peux parier toutes mes économies que cette vache n'a jamais voté de sa vie et c'est mon peuple ??? Jamais de la vie !

Jamais plus vrai, Brad

Et :

J'ai reçu hier votre lettre antidatée "66 questions et réponses de l'holocauste" et une lettre de Poste Canada prétendant qu'elle avait été trouvée dans l'une de leurs installations le 3 mai, lorsque moi et 75.000 autres personnes fuyions un feu de forêt qui brûlait depuis des mois - et qui ce jour-là a tourné et a englouti rapidement ma ville. Le service d'incendie ne s'est même pas pointé dans la plupart des quartiers, permettant à 2.600 maisons de brûler. J'ai tout perdu, à part ma voiture et un sac avec quelques une de mes affaires. Je suis depuis retourné au travail, mais cette ville souffre. Aucune maison ne sera reconstruite avant l'année prochaine. De nombreuses entreprises restent encore fermées. Beaucoup ne sont jamais revenus ou ont pris leurs chèques d'assurance et sont partis pour de bon. Des travailleurs africains, musulmans et philippins abondent faisant ainsi baisser les salaires partout. Notre ville qui était autrefois en plein boom est maintenant un gouffre et le feu n'a rien à voir avec ça. Personne n'a rien dit pourtant tout le monde à râlé. Une main-d'œuvre bien rémunérée n'est plus qu'un lointain souvenir. Et Trudeau (Premier ministre) est pour que l’invasion continue. Mon propre gouvernement local de lécheurs de culs n'est même pas compétent pour diriger la SPA - je ne plaisante pas. Mon annuaire, et tout ce que je possédais est parti en fumée, j'ai donc perdu tes coordonnées. On reste en contact.

Brad Love
911-201 Arabian Dr.
Ft. McMurray, AB T9H 5R5
Canada
780-792-1606.

dimanche 2 octobre 2016 07:58

(((CRIMINELS NÉGATIONNISTES)))

Sources :
CRIMINAL HOLOCAUST DENIAL
The holocaust hoax

holocaust1.png

  • Si vous acceptez les statistiques juives de 1949 et 1950, alors sans l'ombre d'un doute les juifs sont coupables de 633.480 chefs d'accusation de "négation de l'holocauste".
  • Si vous croyez que leurs statistiques de 1940 sont plus précises que leurs statistiques de 1950, les juifs sont coupables de 1.492.509 chefs d'accusation de "négation de l'holocauste".
  • Si vous croyez que leurs statistiques de 1939 sont plus précises que leurs statistiques de 1950, les juifs sont coupables de 1.985.617 chefs d'accusation de "négation de l'holocauste".
  • Si vous croyez que le Daily Express est plus précis que les Synagogues, les juifs sont coupables de 3.276.600 chefs d'accusation de "négation de l'holocauste".

Étant donné que les juifs ont désormais redéfini la "négation de l'holocauste" comme étant une affirmation selon laquelle si l'on réduit le nombre de décès juifs allégué de 6 millions dans un "holocauste" ne serait-ce que d'UN seul, et si donc un non juif (mais pas un juif ?) affirme que seulement 5.999.998 juifs sont morts dans ce dit holocauste, il se rendrait alors coupable de DEUX chefs d'accusation de "négation de l'holocauste".

De toute évidence, cela est manifestement injuste dans cette nation chrétienne putative, puisque les négationnistes de l'holocauste les plus flagrants sont juifs, et c'est leur comportement CRIMINEL effréné dans le domaine de la négation de l'holocauste qui pousse les non juifs à devenir des criminels et les pousse à "nier l'holocauste". Comme souligné dans l'article ci-dessous, il s'agit de provocation, et la seule façon d'éliminer ce piège est d'éliminer le négationnisme à la source (nécessitant l'emprisonnement instantané ou l'exécution de tout juif impliqué dans le négationnisme).

Lorsque le journal juif "The Daily Express" du 24 mars 1933 a affirmé qu'il n'y avait que 600.000 juifs en Allemagne et seulement 14 millions de juifs dans le monde, cela a "minimisé" l'holocauste parce qu'il a sous-estimé le nombre de juifs dans le monde de 2.643.120. En 1949, les experts juifs ont révisé leurs estimations de la population pour le nombre de juifs dans le monde en 1939 à 16.643.120, à partir des 15.192.089 qu'ils avaient estimés en 1943. En d'autres termes, après la Deuxième Guerre mondiale, ces sources juives savaient qu'il y avait 1.451.031 juifs en PLUS dans le monde neuf ans plus tôt.

En réduisant le nombre de juifs dans le monde avant la guerre, le Daily Express a minimisé l'holocauste, ce qui est considéré légalement comme étant une "négation criminelle" de l'holocauste.

La vérité n'est pas une excuse. Comme l'a démontré le procès Ernst Zündel, une incapacité à prédire l'avenir est encore moins une excuse. Là où le Daily Express était coupable de seulement 1.192.089 chefs d'accusation de "négation de l'holocauste" AVANT la guerre, cette révision de la population juive en 1939 les rend coupables de 2.643.120 chefs d'accusation de "négation de l'holocauste" APRÈS la guerre. Comme nous le savons tous maintenant, pour un crime si flagrant, il n'y a PAS de prescription, de sorte que le Daily Express, ses auteurs et écrivains, ET TOUS SES LECTEURS qui ont échoué à s'opposer à cette "négation criminelle" de l'holocauste, sont déjà coupables des faits reprochés, sans la nécessité gênante d'un procès spectacle comme celui de Zündel.

En outre, étant donné que ces sources ont également affirmé qu'il y avait 153.000 juifs en Allemagne APRÈS la guerre, ils affirment de facto que le nombre maximum de juifs en Allemagne (non compris l'émigration de l'Allemagne) qui auraient pu être holocaustés est de 447.000 (600.000 juifs en Allemagne avant la guerre - 153.000 juifs après la guerre), ce qui représente en fait 5.553.000 chefs d'accusation de "négation de l'holocauste".

Qu'en est-il des juifs comme Einstein qui sont partis aux États-Unis ? Qu'en est-il de l'augmentation rapide des juifs en Russie ? Qu'en est-il des quatre millions de juifs qui ont immigré en "Israël" ? Certains d'entre eux ne viennent-ils pas d'Allemagne ?

Il est clair que quatre organisations juives ont commis la "négation criminelle de l'holocauste" dans le seul but de faire de nous les "gentils", des coupables d'une forme équivalente, voire pire, de "négation de l'holocauste", qui, en termes juridiques est une "provocation". En vertu des lois négationnistes, ces quatre organisations doivent être immédiatement examinées, traduites en justice, et si reconnues coupables, dissoutes sur le champ, et tout le personnel responsable ainsi que leurs membres punis ou emprisonnés proportionnellement aux cinq ans de prison infligés à Ernst Zündel :

  • 1. Le Daily Express.
  • 2. Le Comité juif américain.
  • 3. L'Annuaire juif américain.
  • 4. Le Bureau de statistique juif du conseil de synagogue américain.

Nous ne pouvons pas avoir une loi pour les non juifs et une autre loi pour les juifs. Si Ernst Zündel méritait d'être emprisonné pendant 5 ans pour avoir questionné sous une forme plutôt mineure certains détails techniques de l'holocauste sans les avoir publié "officiellement", ces "négationnistes de l'holocauste" dont les œuvres sont maintenant dans TOUTES les bibliothèques des États-Unis méritent une peine à PERPÉTUITÉ, voire des condamnations à MORT.

Ce qui est bon pour l'un est bon pour l'autre.

Ce qui est bon pour les non juifs est bon pour le juif.

Vous voyez ? C'est gagnant/gagnant pour tout le monde !!!

Sauf pour les hommes blancs.


À cause de leurs MENSONGES, des HOMMES BLANCS innocents sont persécutés, poursuivis, emprisonnés, et TUÉS.

Pour cause de "négation criminelle" de l'holocauste.

Pourtant les négationnistes les plus criminels, les plus énormes, les plus flagrants, les plus vicieux qui existent sont les JUIFS.

En 1924, les juifs ont dit qu'il y avait 15.286.000 juifs dans le monde.

Puis, en 1928, les juifs ont dit qu'il y avait 15.315.359 juifs, soit une augmentation de moins de 0.05 % annuellement.

En 1929, ce montant a fait un bon pour passer à 15.630.000, une énorme augmentation de 2% en une année, et il est resté à ce niveau jusqu'en 1930.

Dix ans plus tard, en 1939, avant même que la Deuxième Guerre mondiale n'implique les juifs, leur population a plongé à tout juste 15,290,983, une baisse de 2.2%, ce qui indique que ce n'est pas tout à fait une race robuste.

Ce schéma se répéta en 1940.

En 1941, la population juive de 1938 fut ajustée à la hausse à 15,748,091, suggérant que les juifs portaient attention à leur démographie et qu'ils avaient découvert que la population avait augmenté de 0,7% plutôt que diminuer de 2,2% au cours de cette décennie.

En 1945, toujours attentifs à leur taux démographique fragile, la population juive baissa de 60.000 pour arriver à 15.688.259. Toutefois, les populations de la plupart des autres pays où vivaient les juifs subirent jusqu'à 24 % de pertes à la suite de la Seconde Guerre mondiale, alors qu'il y avait maintenant 2,6% de juifs de plus qu'il n'y en avait en 1924.

Ce schéma se répéta en 1946 ; 1947 et 1948.

