Aller à la recherche

Nous exigeons la vérité !

Nous exigeons nos droits !

La chronique de Bocage

Fil des billets

dimanche 8 janvier 2017 17:41

Procès de Siegfried Verbeke et de... Vincent Reynouard

La chronique de Bocage
Source de l'image :
Eternelle

7086692.jpg

La justice française s'octroie tous les droits puisqu'elle se permet de condamner un citoyen suisse (n/message du 6/12/2016 intitulé "La justice française fait sa loi en Suisse") et à présent elle convoque et condamne un citoyen belge! Explication:

Dans un communiqué de V. Reynouard (transmis dans n/message du 4 novembre), nous apprenions, à propos de Vincent, que son ami flamand Siegfried Verbeke, qui avait accepté de lui venir en aide en récoltant les dons sur son compte bancaire, (était) à son tour poursuivi par la Justice française. On lui reproche de collecter des fonds pour que Vincent puisse payer ses amendes (alors qu'il s'agit de dons pour l'aider à survivre). Le procès a eu lieu le 4 janvier.

Voici les comptes rendus que nous en avons récoltés :

1) De la part de Vincent Reynouard :

Siegfried était absent car il se moque de cette affaire. De mon côté, je n’avais pas demandé à Me Paris de s’y rendre car je ne me pensais pas poursuivi aussi. Or, Siegfried était au départ jugé seul, mais la LICRA a demandé (et obtenu) que je sois jugé aussi. Siegfried a été jugé "indivisiblement" sur le territoire français ET belge. J’ignorais que cela se faisait mais cela signifie que sa condamnation sera valable AUSSI en Belgique. C’est en tous les cas ce qu’a compris X.... Le procureur a réclamé 6000€ d’amende pour Siegfried et 300 jours amende à 20€ pour moi. Jugement le 8 février prochain... "

2) De la part d'un correspondant, message du 4 janvier:

Aujourd'hui, j'ai assisté au procès de Vincent et Siegfried au TGI de Paris (ni Vincent ni moi ne savions qu'il était jugé ce jour, n'ayant reçu aucune signification... alors que la Justice française a déjà envoyé des recommandés à (son) adresse anglaise...). Vincent est accusé d'appel aux dons aux fins de payer ses amendes, et Siegfried d'avoir récolté de l'argent sur son compte bancaire pour aider Vincent. Siegfried était jugé "indivisiblement sur le territoire français et belge". J'ignorais qu'une telle chose existait mais je crains qu'il ne doive payer... le procureur a réclamé 300 jours amende à 20€ pour Vincent, et 6000€ d'amende pour Siegfried. Il n'y avait pas de partie civile, même si le procureur a été saisi par la LICRA. Aucun avocat présent des deux côtés, seuls les magistrats et le procureur étaient acteurs du procès.

La présidente a précisé que même si Vincent ne payait pas ses amendes et a déclaré dans une vidéo n'avoir pas l'intention de les payer, il est quand même poursuivi pour "appel aux dons ayant pour but de financer une amende" (j'ai oublié le terme exact, je le retrouverai) parce qu'il a lancé un appel aux dons le 12 février 2015 en ayant été jugé le 11 février 2015. Cela suffit pour le poursuivre, même s'il précisait dans cette vidéo même n'avoir pas l'intention de payer !!! Incroyable... "

Il ne reste plus qu'à attendre le 8 février...

dimanche 18 décembre 2016 12:14

Le procès d'Ursula Haverbeck reporté à 2017

La chronique de Bocage
Source :
radio bielefeld

Ursula_Haverbeck_13.jpg

Le procès de Ursula Haverbeck qui devait avoir lieu le 16 décembre devant le tribunal de Detmold (voy. n/message du 9/12 intitulé "Nouveau procès Ursula Haverbeck le 16/12") a été reporté à 2017 -sans autre précision- pour cause de maladie de notre Grande Dame allemande à qui nous souhaitons une prompte guérison.

jeudi 15 décembre 2016 17:03

Procès ce jour

La chronique de Bocage
Sources :
Daily Mail
Le Figaro

keep_calm_and_heil_hitler.jpg

Alison Chabloz

Le procès de la musicienne britannique Alison Chabloz (voy. n/message du 1 décembre à son sujet) a bien commencé ce matin à 10 h à Londres mais le juge a reporté l'affaire au 24 mars 2017.

Il s'agissait d'une poursuite privée intentée par une association caritative juive, "Campagne contre l'antisémitisme", contre une vidéo mise en ligne le 8 juin par Alison et comportant des chansons "extrêmement blessantes". L'association déplorait le fait que le ministère public n'ait pas entamé lui-même une telle poursuite vu que l'antisémitisme se développe dans la société anglaise "dans des proportions alarmantes" et c'est la raison pour laquelle elle a pris l'initiative de ce procès.

Alison Chabloz a manifesté son intention de plaider non coupable. Son avocat a tenté de faire ajourner l'affaire pour "poursuite abusive" mais le juge a refusé.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis "Enregistrer la cible du lien sous", puis "Enregistrer".

ligne_verte.gif

Jérôme Bourbon

Le directeur de "Rivarol", Jérôme Bourbon, a été condamné pour des tweets "négationnistes" et "antisémites". Il devra s'acquitter d'une amende de 11.000 euros à laquelle s'ajoutent 5000 euros de dommages et intérêts pour les parties civiles et 3500 euros de frais de justice.

Pensons à nos prisonniers pour Noël

La chronique de Bocage

Weihnachten.jpg

Le moment est venu de penser, comme chaque année, à ceux de nos amis qui passeront Noël en prison... ou quasiment.

En fait, et pour la première fois, nous n'avons plus aujourd'hui qu'un seul révisionniste incarcéré et cette incarcération n'est pas à l'honneur du pays qui le maintient ainsi enfermé depuis 9 ans : l'Autriche ! En effet, Wolfgang Fröhlich est cet ingénieur de 64 ans qui est enfermé dans la prison de Krems depuis 9 ans (et on ne parlera pas de ses emprisonnements antérieurs, toujours pour révisionnisme...).

C'est à lui surtout que nous demandons à nos correspondants de faire l'effort d'envoyer une petite carte, en allemand si possible, sinon simplement signée de votre nom, afin qu'il sache qu'il n'est pas oublié. Voici son adresse :

Monsieur Wolfgang Fröhlich
JA-Stein H. Nr. 46484
Steiner Landstrasse 4
3504 Krems/Stein
(Autriche)

Weihnachten_2.jpg

On pourra aussi avoir une pensée spéciale pour tous ceux qui ont été récemment condamnés à de la prison ou qui sont actuellement en procès ou encore qui vont bientôt passer devant la justice de leur pays, certains pour la énième fois. Honte à tous ces juges qui, par pure lâcheté, condamnent à de la prison des chercheurs de qualité qui n'ont plus le droit de diffuser le résultat de leurs recherches !

Et que dire des États-Unis qui maintiennent Ernst Zündel dans une prison mentale puisqu'ils ne lui ont toujours pas accordé l'autorisation de retrouver sa femme et son domicile du Tennessee, à une heure où la porte est ouverte à tous les "migrants" du monde entier sauf à lui ! Voici son adresse:

Monsieur Ernst Zündel
Richard Wagner Strasse 64
D-75323 BAD WILDBAD
(Allemagne)

vendredi 9 décembre 2016 11:24

Nouveau procès pour Ursula Haverbeck le 16/12

La chronique de Bocage
Source :
Lippischer Zeitungsverlag Giesdorf

Ursula_Haverbeck_12.jpg

Ursula Haverbeck

Vendredi prochain 16 décembre, la Grande Dame allemande Ursula Haverbeck, 88 ans, passera à nouveau devant le tribunal de Detmold, le même tribunal qui, le 2 septembre dernier, l'avait déjà condamnée à 8 mois de prison sans sursis ; cette condamnation n'est pas exécutoire car, comme nous l'avons déjà signalé, U. Haverbeck avait fait immédiatement appel depuis la salle d'audience.