Puis tout à coup, en 1949, après des décennies passées à être si attentif envers leur population, les juifs ont soudain découvert qu'ils avaient complètement raté le fait qu'il n'y avait que 5.376.520 de juifs disparus, soit 623,480 juifs de moins que le chiffre exigé de 6 millions. Les négationnistes criminels insultent lorsque vous déclarez qu'il y avait un juif de moins sur les 6 millions de juifs holocaustés, ce qui signifie que cette organisation de négationnistes criminels est coupable de 623.480 chefs d'accusation de "négation de l'holocauste".

Ce schéma criminel de négation de l'holocauste a été reproduit en 1950 en utilisant exactement les mêmes chiffres.

Cette attention minutieuse aux détails, les rapports si soignés rapportant tout changement mineur dans la population juive, les révisions et ajustements dans les chiffres afin de tenir compte des mises à jour lorsque celles-ci se présentent - contredit totalement l'incapacité de ces organisations à noter une réduction de QUARANTE POUR CENT de juifs, durant plus de CINQ ANS.

  • 1. Il faut noter que ce sont EUX qui affirmaient pendant une décennie qu'il y avait moins de 15.749.000 juifs dans le monde, et que ce sont EUX qui ont rétroactivement ajusté ce chiffre à la hausse de 895.029.
  • 2. Par conséquent, ils sont rétroactivement coupables de 895.029 autres chefs d'accusation de négationnisme criminel, deux fois (ils l'ont fait au moins deux fois). En plus de cela, après toute cette délibération, cette étude et cette recherche, ces sources JUIVES ont unilatéralement convenu qu'il n'y avait que 15.290.983 juifs dans le monde entier en 1940, juste avant la Seconde Guerre mondiale. Alors pour quelle raison auraient-ils en 1949, soit 4 ans après la guerre, AUGMENTÉ leur estimation pour 1940 de 15.290.983 à 16.643.120, soit une augmentation énorme de 1.352.137 - presque TROIS FOIS plus de juifs que l'Allemagne n'en a jamais compté ? Comment pouvaient-ils en savoir plus sur la population juive de 1940, soit neuf ans plus tard, en 1949, que ce qu'ils savaient en 1940 ? Cela ajoute 1.352.137 autres chefs d'accusation de "négation criminelle" de l'holocauste !
  • 3. Ils ont également omis d'inclure TOUTE immigration de juifs aux États-Unis, même si jusqu'à 70% de leurs immigrants étaient juifs selon les années, une moyenne de près de 50 000 par an avant les 8 ans qu'ils ont omis. Ceci représente un supplément de 400.000 juifs qui ont été, ni vu ni connu, laissés en dehors de leurs statistiques dans une tentative manquée d'atteindre le nombre magique de six millions de juifs décédés.
  • 4. Il n'y a jamais eu 3 millions de juifs en Pologne. Le nombre maximum qu'il y ait jamais eu était de 300 000, de sorte que leur estimation de 88.000 pour 1950 représente aussi une baisse de 212.000 juifs, pas 2.912.000. Ce chiffre supplémentaire de 2.700.000 juifs disparus est juste une autre tentative échouée de parvenir à ce chiffre magique de 6 millions.

Ainsi le total sous-représenté du nombre de juifs disparus dans l'holocauste, par rapport au chiffre largement rapporté de six millions, selon ces ressources statistiques JUIVES elles-mêmes, est le suivant:

  • 633.480 juifs en deçà du chiffre obligé de six millions.
  • 1.352.137 juifs arbitrairement ajoutés à la population juive de 1940.
  • 400.000 immigrés juifs aux États-Unis non inclus.
  • 2.700.000 juifs surestimés pour la Pologne.

Total = 5.085.617

Ainsi, ces trois organisations juives ONT CONSPIRÉ à nier l'holocauste 5.085.617 fois. Leurs chiffres étaient donc bien EN-DEÇÀ du chiffre de SIX MILLIONS d’au moins 85 %.

Est-ce faire preuve de "négationnisme" que de citer les sources JUIVES qui NIENT l'holocauste ?

TÉLÉCHARGEZ, IMPRIMEZ ET DIFFUSEZ LES PROPRES COPIES DES ALMANACHS MONDIAUX RESPECTIFS SUIVANTS :

1924 = 15.286.000 juifs

1925 = 15.630.000 juifs

1928 = 15.315.359 juifs

1929 = 15.630.000 juifs

1933 = 14.000.000 juifs

1938 = 15.748.091 juifs

1939 = 15.290.983 juifs

1939 = 16.643.120 juifs (révisé à partir de 1949, une augmentation rétroactive de 1.352.137)

1940 = 15.290.983 juifs

1941 = 15.784.091 juifs

1945 = 15,688.259 juifs

1946 = 15.688.259 juifs

1947 = 15.688.259 juifs

1948 = 11.688.259 juifs

1949 = 11.266.600 juifs

1950 = 11.266.600 juifs

1955 = 11.627.450 juifs

1963 = 12.867.000 juifs

1975 = 14.353.790 juifs

1983 = 16.820.850 juifs

1986 = 16.932.000 juifs

1987 = 17.981.460 juifs

1988 = 18.075.400 juifs

1997 = 14.890.000 juifs

2000 = 13.201.111 juifs


Vous pouvez télécharger la vidéo facilement en faisant clic droit ici,
puis "Enregistrer la cible du lien sous", puis "Enregistrer".

N'hésitez pas à re-uploader cette vidéo partout sur Internet

samedi 24 septembre 2016 15:10

Pourquoi Hitler était antisémite

Pourquoi_Hitler_etait_antisemite.jpg

La boutique SANS CONCESSION

Parution d'une nouvelle brochure, écrite par Vincent Reynouard:

"Pourquoi Hitler était antisémite"

En prenant pour fil rouge le roman Charlotte de David Foenkinos (ouvrage récompensé par le prix Renaudot 2014 et retraçant le parcours d’une artiste-peintre juive sous le IIIe Reich), Vincent Reynouard rappelle les racines de l’antisémitisme en Allemagne à partir des années 1920 et rétablit certaines vérités sur la vie des juifs dans le IIIe Reich en s’appuyant sur des documents peu connus et inédits.

Il en profite pour réfuter à nouveau le mythe selon lequel, le 30 janvier 1939, Hitler aurait publiquement annoncé qu’en cas de guerre, les juifs d’Europe seraient exterminés.

Vincent Reynouard explique ensuite pourquoi, si une extermination des juifs avait été décidée, les vainqueurs auraient fatalement dû retrouver un ordre d’Hitler ou d’Himmler, que ce soit sous la forme d’un original ou d’une copie.

L’auteur démontre enfin pourquoi la base de données du Mémorial Yad Vashem qui contiendrait des centaines et des centaines de milliers de noms de juifs victimes de la Shoah ne saurait être considérée comme fiable. Pour cela, il révèle deux surprenantes découvertes qu’il a faites voilà plusieurs années et dont il n’avait encore jamais parlé…

Vous pouvez vous procurer un ou plusieurs exemplaires de cette brochure pour un prix unitaire de 10 euros, disponible ici.

Vous retrouverez également des retours en stock très demandés, tels le livre phare et visionnaire sur le déclin du Front National "Les raisons des l’échec électoral de J-M Le Pen et du FN", de Vincent Reynouard (20 euros), ainsi que la réédition de "Quatre années d'Allemagne d'Hitler vues par un étranger", de Cesare Santoro et paru en 1938 (35 euros). Pour les plus modestes, ce dernier ouvrage est également disponible en version manquée avec erratum au prix de 10 euros ici.

La traduction en Français du best seller Hellstorm de Thomas Goodrich, Tempête infernale, sur les persécutions du peuple Allemand par les Alliés et Soviétiques, est également disponible sur notre site au prix de 26,6 euros.

Enfin, de nombreux autres livres et brochures sont toujours disponible à l'adresse habituelle.

A bientôt sur notre site.

Avec toute notre amitié,

L'équipe de Sans Concession

mercredi 21 septembre 2016 22:31

Louis Dasté - Les sociétés secrètes et les juifs

Louis_Daste_Les_societes_secretes_et_les_juifs.jpg

Source :
Histoire E-book

"On rencontre à presque tous les grands changements de la pensée une action juive, soit éclatante et visible, soit sourde et latente. Ainsi l'histoire juive longe l'histoire universelle sur toute son étendue et la pénètre par mille trames."
(Univers Israélite, 26 juillet 1907, p. 585)

Depuis dix-neuf siècles, certaines Sociétés secrètes mènent une guerre souterraine contre le Christianisme et contre la civilisation qu'il a enfantée. C'est elles dont nous allons faire l'étude sommaire. Mais elles procèdent, par certains côtés, de Sociétés secrètes antérieures an Christianisme. Il nous faut donc dire quelques mots de celles-ci, tout d'abord.

Tables des matières
Avant N.‑S. Jésus‑Christ
La « tradition » juive (kabbalah)
Après N.‑S. Jésus‑Christ
La gnose
Le manichéisme
Mahomet et les juifs
Le juif Alsauda Sabaï
Un Weishaupt au IXe siècle
Le juif Obaïdallah
Deux équipes
Action visible & action cachée
Les albigeois manichéens & les juifs
Les Templiers
Le Vieux de la montagne
Chute des Templiers
Des Templiers aux Huguenots
La confrérie des Rose-Croix
La Rose-Croix, mère de la Franc-maçonnerie
Conclusion
Bibliographies.