Pour quelle raison est-elle à nouveau convoquée ?

A l'issue de l'audience de septembre, la "retraitée incorrigible" avait osé distribuer dans la salle même d'audience à tous les journalistes présents un texte de plusieurs pages intitulé "Mes réponses devant le tribunal cantonal de Detmold" ainsi qu'un fascicule portant ce titre : "Seule la vérité vous rendra libre".

Elle avait également déposé ces documents sur la table du juge et sur celle du procureur, or "le génocide des juifs européens entre 1941 et 1945 y est nié"...

Bravo à ceux qui auront la possibilité d'apporter leur soutien ce jour-là à cette héroïque combattante !

mardi 6 décembre 2016 19:07

Depuis la Suisse, 2 brochures révisionnistes

La chronique de Bocage
Source :
René-Louis Berclaz

aigle_du_simplon.jpg

Dans son excellent mensuel "Courrier du Continent" (où il a repris la succession du révisionniste suisse Amaudruz, 96 ans), René-Louis Berclaz nous annonce que Les Éditions de Cassandra, dont il est le responsable, viennent de publier deux petites brochures qui doivent obligatoirement faire partie de la panoplie du parfait révisionniste :

1) De Robert Faurisson, un "Mémoire en défense/complété d'une note". Il ne s'agit pas du célèbre ouvrage publié en 1980 "Mémoire en défense contre ceux qui m'accusent de falsifier l'histoire/La question des chambres à gaz", mais d'un mémoire rédigé par le Professeur le 26 septembre dernier à l'occasion de son procès qui s'est tenu deux jours plus tard, le 28 septembre, devant la XVIIe chambre du Tribunal correctionnel de Paris (mais il faut croire que les juges ne l'ont pas même lu puisqu'ils ont lourdement condamné le Professeur : voy. nos messages des 23/11 et 4/12) ; le mémoire est complété d'une "Note de délibéré sur l'audience" dudit procès, datée du 7 octobre 2016. La brochure est ainsi présentée par le "Courrier du Continent":

Dans ce document extrêmement dense et fouillé, "l'accusé" a tenu la gageure d'exposer la substance de plus de cinquante ans de recherches entièrement vouées à l'exactitude historique. (...)"

Indispensable, donc ! Les Éditions de Cassandra, 2016, broché, 36 pages, 12 euros (ou 12 CHF, franco de port).

2) De Gilbert Dubreuil, "Conférence révisionniste à Téhéran". Il s'agit de la traduction française de l'intervention, lors de la fameuse Conférence de Téhéran sur l'Holocauste de décembre 2006, de l'auteur de l'ouvrage autobiographique "Un cas d'insoumission/Comment on devient révisionniste". Cet auteur avait donné pour titre à sa communication : "Notre mission: désorganiser la calomnie planétaire pour aider à construire un monde honnête". Dix ans plus tard, ce texte n'a pas pris une ride. Les Editions de Cassandra, 2016, broché, 20 pages, 10 euros (ou 10 CHF, franco de port).

Les Editions de Cassandra, Case postale 141, CH-3960 SIERRE (Suisse).

dimanche 4 décembre 2016 19:46

LA RECHERCHE HISTORIQUE EN PRISON

La chronique de Bocage
Source :
Présent

prison.jpg

Voici une importante brève parue le 3 décembre en page 2 du quotidien "Présent" (5 rue d'Amboise, 75002 Paris) :

LA RECHERCHE HISTORIQUE EN PRISON

La loi Fabius-Gayssot, annonce "Faits & Documents" (BP 254-09, 75424 Paris Cedex 09) dans son n° 424, a été durcie par le vote au Sénat ¬ où la "droite" est majoritaire ¬ de l’article 38ter du projet de loi Égalité et Citoyenneté qui étend la pénalisation à l’ensemble des "crimes de guerre", "crimes contre l’humanité" et même "crimes de réduction en esclavage" dont la "négation, minoration ou banalisation" seront désormais passibles de cinq ans de prison et de 45.000 euros d’amende.