Retrouvez une liste d'ouvrages rares au format PDF mis à disposition gratuitement sur internet par des bénévoles dont le très lumineux Lenculus, ici.

vendredi 9 septembre 2016 11:19

Hervé Ryssen condamné à un an de prison ferme

Source :
Times of Israel

herve_ryssen.jpeg

Hervé Ryssen

Un activiste français antisémite™ condamné à un an de prison ferme
(Le 7 septembre 2016)

Hervé Lalin a été jugé coupable après avoir tenu des propos antisémites™ sur les réseaux sociaux.

Hervé Lalin, connu sous le pseudonyme de Ryssen, militant d’extrême droite, vient d’être condamné à un an de prison ferme pour délits de provocation à la haine™ et injure raciale™ par le tribunal correctionnel de Paris, rapporte le site 20 minutes.

Cette condamnation concerne des propos antisémites™ tenus sur les réseaux sociaux en 2014 et 2015. Hervé Lalin a également été condamné pour un montage représentant une fausse publicité pour un médicament censé "guérir du judaïsme".

judeotril.jpg

Selon les juges de première instance, les propos tenus par le militant d’extrême droite étaient "de nature à susciter la haine contre les juifs™" en exploitant notamment "l’un des thèmes antisémites™ les plus éculés, à savoir leur omniprésence dans l’économie et les médias".

jacques_attali_-_emmanuel_macron.jpg

jacques attali et emmanuel macron

roger_cukierman__-_francois_hollande.JPG

françois hollande et roger cukierman

En plus de la peine de prison, Hervé Lalin a été condamné à verser des dommages et intérêts aux trois associations s’étant portées partie civiles s’élevant à une somme de 1 500 euros par association. La peine des frais de justice s’élève à 1 000 euros à sa charge.

marek_halter_-_emmanuel_valls.jpg

emmanuel valls et marek halter

Hervé Lalin est connu dans le milieu d’extrême français notamment pour la publication de nombreux ouvrages à caractère antisémite™. il a été condamné pour avoir écrit un article dans le journal antisémite™ Rivarol. il a également été condamné pour avoir menacé de mort l’ancien maire de Paris, Bertrand Delanoë.

roger_cukierman_-_rav_david_messas_-_delanoe_-_sarkozy_au_diner_du_CRIF_en_2003.jpg

rav david messas, nicolas sarkozy,
bertrand delanoë et roger cukierman au diner du CRIF en 2003

Les livres d'Hervé Ryssen sont disponibles ici.

mercredi 3 août 2016 08:50

Scott Makufka alias Victor Thorn est mort. Repose en paix

Sources :
The Savoisien
et
The Ugly Truth

Victor_Thorn.jpg

Après Michael Collins Piper c'est Scott Makufka, connus sous son nom de plume Victor Thorn, qui est retrouvé mort chez lui (mort par balles). Les journalistes combattant pour la vérité et la liberté aux Etats-Unis sont éliminés les uns après les autres. Leurs travaux ont entre autres permis de suffisamment déstabiliser les Clinton pour que ces derniers en viennent à les éliminer.

Quelques travaux de Victor Thorn.

lundi 25 juillet 2016 05:11

POURQUOI 7.000 ENFANTS DEVAIENT MOURIR

Deuxième Guerre mondiale

La cruelle destinée des réfugiés allemands au Danemark

Article du Hamburger Abendblatt, 26 mai 1999;
traduit par Arnim Johannis et publié ici avec autorisation.
Cette traduction © 1999 by The Scriptorium.

Traduit de l'anglais par didi18
Téléchargez l'article en pdf ici.


Une nouvelle étude sur les décès de plus de 10,000 réfugiés allemands au Danemark peu avant et après la fin de la Seconde Guerre mondiale a surpris le public de ce pays scandinave. La découverte selon laquelle plus de 7,000 enfants et nourrissons faisaient partis des victimes entre 1945 et 1949, ayant été privés non seulement des rations adéquates, mais aussi de toute aide médicale a été décrite par le journal de Copenhague Politiken comme "choquante et inhumaine".

Tout aussi mauvaise, a indiqué le journal, est la "répression massive de la prise de conscience" du sort des réfugiés au Danemark, depuis ce jour, il est de notoriété publique au Danemark et c'est également une question de fierté nationale selon laquelle les 200,000 à 250,000 personnes qui ont fui au Danemark devant l'avancée des troupes soviétiques avaient reçu un traitement plus que décent.

La médecin-chef, Kirsten Lylloff,a examiné de plus près ce mythe. L'étude de l'histoire est son passe-temps, et le nombre important de tombes de bébés et d'enfants allemands à Aalborg où elle vivait a éveillé sa curiosité. Après avoir passé six mois à recueillir des informations, les archives pertinentes lui furent facilement ouvertes. L'historienne amateur était d'autant plus surprise de trouver de nombreuses statistiques et rapports, qui n'avaient jamais été mentionnés dans l'historiographie à ce jour. Et ce malgré le fait que le temps de l'occupation allemande du Danemark d'avril 1940 à mai 1945 a fait l'objet de plus de recherches approfondies que toute autre période historique.

Dans un premier temps, les réfugiés - à 85 % des femmes et des enfants - avaient été cantonnés dans des écoles ou des salles communautaires ; puis, en 1945, 142 camps ont été mis en place pour ces personnes. Il était strictement interdit aux civils danois d'avoir des contacts avec les expulsés allemands.

Les recherches de Lylloff ont montré que, dans la seule année de 1945, 13,492 réfugiés allemands sont morts dans les camps de réfugiés danois. Plus de 7,000 d'entre eux étaient des enfants de moins de cinq ans ; la plupart d'entre eux sont morts de malnutrition et de déshydratation et - selon Lylloff - de maladies "parfaitement curables" tels que infection de l'estomac et des intestins et la scarlatine. Mais jusqu'en 1949, la Commission médicale danoise, ainsi que la Croix-Rouge, ont constamment refusé toute assistance médicale aux réfugiés internés dans ces camps.

"Comment peut-on considérer les bébés et les tout-petits comme des ennemis ?" Réplique Kirsten Lylloff à l'argument selon lequel il était commun de dire à la fin de la guerre, que les Allemands étaient des ennemis quel que soit leur âge. Jörgen Poulsen, l'actuel Secrétaire général de la Croix-Rouge danoise, a commenté cette nouvelle étude : "Ça fait mal de lire ça. J'espère que nous sommes devenus plus intelligents maintenant.". La Commission médicale de Copenhague a également déclaré que le refus de tous plaidoyers pour des soins médicaux à cette époque "ne peut être justifiée, peu importe la qualité des excuses."

Le porte-parole du conseil médical, Torben Pedersen a néanmoins rejoint les historiens les mettant en garde contre des conclusions hâtives. Il a dit que, après l'occupation de l'Allemagne nationale-socialiste qui a duré cinq ans, avec une guerre mondiale et les rapports toujours plus importants sur la destruction systématique des Juifs, l'humeur politique au Danemark a forcément joué un rôle important dans la détermination de l'attitude envers les réfugiés allemands.

Toutefois, selon les conclusions de Kirsten Lylloff, il y avait aussi une considération pragmatique de l'attitude impitoyable que les autorités danoises ont prise envers les réfugiés : "La Commission médicale a déclaré officiellement que l'aide aux réfugiés allemands nuirait aux relations du Danemark avec les Alliés."

D'ailleurs, à la fin de la guerre, le Danemark eut beaucoup de peine à dissuader les puissances victorieuses de le classer comme «collaborateur». Au lieu d'offrir une résistance armée, comme ses voisins norvégiens par exemple, le gouvernement à Copenhague avait capitulé sans se battre avec la Wehrmacht en 1940 et placé leur pays à la disposition de Hitler en tant que fournisseur de produits alimentaires prêts pour la Wehrmacht. En retour, le Danemark a été traité relativement légèrement par les occupants et on lui épargna toute implication dans la guerre elle-même.

mercredi 20 juillet 2016 09:00

Une preuve de la shoah, vous en avez rêvé ?

Source :
Times of Israel

15ème exposition internationale d'architecture de Venise

Le crématorium d’Auschwitz, « le bâtiment le plus important du 20e siècle »

Robert van Pelt utilise l’architecture scientifique pour prouver l’étendue monstrueuse de la Shoah.

Chambre_des_Preuves_1.jpg

L'intérieur de la "Chambre des preuves" à la Biennale de l'architecture de Venise, avec des répliques d'une colonne de gaz d'Auschwitz, une trappe anti-gaz et d'une porte anti-gaz. (Fred Hunsberger / JTA)

Plus de cinquante ans se sont écoulés depuis les procès de Nuremberg, et pourtant, prouver que la Shoah a bien eu lieu est encore un combat de tous les jours.

Pourquoi ? D’abord, parce que les nazis ont dissimulé leurs traces, laissant délibérément des trous dans les archives historiques. (Par exemple, sur les plans des camps de la mort qui sont parvenus jusqu’à nous, les chambres à gaz sont inscrites comme morgues ou « chambres de déshabillage ».)

Alors que les années passent, les survivants et les témoins oculaires meurent ou perdent la mémoire. Ajoutez à cela les réseaux sociaux – y compris la montée en puissance de « la droite alternative »- et cela crée un environnement idéal pour que les néo-nazis diffusent rapidement leur thèse, à savoir que la Shoah est une fiction.

Pour combler les brèches de notre compréhension de l’histoire de la Shoah est apparue une nouvelle discipline, appelée « forensic architecture » et que l’on peut traduire par « architecture scientifique », ou « architecture d’enquête ».