Au demeurant, la répression existe déjà puisque le professeur Robert Faurisson (87 ans), jugé à Paris pour des propos révisionnistes tenus sur le site internet Meta TV, a été condamné le 23 novembre à "100 jours d’amende à 100 euros". Ce qui signifie que, s’il ne paie pas d'urgence l’amende de 10.000 euros qui lui a été infligée, il sera embastillé cent jours durant."

Sur la position de Marine Le Pen sur le chapitre des lois liberticides on lira avec profit l'article suivant d'Emilie Defresne (qui toutefois n'apporte pas de réponse sûre) : "Marine Le Pen a émis l’intention de supprimer les lois qui entravent la liberté d’opinion, qu’en est-il ?"

vendredi 2 décembre 2016 08:57

Procès du docteur Rigolf Hennig

La chronique de Bocage
Source :
Norddeutscher Rundfunk

Rigolf_Hennig.jpg

Rigolf Hennig et son avocat

Une semaine après le procès de la Grande Dame allemande Ursula Haverbeck devant le Tribunal de Verden qui la condamnait à 2 ans et demi de prison, c'était au tour de son ami médecin, le Dr Rigolf Hennig, de passer, pour les mêmes raisons, devant le même tribunal. Ancien conseiller du NPD, le Dr Hennig, 81 ans, est surnommé dans la presse vénale "le grand-père nazi".

L'avocat commis d'office pour défendre le Dr Hennig, Maître Christian Stoll, 67 ans, avait déposé une requête en suspicion légitime contre l'avocate générale mais, le rejet de cette requête par le président du tribunal a provoqué une dispute entre le président et l'avocat qui, enlevant sa robe en plein tribunal, a quitté la salle d'audience en déclarant qu'il se retirait de la cause.

Le tribunal a fait savoir qu'un nouvel avocat commis d'office serait prochainement désigné mais, le temps que cet avocat prenne connaissance du dossier, la date du procès ne pourrait être décidée avant l'année prochaine.

De vigoureuses déclarations de Henry Hafenmayer

La chronique de Bocage
Source :
Henry Hafenmayer

Henry_Hafenmayer.jpg

Henry Hafenmayer

Il y a juste un an, le jeune révisionniste allemand Henry Hafenmayer avait, on s'en souvient, envoyé le 21 novembre 2015 une Lettre ouverte intitulée "La fin du mensonge" à des centaines de personnalités de son pays pour tâcher de les sortir de leur torpeur ; il avait subi une perquisition le 5 février, avait été convoqué par la police et ne s'était pas rendu à la convocation, après avoir diffusé le 12 février une lettre expliquant le refus de sa désobéissance. Le 22 mars, il diffusait une Lettre ouverte n° III, à près de 400 personnes, qui est sa réponse adressée au Tribunal d'Instance de Duisburg qui a ouvert une enquête contre lui, avec copie à la Préfecture de police de Essen.

Un an plus tard, jour pour jour, le 21 novembre 2016, Henry Hafenmayer envoyait un nouveau texte à 100 correspondants dans lequel il déclare à nouveau les raisons pour lesquelles il tient à dénoncer "l'Holocauste" en tant que fait historique, mais son envoi compte... 45 pages ! En allemand, bien sûr !

Nous avons donc demandé à notre "fidèle traducteur" de nous résumer le plus brièvement possible l'ensemble de ces déclarations. Voici ce qu'il nous en dit (un grand merci à lui !) :

Il s'agit d'un véritable et long plaidoyer en deux parties distinctes :
La première partie est consacrée à l’Holocauste. Hafenmayer appuie l’essentiel de son argumentation sur le fait que ce prétendu crime n’est en aucune façon défini. Qu’est-il permis de nier ou non ? de contester ? à partir de quel moment une étude ou une argumentation devient-elle illicite ? Etc.

Les 5 premières pages sont consacrées à ce sujet avec des références à toutes sortes de cas ou à des déclarations montrant combien les condamnations prononcées manquent de fondement. Car Hafenmayer maîtrise parfaitement son sujet et sa connaissance de l’argumentation révisionniste est complète : dans ces seules 5 pages il cite par exemple et s’appuie sur le "de omnibus dubitandum" de Nolte, les déclarations de Jacques Baynac, Michel de Boüard, l’affaire Fritjof Meyer, Goldhagen, Broszat sur Dachau, Deborah Lipstadt, Faurisson et la réponse faite à ses arguments par la "colonne grotesque" ("Il ne faut pas se demander comment..." etc.). Comme on le voit les affaires françaises occupent une part importante dans ce début d’article qui va aller jusqu'à la page 21 comprise et dont les titres sont les suivants:

Premier sous-titre général (Page 5) :
La répression pénale de la "négation de l’Holocauste" est incompatible avec un véritable état de droit:

1/ (page 5) Absence de définition des éléments constitutifs du prétendu délit ;

2/ (page 15) Les condamnations des "négateurs de l¹Holocauste" sont dépourvues de tout fondement de droit ;

3/ La deuxième partie de la page 22 à 45 n’est que le complément et l’élargissement de la première partie.

Deuxième sous-titre général (page 22) :
Un citoyen du Reich allemand ne peut être soumis à la juridiction de la République fédérale allemande ni à celle de ses Länder.

1/ (page 22) Le Reich allemand subsiste en droit et détient comme avant sa pleine capacité en matière de droit ;

2/ (page 24) On fait accroire au peuple allemand qu¹il est souverain alors qu'il ne l’est plus depuis le 8 mai 1945 et que simultanément il doit subir de constantes interventions contraires au droit des peuples ;

3/ (page 35) Il est absurde de partir de l’idée selon laquelle le peuple allemand aurait souhaité être libéré de son gouvernement par les vainqueurs du IIIe Reich et (page 40) Conséquences de la politique enclenchée à partir du 8 mai 1945 sur l’Allemagne d'après-guerre. Quels sont les buts recherchés?

4/ (page 42) Il est impossible de voir qui, après le 8 mai 1945, aurait pu légitimement changer ou déclarer nulles les lois du Reich allemand et "fixer" les frontières du Reich là où elles étaient en vigueur en 1937.

Mon appréciation personnelle :
L’ensemble de l’article est remarquablement documenté et analyse les choses, pour l’essentiel, au niveau du droit. Il pourrait être le pendant d’un point de vue allemand du texte de Faurisson sur les "Victoires du révisionnisme". Mais il a le gros défaut, me semble-t-il, de trop en dire de façon parfois confuse et répétitive. C’est ainsi que sur l¹affaire Fritjof Mayer on trouve des informations à trois endroits totalement différents. Cela me paraît d’autant plus regrettable qu’avec une excellente argumentation appuyée sur une connaissance approfondie de son sujet notre jeune révisionniste se révèle être un étonnant, mais excellent, érudit et avocat."

jeudi 1 décembre 2016 12:15

Les déboires de la musicienne Alison Chabloz

La chronique de Bocage
Source :
CODOH

alison_chabloz.jpg

Alison Chabloz

Le CODOH (Committee for an Open Debate On the Holocaust) continue l'œuvre de son fondateur, Bradley Smith, qui nous a quittés le 18 février dernier ; très actif aux Etats-Unis, il suit également de près l'actualité révisionniste en Europe. Voici un article que vient de publier un de ses principaux animateurs à propos de la charmante musicienne anglaise Alison Chabloz dont nous avons parlé à plusieurs reprises. Nous remercions Alison de nous avoir fait gagner un temps fou en nous adressant une traduction quasiment parfaite de l'article :