L’architecture scientifique analyse les représentations, documents, vidéos et photographies de bâtiments et d’infrastructures, et les utilise afin de recréer les atrocités, allant des attaques de drones sur des immeubles en temps de guerre au gazage de millions de Juifs à Auschwitz.

Afin de mieux comprendre comment l’architecture scientifique peut être utilisée pour rétablir les faits, la Biennale de Venise propose cette année l’exposition « La Chambre des Preuves », jusqu’au 27 novembre.

Une exposition à propos d’Auschwitz peut sembler hors contexte dans un rassemblement international qui présente en général une architecture avant-gardiste et des matériaux de construction de pointe. (La Biennale expose le travail de 88 architectes dans son exposition principale, en plus de travaux par des architectes représentant leurs pays dans 63 pavillons nationaux.) Cependant, cette année, la Biennale est intitulée « Retours du front » et le commissaire de l’exposition, Alejandro Aravena, a indiqué que son but était de souligner comment l’architecture peut être utilisée pour des moyens humanitaires.

Parfaite illustration : Robert Jan van Pelt, conservateur de « La Chambre des Preuves » et professeur à l’Université de Waterloo, au Canada, déclare à JTA qu’il considère le crématorium d’Auschwitz comme « le bâtiment le plus important du 20e siècle ».

Chambre_des_Preuves_-_Robert_van_Pelt.jpg

Robert Jan van Pelt, professeur à l’université de Waterloo et conservateur de « La Chambre des Preuves ». (Crédits : Siobhan Allman / JTA)

Mais cette affirmation n’est pas fondée sur des mérites esthétiques – c’est « pour la simple raison que cela a changé le cours de l’histoire, » explique-t-il.

« La chambre des preuves », dans laquelle van Pelt souhaite traiter des responsabilités éthiques des architectes, recrée certaines des preuves irréfutables utilisées dans un procès phare qui s’est tenu dans un tribunal britannique il y a 16 ans, procès qui a opposé l’historienne juive américaine Deborah Lipstadt au négationniste de la Shoah et historien britannique David Irving.

Le procèsqui va bientôt être porté à l’écran dans un long-métrage – est considéré comme un tournant dans la campagne en cours contre les négationnistes, car il repose sur des preuves matérielles réelles et non sur des récits anecdotiques.

Certaines de ces preuves sont exposées dans l’exposition de van Pelt, qui se situe dans un espace de 500 mètres carrés du pavillon central de la Biennale. Les murs sont en plâtre blanc et couverts de bas-reliefs qui montrent les plans des chambres à gaz, des photographies et des illustrations basées sur des récits de témoins oculaires, y compris une image d’une femme juive nue à genoux se faisant tirer dessus à l’arrière du crâne par un officier allemand.

Ce qui différencie vraiment cette exposition des autres que l’on a l’habitude de voir dans des musées consacrés à la Shoah, ce sont les trois répliques à taille réelle des mécanismes des chambres à gaz conçues par les nazis.

Il y a le système de distribution du gaz stocké dans des bonbonnes, encastré dans une solide grille de métal ; une porte mal dégrossie avec un judas recouvert d’une grille, et une échelle de bois posée contre un mur avec une petite trappe, verrouillée. Ces objets, dessinés et fabriqués par les étudiants de l’université de Waterloo, en se basant sur des photos et des témoignages, sont aussi peints en blanc.

Le but est d’utiliser cette exposition d’architecture sophistiquée afin de permettre aux visiteurs de mieux visualiser un sujet qui a été relégué dans les livres d’histoire et les tribunaux.

« L’étude scientifique de l’architecture nous a permis de montrer qu’Irving avait délibérément représenté les preuves historiques d’une mauvaise façon », écrit Aravena dans son essai sur “La Chambre des Preuves”, dans le catalogue de la Biennale.

Van Pelt, conservateur de “La Chambre des Preuves” avec les professeurs Donald McKay et Anne Bordeleau, ainsi que le producteur artistique Sascha Hastings, a passé des dizaines d’années à étudier l’architecture d’Auschwitz et à rassembler des preuves concrètes pour montrer le fonctionnement des mécanismes nazis.

Grâce à ses recherches, de nombreux mythes ont été définitivement déconstruits – notamment celui du gaz mortel qui émanerait des pommes de douche (il provenait en fait du système de distribution des bonbonnes, comme celui représenté dans l’exposition).

Van Pelt, âgé de 60 ans, est juif : il a été nommé d’après un oncle assassiné à Auschwitz. Il explique que son inspiration initiale d’étudier Auschwitz lui est venue dans les années 1970, quand une réplique du film français de 1955 « Nuit et brouillard » résonna fortement en lui : « Les architectes inventent calmement ces porches destinés à n’être franchis qu’une seule fois ».

Dix ans plus tard, étudiant diplômé, il décide que l’étude d’Auschwitz est aussi importante à l’histoire de l’architecture que l’étude de la cathédrale de Chartres.

Van Pelt a découvert de nombreux documents et plans pour les camps de la mort nazis dans des archives de l’Europe de l’Est, ouvertes après la chute du communisme en 1989. Plus tard, en 2000, il a utilisé certains de ces documents durant un témoignage qu’il a donné en tant qu’expert, pour le procès Irving vs. Lipstadt. Les recherches de van Pelt ont ultérieurement constitué la base de son livre de 590 pages, « Le procès d’Auschwitz : les preuves du procès Irving », lu par Aravena il y a plusieurs années et qui l’a incité à inviter van Pelt à la Biennale.

Coïncidence, près de “La Chambre des Preuves” se trouve une autre exposition sur l’architecture scientifique – celle-ci d’Eyal Weizman, né en Israël et professeur à la University of London. Contrairement au travail de van Pelt, qui confirme les récits d’événements que les Juifs savaient depuis longtemps irréfutables, Weizman utilise les outils de cette discipline pour soulever des questions beaucoup plus controversées sur le traitement des Palestiniens par Israël.

A la Biennale, l’exposition de Weizman concerne notamment l’impact des frappes de drones israéliens sur les bâtiments de Gaza et leurs occupants. Son travail a été utilisé dans des enquêtes conduites par des organisations comme les Nations unies ou Amnesty International, sur la violence d’Etat.

Weizman, qui a inventé le terme d’architecture scientifique et crédite van Pelt comme source d’inspiration, a commencé par documenter ce qu’il appelle les occupations illégales en Israël. Sa discipline lui vient de ses efforts pour inculper des architectes israéliens pour violation du droit international et du droit humanitaire.

Chambre_des_Preuves_2.jpg

Une autre vue de « La chambre des preuves ». (Crédits : Fred Hunsberger / JTA)

« De nombreux quartiers dans les zones occupées de Jérusalem comme en Cisjordanie sont conçues pour contrôler les communautés palestiniennes et générer de la souffrance concrète », affirme-t-il.

Pendant une visite guidée de son exposition lors de l’ouverture de la Biennale, Weizman explique que l’architecture scientifique est un enjeu critique pour documenter les crimes de guerre modernes, car la guerre moderne implique de plus en plus le ciblage de bâtiments dans des environnements densément urbains. Ainsi, dans des endroits comme Gaza, « la maison est devenue l’endroit le plus dangereux pour les gens », décrit-il.

Revenant à van Pelt, sa recherche scientifique innovante sur Auschwitz a fait de lui une autorité mondiale sur les méthodes de meurtres de masse. Récemment, il a aidé des procureurs mexicains pour enquêter sur l’incinération des corps de dizaines d’étudiants assassinés. Ayant étudié la façon dont les corps étaient brûlés dans des fosses en plein air comme à Birkenau – et ayant découvert qu’une unité nazie avait pour tâche l’ouverture et l’incendie des charniers, avec l’objectif d’effacer toute preuve matérielle de la Shoah –, van Pelt a aidé à contester la version des autorités mexicaines sur l’enlèvement et le meurtre des étudiants.

Cependant, ces derniers temps, en plus d’assister occasionnellement des investigations scientifiques, van Pelt confie qu’il se concentre surtout sur la recherche académique et l’enseignement.

Il explique que l’histoire d’Auschwitz doit servir d’avertissement pour les architectes, pour qu’ils soient conscients de l’impact des bâtiments qu’ils dessinent. Un exemple : les logements pour réfugiés construits en Europe, dont van Pelt dit qu’ils « s’approchent des conditions des camps de concentration ».

« Les architectes devraient avoir leur serment d’Hippocrate », propose van Pelt. « Quand j’enseigne, je raconte à mes étudiants l’histoire d’Auschwitz – et je leur dis, quoi que vous fassiez pendant votre carrière, ne faites pas ça ».

ligne_verte.gif

La shoah c'est vraiment tout un art ...

Chambre_des_Preuves_3.jpg

dimanche 17 juillet 2016 07:27

Eternelle

Source :
Eternelle

En tuant Dieu, ils ont pris sa place le temps d'une vie.

Il est important de comprendre que l'élément fondateur de toute communauté juive est le trauma qui se matérialise au début de son existence par la circoncision: « La mutilation d'un être sans défense », et qui sera maintenu par la suite de manière artificielle, et éternelle au travers d'histoires de destruction, d'holoco$t , d'invraisemblances, de mensonges et de croyances. Le but étant double :

Entretenir la paranoïa vis à vis des autres pour renforcer les liens de la communauté

Le préparer à s'exhiber en victime de l'humanité avec ses larmes, ses tatouages, ses témoignages à coucher dehors

Peuple élu dans sa haine des Goys, il a appris à faire le spectacle, à se vendre partout, à occuper les esprits pour détourner toute enquête objective sur ses crimes.

Il n'est pas intelligence, il n'est qu'émotionnel et lamentations !

« Parce que l'antisémitisme est la haine de la criminalité juive, pleure Youpin! »


6867066.jpg

ligne_verte.gif

7209146.jpg

ligne_verte.gif

7209294.jpg

ligne_verte.gif

7339997.jpg

ligne_verte.gif

7480249.jpg

ligne_verte.gif

7480345.jpg

ligne_verte.gif

7495381.jpg

ligne_verte.gif

7564561.jpg

ligne_verte.gif

7860786.jpg

mardi 12 juillet 2016 13:49

Mourir pour Jérusalem ?

Source :
Réfléchir & Agir
Revue autonome de désintoxication idéologique

CREA - BP 80432, 31004 Toulouse cedex 6
contact : reflechiretagir2013@yahoo.fr


Extrait du numéro n°9

Mourir_pour_Jerusalem.jpg

Mourir pour Jérusalem ?

Nous ne sommes pas de ceux qui ont cru à la viabilité d’un processus de paix entre Israéliens et Palestiniens. Ne pratiquant pas l’angélisme béat, nous savons très bien que ces deux peuples qui se haïssent, luttant pour la même terre, se battront jusqu’au moment où un deux protagonistes mettra le genou à terre. D’ailleurs, lorsque les représentants des deux communautés se serrent la main droite, la main gauche, elle, reste posée sur le flingue.

L’importation du bordel

Malheureusement, cette guerre lointaine nous concerne par ricochet pour au moins trois raisons :

Nous abritons la plus forte communauté juive d’Europe (700 000 personnes) qui, dans son immense majorité se sent solidaire de tous les faits et gestes de l’Etat hébreu. Mais les Juifs de France ont beau s’embrasser dans les synagogues en murmurant « L’an prochain à Jérusalem », verser leur obole à la maison-mère du sionisme et défiler derrière des forêts de drapeaux israéliens en critiquant les options de la diplomatie française sur la question du Proche-Orient, il n’en reste pas moins vrai qu’ils se gardent bien d’aller y vivre. Etre sioniste en Israël, un fusil à la main, est autrement plus courageux que de l’être rue des Rosiers, que de vendre des jeans dans le Sentier ou de jouer au Casino de Deauville !

Nous abritons aussi la plus grosse communauté musulmane d’Europe dont beaucoup de ses membres, notamment les jeunes beurs désoeuvrés des banlieues, sont désormais acquis à l’islamisme et rêvent à long terme de nous réduire à la dhimmitude. Ne perdons pas de vue que, par leur démographie, ils seront 50 millions en France en 2060…

La France est une nation qui, ayant embrassé le christianisme, partage de fait avec les Juifs et les Musulmans le livre qui a pourri l’humanité : la Bible.

Notre combat

Toutefois, même si certains croient utile d’importer sur notre sol leurs différents religieux et communautaires, ce conflit entre Sémites n’est pas notre guerre. Même si le soulèvement justifié des populations palestiniennes et la révolte des gosses humiliés des territoires occupés peut nous paraître sympathique, nous refusons d’être embarqué dans ce « merdier ». Nous ne répondrons à aucun appel de mobilisation militante (ou autre). Nous n’irons pas, ne serait-ce que nous retourner un ongle pour une cause insoluble qui ne nous regarde en rien ! Notre cause à nous, c’est le combat identitaire européen et seulement cela !

Pas un seul Européen ne doit perdre son temps et son sang sur et pour cette terre compromise ! Pour quoi faire au juste ? Pour que les « braillards » (comme disait de Gaulle des Pieds-Noirs) du Sentier, de New-York ou de Tel-Aviv continuent de se lamenter au pied de leur mur sacré ? Pour que demain, sur le Mont du Temple, le muezzin appelle au djihad contre l’Europe ? Pour que les Chrétiens d’Europe aillent en pèlerinage organisé au Golgotha ou à Bethléem ?

Heureux ceux qui t’aiment, Jérusalem

Cela fait des siècles que nous observons que les monothéismes sont la source de tous les fanatismes. Que nos racines ethniques, culturelles, spirituelles, n’ont rien à chercher dans ces déserts pelés. Car contrairement à ce qu’affirmait le pape Pie XI, spirituellement, nous ne sommes pas des Sémites. De même, n’en déplaise à Bernard-Henri Lévy et son Testament de Dieu, nous ne sommes pas des enfants d’Israël ni d’Abraham. Enfin, si Olympie, Rome, Brocéliande, Verden, les Mont Beuvray ou Sainte-Odile sont des lieux qui nous parlent, Jérusalem, Cana, Bethléem, Tibériade, Jéricho sont des noms à bannir de nos esprits. L’Empereur Julien disait : « Si les Chrétiens triomphent dans 2 000 ans, le monde sera juif ». Il avait raison. La France est en train de crever de son monothéisme égalitaire et antiraciste.
Ayant mangé dans la main de Rome et de Jérusalem, il est normal qu’elle en soit malade. Etant la fille aînée, il est aussi normal qu’elle en crève la première… Saint-Paul affirmait : « Avec nous, il n’y aura plus ni Juifs ni Grecs, ni maîtres ni esclaves, ni hommes ni femmes ». Avec le triomphe de la société sans races, l’égalitarisme et l’unisexe, les partisans des monothéismes peuvent être fiers : le programme est largement réalisé.

Questions légitimes

Aux militants révolutionnaires qui rêvent de voir un jour les Palestiniens jeter les Juifs à la mer, nous faisons deux remarques :

Les Israéliens possèdent 80 bombes nucléaires, chacune d’une puissance supérieure à celle d’Hiroshima. Connaissant l’attachement culturel, mythique et mystique qu’ils portent à cette terre, il ne fait aucun doute qu’ils n’hésiteraient pas à s’en servir, quitte à embraser la planète entière. Par antisionisme, êtes-vous prêts à en subir toutes les conséquences humaines, écologiques, économiques,… ? Seriez-vous disposé à accueillir encore plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ?

Aux militants chrétiens pro-Palestiniens :

Israël rayé de la carte, croyez-vous que les Palestiniens, travaillés par l’islamisme, seraient plus disposés à internationaliser les lieux saints de Jérusalem (ce que les Juifs refusent puisqu’ils considèrent Jérusalem comme leur capitale unique et éternelle) ?

Aux prêtres catholiques :

Vous condamnez la destruction par les Palestiniens des lieux saints juifs tels que le Tombeau de Joseph. Vous vitupérez contre la profanation par les colons juifs de la Mosquée de Tibériade. Condamnez-vous aussi la destruction et la profanation de nos temples, autels et sanctuaires païens par vos pères dans la foi ?

Pour toutes ces raisons, ces affrontements ne doivent pas accaparer nos énergies et nous détourner de notre lutte pour notre identité.

Comme nos aînés ne voulant pas mourir pour Dantzig, nous n’irons pas mourir pour Jérusalem !

Qu’elle soit juive, musulmane ou chrétienne, Jérusalem est pour tout Européen authentique, le symbole de notre déchéance.

Pas un seul Européen ne doit perdre son temps ou son sang sur et pour cette terre compromise !

Eugène Krampon

mercredi 29 juin 2016 07:00

A. Puig - La race de vipères et le rameau d'olivier

Source :
The Savoisien

Puig_A_La_race_de_viperes_et_le_rameau_d_olivier.jpg


PRÉFACE

Le 22 octobre 1895, à l'instigation de ses amis les Antisémites d'Algérie, M. Edouard Drumont ouvrit dans la Libre Parole un concours dont voici le sujet : « Des moyens pratiques d'arriver à l'anéantissement de la puissance juive en France, le danger juif étant considéré au point de vue de la race et non au point de vue religieux. »

Le concours fut clos le 1er juin 1896.
Le jury pour juger les Mémoires se composa de :

MM. Maurice Barrès, ancien député.
Colonel comte Gaston de Brémond d'Ars.
Paul de Chamberet.
Théodore Denis, député.
Julien Dumas, députe.
Docteur Dupouy.
Urbain Gohier, rédacteur au Soleil.
Vicomte d'Hugues, député.
Bernard Lazare, publiciste. (Il dut se retirer à partir du 18 juin.)
Millevoye, rédacteur en chef de la Patrie.
De Montfort, député, auteur d'une proposition de loi relative aux conditions de naturalisation des étrangers.
Nemours Godré, rédacteur à la Vérité.
De Pontbriand, député, auteur d'une proposition de loi relative aux conditions de naturalisation des étrangers.
Rouyer, ingénieur des Arts et Manufactures.
Edmond Turquet, ancien député, ancien sous-secrétaire d'État aux Beaux-Arts.
Charles Vincent, rédacteur à la Gazette de France.
Colonel Wilbois.

Ces messieurs devaient avoir à juger environ 150 manuscrits.
Les résultats du concours furent proclamés le 7 novembre 1896.
Le 6 du même mois l'auteur du présent Mémoire, recevait de M. le Président du jury, la lettre suivante :

Paris, 6 novembre 96,

Monsieur Puig.
Vous avez appris par le journal de ce matin, que la Commission vous a, dans sa séance d'hier soir, décerné une première médaille de vermeil.

Votre Mémoire m'a vivement intéressé par votre magistrale et savante étude du Talmud.
Je serais fort heureux, Monsieur, de faire votre connaissance.

Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de mes meilleurs sentiments.

E. Rouyer,
Président de la Commission
du Concours de la Libre Parole.

Avant de répondre à la question du concours, l'auteur a voulu s'assurer de l'identité du prévenu, ainsi que de la réalité et de la gravité de ses crimes.