Une chanson à l'origine de l'arrestation de la musicienne dissidente et nationaliste britannique Alison Chabloz

Par Roberto Hernandez

Dire que le traitement par la police britannique des abus en ligne est incohérent tient de l'euphémisme. En particulier, ces incohérences sont mises en évidence dans le cas de la musicienne britannique Alison Chabloz, dont le nom est apparu dans les médias après qu'elle eut effectué une "quenelle" au Festival Edinburgh Fringe en 2015. Il a de nouveau été question de Chabloz au cours du Festival Fringe de cette année lorsque son spectacle, jugé "trop politique", a été annulé.

Victime de harcèlement et d'abus ciblés venant de "défenseurs" pro-israéliens vicieux, ainsi que d'une foule de "trolls" Hasbara anonymes et de gauchistes et libéraux combattant pour la "justice sociale", Chabloz a récemment été informée par sa police locale du Derbyshire que l'enquête concernant les communications malveillantes et le harcèlement en ligne dirigés contre sa personne avait été fermée. L'enquête avait été ouverte au début de cette année après que Chabloz eut reçu plusieurs envois postaux non désirés, y compris des cartes de Noël et d'anniversaire anonymes, ainsi que plusieurs catalogues de vente (par exemple pour des portes et des stores blindés) adressés à elle de manière désobligeante.

Dix jours après avoir appris que l'enquête était désormais close, Chabloz a été arrêtée par la police locale pour une nouvelle enquête impliquant deux autres forces de police. Elle a été interrogée et détenue pendant six heures - dont plus de deux passées enfermée dans une cellule - pour apprendre à sa libération, à minuit, que pendant sa garde à vue la police avait fouillé son domicile et saisi son ordinateur portable.

Le crime haineux de Chabloz, prétendument, concerne à la fois sa "quenelle" vieille de 15 mois et des chansons jouées au Grosvenor Hotel de Londres en septembre dernier lors d'une réunion du Forum de Londres.

En plus de l'allégation d'incitation, Chabloz a également été arrêtée et interrogée pour suspicion de harcèlement en ligne de deux de ses critiques. L'avocat de Chabloz a déclaré qu'aucune preuve de ce type de harcèlement n'a été présentée au cours de l'interrogatoire.

En fait, dès 2014, le Musicians' Union (Syndicat des musiciens professionnels) avait informé Chabloz qu'elle devait se présenter à la police après son éviction du groupe Carnival pour un tweet satirique posté six mois avant de commencer à travailler pour la société (de croisière allemande, AIDA Cruises).

Aussi bien dans le cas décrit ci-dessus que lors de plusieurs autres incidents ultérieurs de harcèlement en ligne, y compris des menaces de mort et de nouvelles tentatives pour empêcher Chabloz de se produire, la police du Derbyshire ne s'est pas donné la peine de prendre les mesures appropriées contre les coupables.

L'ordinateur portable étant désormais entre les mains de la police, les concerts de Chabloz sont en attente puisque l'appareil contient toutes ses partitions, ses pistes playback et ses logiciels indispensables à ses représentations. L'avocat de Chabloz a déposé une demande légale pour essayer de récupérer l'appareil ainsi qu'un téléphone mobile également saisi.

Chabloz est renvoyée au 12 janvier dans l'attente d'une décision du Ministère public.

En outre, le 19 novembre, Chabloz a reçu une citation à comparaître devant la Cour des magistrats de Westminster dans le cadre d'une poursuite privée intentée contre elle par Gideon Falter, directeur de l'œuvre de "bienfaisance" enregistrée au Royaume Uni sous le nom de "Campagne contre l'antisémitisme". Falter accuse Chabloz d'utiliser les médias sociaux pour commettre une infraction qui viole la Loi sur les communications de 2003 en postant sur YouTube une vidéo de sa chanson "Survivors". La chanson a recueilli plus de six millions, pardon, plus de six mille vues à l'heure qu'il est.

L'audience aura lieu le 15 décembre à 10h00.

__

Nous penserons à elle le 15 décembre !

lundi 28 novembre 2016 13:16

Aff. Gröning: Honte irrémissible de la justice allemande

La chronique de Bocage
Source :
L'essentiel

Oskar_Groning.jpg

Oskar Gröning

Peine confirmée pour Oskar Gröning

La justice allemande a confirmé la peine de quatre ans de prison infligée à l'ancien comptable d'Auschwitz de 95 ans, condamné pour "complicité" dans le meurtre de 300 000 Juifs.

La Cour fédérale de Karlsruhe (sud-ouest) a rejeté le 20 septembre le pourvoi en cassation déposé par le nonagénaire après sa condamnation en juillet 2015 par le tribunal de Lunebourg (nord), a indiqué l'avocat d'Oskar Gröning, qui dit avoir reçu "ce matin" la décision de la Cour suprême allemande qui rend le jugement définitif. La Cour a également rejeté le pourvoi de plusieurs parties civiles qui contestaient le jugement. Cette décision était très attendue par les juristes allemands car elle confirme pour la première fois un jugement pour "complicité" dans l'Holocauste, SANS PREUVE D'ACTES PLUS PRÉCIS (souligné par Bocage) dans le processus d'extermination.

Condamné en 2011 à cinq ans de prison pour complicité en vertu de sa seule présence au sein du camp, John Demjanjuk, ex-gardien de Sobibor, s'était déjà pourvu en cassation. Mais il était décédé pendant l'examen de son pourvoi, sans que la Cour n'ait pu trancher son cas et valider ou invalider cette conception élargie de la responsabilité. "Cette décision (...) dit finalement de façon claire que tous ceux qui ont fait partie" du processus d'extermination d'Auschwitz "partagent la responsabilité et la culpabilité", a estimé dans un communiqué Christoph Heubner, du comité international d'Auschwitz. "Cela va lancer un message durable pour les futurs procès liés au génocide", a-t-il ajouté.

"Faute morale"

Le pourvoi en cassation étant suspensif, Oskar Gröning est actuellement libre. Le parquet va maintenant déterminer si l'état du nonagénaire est compatible avec la détention, ce qui semble peu probable compte tenu de son âge. Oskar Gröning, qui avait assumé une "faute morale" et présenté ses excuses, avait été condamné le 15 juillet 2015 à quatre ans de prison pour avoir accepté "un travail de bureau sûr" à Auschwitz, camp emblématique de l'Holocauste.

L'Allemagne a jugé ces dernières années plusieurs anciens nazis dans des procès qui illustrent la sévérité accrue, mais tardive, de la justice à leur égard. Quelque 1,1 million de personnes, dont un million de Juifs, ont péri entre 1940 et 1945 à Auschwitz-Birkenau, libéré par les Soviétiques, fin janvier 1945.

vendredi 25 novembre 2016 10:19

Bruno Gollnisch pour l'abrogation de la loi Gayssot

La chronique de Bocage
Source :
Bruno Gollnisch

chard_-_loi_gayssot.jpg

Mise en ligne le 24 novembre d'une interview de Bruno Gollnisch datant de la veille 23 novembre :

Question : Il y a des lois en France qui empêchent (...) ?

Réponse : Ça fait partie des lois liberticides : la loi Pleven, que l'on interprète dans ce sens, autrement dit qui tend à empêcher tout discours critique sur l'immigration ; la loi Gayssot, qui tend à interdire tout discours critique sur l'histoire officielle contemporaine -- et je m'insurge contre le fait que, encore aujourd'hui, non seulement d'ailleurs en Allemagne où, je crois, il y a une personne de 88 ans qui vient d'être condamnée à deux ans de prison, en France il a été requis aussi de la prison ferme, c'est absolument monstrueux ; et puis la loi Perben sur la prétendue homophobie, qui empêche de porter tout jugement moral précisément sur l'homosexualité (...) ; et puis la loi Taubira sur l'esclavage, et que sais-je encore. TOUTES CES LOIS DOIVENT ÊTRE ÉRADIQUÉES (souligné par Bocage), toutes ces lois doivent être annulées ; on doit en revenir à la grande loi de 1881 sur la presse dans sa version originale, c'est-à-dire exclusivement, comme restrictions à la liberté d'expression: l'injure et la diffamation. (...)