À cette fin, remontant jusqu'aux origines des Juifs, il les suit dans leur évolution, dans leurs vicissitudes et leurs différents états sociaux, et dans leurs pérégrinations sur tous les points de l'univers où la main de Dieu les a rejetés jusqu'à nos jours.

Il les étudie : dans leur corps, aux points de vue ethnologique, physiologique, etc ; dans leur âme : par leurs aptitudes intellectuelles et morales ; d'après le Talmud toujours en vigueur, il fait l'analyse et la synthèse psychologique de leur esprit, il en donne la définition, en développe les conséquences contre les non-Juifs ; il en montre le but, (lequel n'est autre que la domination universelle assise sur la négation de tous nos droits) non moins que les moyens de l'atteindre, et l'état actuel de la puissance juive dans le monde entier ; enfin après avoir réfuté les erreurs juives, tant spéculatives que pratiques, il indique les moyens d'en conjurer les effets désastreux, ou d'arriver à l'anéantissement de la puissance juive en France, le danger juif étant considéré au point de vue de la race et non au point de vue religieux.

Retrouvez une liste d'ouvrages rares au format PDF mis à disposition gratuitement sur internet par des bénévoles dont le très lumineux Lenculus, ici.

jeudi 16 juin 2016 05:15

Le Reich Eternel

Par Victoria Vanyushkina

Source :
Racial Nationalist Library

Les deux articles (disponibles ici en pdf) qui suivent ont été écrits par une jeune intellectuelle russe appartenant à la mouvance nationaliste. Le contenu philosophique de ces deux articles est d'une lucidité remarquable, très éloigné de l'«ésotérisme de bazar» (à la Pauwels et Bergier, par ex.), et cela nous conforte dans l'opinion que l'Europe occidentale a beaucoup à recevoir de la Russie, même pour ce genre de sujets. Nous avons donc réuni ces deux articles sous ce titre générique de «Reich éternel» qui résume assez bien le propos de l'auteur; ce titre est éditorial et n'apparaît pas sur le site internet de l'auteur.


lcross.gif

L'autre voie

Récemment, dans certains milieux de la Russie d'aujourd'hui, le concept de «Troisième Voie» a gagné en popularité. Cela suppose que ce concept est opposé à deux autres -- le communisme et la démocratie. Cependant, il est extrêmement difficile de saisir ou de définir sa différence essentielle. Très probablement, l'une des raisons est l'imprécision de la formulation même. Quand on dit «la troisième», cela la place immédiatement sur la même ligne que les deux précédentes, c'est-à-dire que l'action se déroule sur le même plan, et qu'il n'y a aucune transition à un autre niveau, aucun changement radical de situation. A cet égard, il semble plus approprié d'utiliser un autre terme: non pas «la troisième», mais l'Autre Voie. Il s'agit donc d'une voie particulière, différente. Cependant, en quoi consiste sa différence essentielle?

Il est d'abord nécessaire de dire qu'il est possible de classer dans l'Autre Voie divers mouvements de la dénommée mouvance fasciste. Il est bien connu que ces mouvements (fascisme italien, national-socialisme allemand, phalangisme espagnol, gardisme roumain, rexisme belge, mouvement de Salazar au Portugal, etc.) ont eu des différences, et parfois tout à fait essentielles, par conséquent ils peuvent et doivent être distingués les uns des autres. Cependant, le but du présent article est de révéler leur unité intérieure et leur différence par rapport à la démocratie et au communisme, par conséquent à partir de maintenant nous les qualifierons simplement de fascistes, comme c'est l'usage aujourd'hui. Beaucoup de gens sont surpris et indignés de l'intérêt croissant pour le fascisme à notre époque. De fait, on peut reconnaître que cette tendance a un caractère quelque peu irrationnel. La question n'est pas celle des reproches et des débats généraux concernant la quantité de souffrance que le fascisme a causé dans notre pays, comme si les communistes et les libéraux étaient engagés ici exclusivement dans des actions agréables ... Néanmoins au vu de l'image stéréotypée par laquelle le fascisme nous est présenté aujourd'hui, il semble en effet très difficile de ressentir une sympathie envers lui. Pourtant cela se produit tout de même (en Italie il existe un curieux terme pour ce phénomène: le philofascisme). Nous pouvons parler d'un caractère intuitif, instinctif, plutôt que rationnel, dans cette inclination vers le fascisme. Beaucoup de gens considéreront cela comme un défaut, pourtant cette attitude inopportune est très justifiable. Certainement l'aptitude à compter («ratio» dérive du verbe latin «reri»: compter) est nécessaire à l'homme, pourtant il est impossible de considérer cette aptitude comme une qualité supérieure des humains.

La même chose peut s'appliquer à la connaissance historique. Sans parler de sa complexité en général, il est absolument évident qu'aujourd'hui il est tout à fait problématique d'évaluer objectivement la signification particulière et la vraie mission du fascisme. Cela est dû en partie à un manque d'information valable, mais surtout à un préjugé extrêmement grand dans la sélection de l'information sur le sujet (ce qui est vrai pour les adversaires tout comme pour les défenseurs du fascisme). Mais le principal problème est une impossibilité à comprendre la question «de l'extérieur»: cela est possible seulement «de l'intérieur». Pourtant le désir même de comprendre l'essence du fascisme tel qu'il fût et sa différence vis-à-vis d'autres mouvements politiques est tout à fait légitime.

Aujourd'hui, lorsque nous voulons trouver des parallèles ou des différences entre un système et un autre, nous utilisons habituellement des catégories sociales, économiques ou politiques (en règle générale les dernières sont toujours placées sur un niveau dépendant de l'économie). Cependant on peut examiner le problème sous un autre angle: sous l'angle de la Weltanschauung, de la vision du monde. Dans ce cas le terme «idéologie» ne convient pas bien parce que ce qui importe n'est pas seulement une idée mais plutôt l'attitude des gens envers le monde et la vie.

En partant de cela, nous pouvons considérer que la différence fondamentale entre le fascisme et la démocratie et le communisme est son orientation anti-matérialiste et anti-athéiste. En confirmation à cela nous pourrions donner de nombreux faits et citations, mais limitons-nous à une seule. Comme Himmler le dit, celui qui ne croit pas en Dieu «ist überheblich, grosenwahnsinnig und dumm, er ist für uns nicht geeignet» («est présomptueux, mégalomane et stupide, il n'a pas sa place chez nous» (= chez les SS)), (J. Evola, «Le fascisme vu de droite», traduction française, Totalité 1981, p. 147). En d'autres mots, tout croyant ne peut pas devenir un fasciste, mais un fasciste ne peut pas être un athée. En même temps il n'est pas correct de qualifier simplement le fasciste de religieux, du moins du point de vue de la compréhension moderne de la religiosité. D'abord, pour un fasciste Dieu est essentiellement Mystère et Pouvoir, pas la loi des prêtres ou la loi morale. Ensuite, un fasciste non seulement croit en Dieu, mais nous pouvons dire que pour lui l'existence de Dieu est absolument évidente, la confirmation de cela étant le fait de l'existence du Monde lui-même (le Monde en tant que Cosmos/Univers, loi sacrée et Ordre, en comparaison de la compréhension «officielle» moderne du «monde»). De là vient une attitude particulière du fasciste vis-à-vis du monde. Pour lui ce monde n'est pas une chose existante, ordinaire et banale, mais une Entité vivante, le plus grand mystère et la plus grande énigme. Comme le monde est une créature aux pouvoirs surhumains, le Dieu qui vit en lui ne peut pas être considéré comme une punition pour les péchés commis. Vivre à l'intérieur du monde est la plus grande joie et la plus grande épreuve. Par conséquent ce que d'autres considèrent comme un malheur et une souffrance, le fasciste le considère comme une épreuve pour ses forces et ses capacités, comme une opportunité de réaliser sa volonté de puissance. Plus l'épreuve est difficile, plus le combat est acharné, plus il obtient de puissance. La caractéristique qualitative de ce monde est la richesse de la Présence Sacrée.

Il est évident que d'après un tel point de vue, ce monde moderne dépourvu de Dieu n'est plus le monde de l'Ordre, mais plutôt son antipode -- le Chaos. La caractéristique du chaos est son homogénéité et son infinité essentielles qui excluent toute possibilité d'orientation et par conséquent d'évolution. Par conséquent l'être humain ne peut pas vivre dans le chaos, il a besoin de quelque chose à lui opposer. Bien que d'une manière paradoxale, le chaos a son propre trait positif: tout est possible dans le chaos. Y compris la création du Monde, la créativité. Le monde moderne est dépourvu de tout Dieu, pour ce monde Dieu demeure quelque part en arrière, caché dans le passé inaccessible ou, au mieux, peut apparaître à la fin des temps dans un futur incertain. Mais pour le fasciste, qui maintient toujours Dieu en lui-même, Il est Toujours et Partout, ici et maintenant. Sentant la présence vivante de Dieu en lui, le fasciste trouve en Lui le point d'ancrage, le pôle du Monde, rendant ainsi possible une orientation et un mouvement et une Voie. Entretenant en lui une flamme sacrée dans laquelle le monde illusoire se consume, il se purifie lui-même et purifie tout autour de lui, donnant au monde ennuyeux une chance de devenir le Monde réel, l'Ordre de Dieu soumis non aux lois rigides de l'économie et de l'évolution historique ou biologique, mais au principe sacré et vivant de la Justice et de la Raison Supérieures: Suum cuique, jedem das seine (à chacun son dû, NDT). Il prend donc pour lui-même un risque plus grand et un fardeau et une responsabilité plus lourds, parce que cette loi s'applique aussi à lui, et s'il ne fait pas de son mieux, cette flamme le dévorera lui aussi. Et s'il combat et supporte l'épreuve, il acquerra un plus grand pouvoir, parce que la créativité est une force divine ...

Le fascisme est blâmé pour de nombreuses raisons, incluant l'anti-humanisme. C'est peut-être l'une des seules accusations avec lesquelles on peut être pleinement d'accord. Il suffit de définir ce qu'est précisément «l'humanisme». Le principal principe de l'humanisme dit: l'homme est la plus grande valeur parmi toutes. Mais n'est-ce pas la négation de Dieu? L'anti-humanisme fasciste a une relation directe avec la nature matérialiste de l'humanisme. Le fascisme insiste sur la priorité des valeurs transcendantes dépassant le domaine humain -- les valeurs du niveau supérieur, divin. Tout dans le monde, y compris l'homme, n'a de valeur que parce qu'il est connecté à une réalité transcendante. Etre un humain est seulement l'une des formes possibles d'existence et comme toute autre forme elle a ses propres limites, et c'est seulement en les transcendant qu'il est possible d'atteindre un plan supérieur.

Si nous tentons de définir le fascisme du point de vue de la philosophie, peut-être est-il possible de le définir comme un transcendantalisme immanent. En d'autres mots, pour le fascisme l'être humain a une valeur par sa connexion intérieure et originale (immanente) paradoxale avec une Chose qui le surpasse, en particulier avec Dieu (au sens métaphysique). C'est paradoxal parce qu'en principe tout ce qui concerne Dieu est considéré comme inatteignable et incompréhensible pour les humains (c'est-à-dire transcendant). Dans les temps anciens ce concept existait sous le nom d'«initiation», ce qui signifiait se libérer de l'état étroit et profane de l'existence terrestre et opérer un changement radical de la nature humaine. Ce n'est pas sans raisons que certaines personnes étaient appelées les «deux fois nés». Il est douteux de prétendre à l'existence de mystères similaires à l'intérieur du fascisme, cependant je peux me risquer à affirmer que la tendance à faire revivre d'anciens rituels semble être une caractéristique des mouvements fascistes.

Il est évident que la présence de telles tendances dicte une attitude particulière devant la mort. La mort reste le seul compagnon et guide authentique, maître de l'initiation, elle permet finalement à l'être humain de triompher de lui-même. Pas un trou noir de matérialistes, mais seulement un nouveau pas, une nouvelle étape sur le chemin, un conseiller fidèle -- voilà ce qu'est la mort pour le fasciste. Cela pousse le fasciste à une vie plus dangereuse, plus difficile et plus problématique. Le fasciste ne se réfrène pas et ne refuse rien de la vie, mais il peut dire «oui» non seulement à la vie, mais aussi à la mort.

N'étant pas un esclave de Dieu, mais un guerrier de Dieu, le fasciste combat le chaos et sa monstrueuse engeance - un énorme Golem, une créature sans âme, ressuscitée avec l'aide de la magie noire du matérialisme - c'est-à-dire le monde primitif «moderne». Il ne vise pas à détruire le chaos, mais à créer le Monde réel à partir du chaos, à faire revenir son mystère et sa joie, à faire revenir Dieu dans le monde - c'est la tâche principale du mouvement fasciste, c'est l'Autre Voie ...

Beaucoup de gens penseront probablement que tout ce qui précède est trop éloigné de la vie pratique concrète et donc non pertinent. Cependant, comme cela fut dit autrefois concernant les conditions préalables théoriques du mouvement par une personne connue avant tout comme un homme ayant un grand sens pratique: «La tâche n'est pas ... d'évaluer à partir de différents angles le niveau de sa faisabilité (de la théorie ou du programme) à un moment donné, mais de montrer son essence avec le maximum de clarté possible ... On peut dire que Dieu les protège (ceux qui définissent les tâches du programme) seulement lorsqu'ils demandent quelque chose d'impossible ...» (Adolf Hitler, Mein Kampf, Moscou 1992, pp. 175-177).

lcross.gif

Le national-socialisme comme Weltanschauung

«Les travaux qui sont présentés aujourd'hui comme de la philosophie nationale-socialiste n'ont rien à voir avec la vérité et la grandeur inhérentes de ce mouvement.» (Martin Heidegger, «Qu'est-ce que la métaphysique?»).

«Je ne crois pas que la philosophie prise dans son sens théorique étroit soit capable d'influencer la politique. Elle doit être transformée en idéologie ou en vision universelle du monde. Un tel exemple fut donné par les Lumières, le matérialisme dialectique marxiste et par certaines idées philosophiques qui étaient incluses dans le concept du national-socialisme allemand.» (Julius Evola, extrait d'une interview).

Chacun a trouvé son propre chemin vers le national-socialisme. Personnellement, je fus conduite vers lui, si paradoxal que cela puisse paraître, avec l'aide de la philosophie. Ainsi, alors que le rôle de philosophe principal au «pays des Soviets» était traditionnellement donné à Marx (Lénine ne peut être en aucune manière considéré comme un philosophe -- il suffit de tendre la main et de lire l'une des premières éditions des «Lettres philosophiques» de Lénine, ses marges sont remplies de remarques qui 99 fois sur 100 sont sans intérêt), et que les démocraties avaient accordé le même rôle au Dr. Freud, le pays du national-socialisme triomphant glorifiait Nietzsche comme son philosophe principal. Cela fut suffisant pour m'intéresser à cette idéologie.

Il faut noter, avant tout, que dès le début j'ai trouvé que la plupart des études consacrées au national-socialisme étaient extrêmement sujettes à caution. Ce jugement est particulièrement valide concernant les soi-disant origines «occultes» du nazisme. Voici juste un exemple. Dans son livre «Les racines occultistes du nazisme», N. Goodrick-Clarke, en mentionnant la manie de Hitler pour l'astrologie, fait référence au livre de Ellic Howe: «Les enfants d'Urania», alors qu'il est justement prouvé dans ce même livre que cette «manie» avait été inventée par des journalistes. Après avoir lu une énorme quantité de telles «études» - dont la plupart peuvent être qualifiées d'absurdités - je suis parvenue à la conclusion que cette discussion sur les «racines occultes» du nazisme est absolument sans fondement. Bien que des sociétés comme Thulé, Vril et beaucoup d'autres aient existé, et que de nombreux dirigeants du Troisième Reich aient réellement été membres de telles sociétés, j'ose affirmer que ces sociétés n'ont pas joué de rôle important dans le processus de développement de l'idéologie nationale-socialiste. Un jour, le Führer a dit de son mouvement: «Celui qui ne voit dans le national-socialiste qu'un simple mouvement politique n'a rien compris, car son but est la volonté de créer le surhomme». Cet extrait est continuellement cité par les spécialistes des «racines occultes», bien que la plupart d'entre eux soient incapables de comprendre que l'énigme du national-socialisme réside dans son émergence et non dans ses quelques liens avec des sociétés secrètes.

Il est pratiquement impossible de comprendre le caractère unique de la vision nationale-socialiste (c'est-à-dire en tant que vision universelle et pas seulement en tant qu'idéologie) si on se limite à l'utilisation de la seule pensée rationnelle et logique. Cela fut même mentionné par Pauwels et Bergier dans leur livre fondamentalement stupide «Le matin des magiciens» lorsqu'ils écrivent que le nazisme est pratiquement incompréhensible pour des gens modernes élevés dans les idéaux des Lumières et de l'humanisme. Ajoutons à cela que la condition préalable pour comprendre le nazisme est d'être partiellement un nazi. Comme le dit Rosenberg, le nazisme ne peut pas être compris, il doit être vécu: «c'est un état, une condition intérieure, plutôt qu'un système philosophique».

Et de fait, le national-socialisme en tant que perception particulière du monde environnant n'est accessible qu'aux gens qui possèdent des qualités physiques et psychiques uniques, avant tout de caractère spirituel. Cela requiert un sens spécial, qui peut être appelé sens «métaphysique». J'appelle ainsi l'aptitude, d'abord, à reconnaître une différence essentielle derrière la similarité superficielle et une profonde similarité entre deux substances apparemment différentes. Ensuite, la personne doit être capable de découvrir l'éternel et l'essentiel dans le temporaire et l'accidentel.

Les gens d'aujourd'hui ont pratiquement perdu cette aptitude à cause de leur vie totalement rationalisée, le résidu de cette aptitude étant employé seulement dans des situations banales. Par exemple, nous sentons l'odeur de pourriture et nous ne pouvons pas la confondre avec celle du pommier en fleur (à propos, on dit que même l'hypnose ne peut pas influencer notre sens de l'odorat). Il nous suffit de humer suffisamment pour sentir que le monde moderne est pourri. Pourtant, si l'odorat est un système fonctionnant plus ou moins bien, la vision semble manquer. Par exemple, je m'étonne encore de l'existence de gens qui sont suffisamment rusés pour affirmer que le fascisme et le bolchevisme avaient quelque chose en commun, donnant aux deux le nom de sociétés totalitaires. La différence avec le totalitarisme est évidente, car les actualités de l'ère nazie n'ont rien en commun avec le kitsch sovdepien à la Staline (sauf pour les actualités militaires). Que ceux qui ont des yeux voient!

Cependant, nous devons revenir au sujet principal. Quel est le problème pour la plupart des spécialistes du national-socialisme? Comment de telles choses ont-elles pu arriver au 20ème siècle? Ces gens étaient-ils nos contemporains? Ce mouvement était tellement en contradiction avec tout l'esprit de notre siècle que son émergence apparaît comme un vrai miracle. C'était un monde différent, qui ne cadrait pas avec les limites du développement historique. On peut dire que le Troisième Reich appartient à l'ordre mythologique (comme une légende sacrée) plutôt qu'à la sphère historique (c'est-à-dire profane). L'Ordre Noir avec ses rituels et son système d'initiation scrupuleusement développé peut être compris comme une continuation naturelle des légendes des Chevaliers de la Table Ronde, mais on l'imagine difficilement dans les livres de classe.

Les nationaux-socialistes ont défié les lois «inaltérables» de l'histoire, prouvant ainsi par leur exemple que la politique est l'art de l'impossible. Ils ont agi comme si ce qu'ils créaient devait durer pour toujours mais ils comprenaient aussi que tout pouvait être anéanti en un instant. Tel est le point de vue de l'être humain supérieur, et c'est la clé pour comprendre l'idée du Reich Eternel.

La volonté de création de l'humain supérieur ne s'exprime pas dans le changement de la nature humaine -- cela serait une entreprise très douteuse -, elle est liée au problème de l'auto-détermination et de l'auto-transcendance de l'être humain, un passage à un autre niveau d'être. Contrairement aux communistes et aux libéraux qui tentent de tout rendre égal pour créer une sorte de médiocrité, c'est-à-dire un homme «bon» totalement domestiqué, en le libérant de tout «mal» (que ce soit le «maudit héritage du capitalisme» ou des «préjugés» raciaux et religieux quelconques), les nationaux-socialistes, ayant accepté l'inégalité essentielle et inévitable des humains, tentent de construire une hiérarchie stricte. Leur devise n'était pas «Liberté, Egalité, Fraternité», mais «Jedem das seine». C'est pourquoi ils ont traité le problème de la vision du monde de la manière la plus sérieuse. Ils devaient développer un système de valeurs entièrement nouveau, et pour réaliser cette tâche ils devaient changer presque tout, y compris l'apparence physique du monde.

Beaucoup considéreront un tel effort comme une fantaisie nationale-socialiste. Je voudrais simplement souligner à quel point ce problème est important au regard de la vision universelle. Quand les gens croyaient vivre sur la Terre «plate», tout ce qu'ils avaient à faire pour atteindre «l'extrémité du monde» était de naviguer dans une direction quelconque. La rencontre avec une chose «hors de ce monde» dépendait de l'obstination du voyageur. La forme de la Terre n'importe pas vraiment (car notre perception physique est toujours subjective, nos organes sensoriels ont leurs limites et les instruments que nous créons peuvent seulement accroître notre sensibilité naturelle mais pas ajouter de nouveaux sens), l'important est que le voyageur savait qu'à tout moment il pouvait se retrouver «au-delà de l'extrémité de la Terre» et que cela dépendait seulement de sa volonté. Cette idée fut radicalement changée par le nouveau concept de construction du monde. Pour cette raison les nationaux-socialistes ont créé leur propre théorie nouvelle de «l'antagonisme de la Glace et du Feu». Nous, les malheureux, cependant, nous tentons de «découvrir» l'espace, qui se révèle être infini. Donc aucune «extrémité du monde» ne peut être trouvée dans l'espace. Pas de limites et pas de limitations. Pas d'espoir ...

Les nazis ont perdu? Oui, c'est vrai. Probablement, ils resteront à jamais des perdants dans les livres d'histoire, mais le mythe a ses propres règles et le vainqueur ne devient pas toujours un héros mythique. Oui, les Allemands ont perdu, mais ils ont créé leur propre Reich Eternel qui est vivant, bien que d'une manière quelque peu différente de la «seule vraie foi», qui pourrait vivre quelques siècles (dans la durée). Le Troisième Reich fait partie de l'Eternité.

Je prévois à l'avance les reproches concernant l'idéalisation du nazisme et je voudrais souligner ce qui suit. Je ne veux pas polémiquer avec quiconque sur cette question ni, comme les révisionnistes, faire des calculs pour prouver qu'il n'y avait pas de chambres à gaz ou qu'il était impossible d'éliminer 6.000.000 juifs. C'est ainsi ou pas -- je ne m'occupe pas de cela. Je vois le national-socialisme comme j'ai envie de le voir. C'est ma volonté et donc mon droit. Je ne suis pas objective? Oui, sacrebleu, je hais cette soi-disant «objectivité» qui est utilisée (avec très peu d'exceptions) par les gens qui ne sont pas capables d'avoir leur propre vision. Il me suffit des mots suivants: «Hitler a découvert une autre dimension de la réalité, celle où une réalité encore à naître acquiert une signification absolue» (André Brissaud, «Hitler et l'Ordre Noir»), pour dire aujourd'hui: Heil Hitler!

ligne_2.png

Trad. Arjuna.

Victoria Vladimirovna Vanyushkina est née en 1966. Elle est entrée dans le mouvement national dès le début des années de la perestroïka. Elle a participé au groupement de jeunesse, coopérant avec le bien connu Konstantin Ostashvili. Les événements d'octobre 1993 provoquèrent son retour à la politique active. Elle a publié un certain temps dans le journal «L'Ere de la Russie», mais après avoir connu le RNS elle est entrée dans le Conseil de rédaction du journal «Stormovik» et de la revue «Nation» publiée par cette organisation. Elle est à présent membre du Conseil de rédaction du journal «Résistance de Droite». Elle a traduit divers textes de Julius Evola, Alain de Benoist, Mircea Eliade et autres écrivains et propagandistes orientés à droite. Elle parle trois langues, à titre d'activité professionnelle elle a traduit plusieurs livres, principalement sur la psychologie et la philosophie.

vendredi 10 juin 2016 06:40

Petit rappel, PEGIDA anti-nazi et pro-israhell

Pour ceux qui auraient raté le train, commençons avec le logo de PEGIDA:

Logo_PEGIDA.jpg

Continuons avec une interview de Pegida france par Daniel Conversano, à la minute 50.43, il nous est rappelé à tous que Pegida combat le nazisme, que c'est dans le logo ou sur les drapeaux de Pegida, que des drapeaux israéliens flottaient avec ceux de Pégida le jour de la commémoration des bombardements de Dresde...

Finissons enfin avec un article de Dreuz info, un site américain conservateur, chrétien et pro-israélien.
L’auteur de l'article, Jean Patrick Grumberg est journaliste, dans les années 70, il a travaillé sous la direction de Georges Wolinski à Charlie mensuel, puis a été chef d'entreprise, lobbyiste.
Il a vécu à Paris, à Los Angeles et à Tel Aviv, et vit entre la Californie et Israël.
Il est contributeur à Dreuz.info et d'autres médias francophones et anglophones...

PEGIDA n’est pas d’extrême droite, avoue à regret une université allemande

L’enquête de l’institut Göttingen d’étude démocratiques de l’université de Göttingen conduite auprès des manifestants de PEGIDA a été obligée d’avouer que le mouvement n’est pas du tout d’extrême droite :

44,8% votent pour l’AFD (Alternative pour l’Allemagne) un parti eurosceptique, favorable à l’UE mais opposé à l’Euro, conservateur et adepte d’une économie libérale qui pourrait s’approcher des Républicains américains, très loin d’une extrême droite donc.
28,5% votent CDU/ CSU, les deux principaux partis conservateurs allemands, là encore, pas vraiment des néo-nazi.
35% ont un diplôme universitaire, et 0,6% n’ont aucun diplôme.
Seulement 7,1% sont des ouvriers.
37,3% ont le statut de salarié ou indépendant.
77% ont actuellement un emploi.
9,2 sont des retraités.

Pourtant les médias sont unanimes à qualifier PEGIDA de parti néo-nazi. Mais c’est parce qu’ils doivent vanter la politique immigrationniste et que PEGIDA la dénonce.

Comme toujours, les médias sont à prendre avec beaucoup de recul, même si parmi eux se trouvent d’ignobles personnages (un d’entre eux s’est fait un selfie grimé en Hitler, et il a été exclu du mouvement).

Souvenez-vous : avant, les médias niaient l’immigration, c’était un fantasme de xénophobe. Puis ils n’eurent pas d’éloges pour les joies du vivre ensemble. Aujourd’hui ils affirment que les populations doivent accepter la réalité que l’Europe est devenue multiculturelle.

La prudence s’impose donc.

Les néo-nazis ne portent pas les juifs dans leur cœur, c’est un euphémisme. Regardez, au beau milieu de cette manifestation PEGIDA de Dresde … un drapeau israélien :

Pegida-Dresde-1.jpg

Pegida-Dresde

Imaginer le même drapeau au milieu des manifestations du Front de gauche et des Verts, à Paris, où l’on hurlait « mort au juif », et dites-moi qui sont les néo-nazis.

En revanche, les opposants à PEGIDA appartiennent principalement à la violente extrême gauche antifa néo-fasciste et ennemie de la démocratie.

« Les contre manifestants de Pegida sont des (antifa), des Verts opposés à la démocratie directe » constate l’enquête de Franz Walter, professeur de Science politique à l’université de Göttingen.

Franz Walter : « malgré les limites méthodologiques, nous avons obtenu une image précise de la composition et des comportements d’une portion significative » des contre-manifestants. « 58% n’ont pas d’enfants, »

Reproduction autorisée avec la mention suivante :
© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

- page 1 de 3


WAWA CONSPI