Extrait :

ligne_verte.gif

Le livre de Jean Bricmont "La république des censeurs", contient un chapitre intitulé La "négation de l'histoire" et les lois "mémorielles". Vous y trouverez décrites, l'affaire Faurisson/Chomsky, l'affaire Gollnisch, l'affaire Reynouard, et d'autres. Le livre est disponible ici.

Jean Bricmont - La république des censeurs

Il n'y a rien d'extrême à défendre les principes fondamentaux de toutes les constitutions démocratiques et à proclamer, comme le stipule l'article 11 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen (1789) que : "La libre communication des pensées et des opinions est l'un des droits les plus précieux de l'homme".

La Cour européenne des droits de l'homme quant à elle considère que la liberté d'expression vaut aussi pour les opinions "qui heurtent, choquent ou inquiètent l'État ou une fraction de la population".

Pour le Comité des droits de l'homme de l'ONU : "Les lois qui criminalisent /'expression d'opinions concernant des faits historiques sont incompatibles avec les obligations que le Pacte impose aux États parties en ce qui concerne le respect de la liberté d'opinion et de la liberté d'expression."

mercredi 23 novembre 2016 20:41

Le Pr Faurisson à nouveau condamné

La chronique de Bocage
Source :
Ledauphine.com

Robert_Faurisson__-_Interview_Meta_Tour.jpg

Tépa et Robert Faurisson, interview Méta Tour

Le négationniste Robert Faurisson à nouveau condamné

Robert Faurisson, qui conteste l’existence des chambres à gaz depuis plusieurs dizaines d’années, a de nouveau été condamné pour négationnisme à une peine de 10 000 euros d’amende qui peut se transformer en emprisonnement en cas de non-paiement.

Un site web condamné pour avoir diffusé la vidéo

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné l’ancien professeur de littérature de l’université de Lyon, désormais âgé de 87 ans, à 100 jours amende à 100 euros.

Une peine de jours amende implique que le condamné voit cette peine transformée en emprisonnement s’il ne s’acquitte pas de la totalité de l’amende.

Le responsable de la publication sur internet de la vidéo de l’interview dans laquelle ont été tenus les propos poursuivis a quant à lui été condamné à 100 jours amende à 10 euros.

9 000 € de dommages et intérêts à verser

Les deux prévenus ont en outre été condamnés à verser ensemble 6 000 euros de dommages et intérêts à la Licra (ligue contre le racisme et l’antisémitisme) et 3 000 euros au BNVCA (Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme).

S’y ajoutent respectivement 1 500 et 1 000 euros à régler au titre des frais de justice.

ligne_verte.gif

Aux vues du verdict énoncé contre Robert Faurisson et Méta TV, conclure que les juifs n'aiment pas cette vidéo serait un euphémisme, c'est donc avec plaisir que nous vous la mettons à disposition.


Vous pouvez télécharger la vidéo facilement en faisant clic droit ici,
puis "Enregistrer la cible du lien sous", puis "Enregistrer".

N'hésitez pas à re-uploader cette vidéo partout sur Internet

lundi 21 novembre 2016 15:34

Ursula Haverbeck condamnée pour la huitième fois

La chronique de Bocage
Source :
Deutschlandfunk

Ursula_Haverbeck__11.jpg

Ursula Haverbeck

Verdict du procès d'Ursula Haverbeck de ce jour :

2 ans et demi de prison !!!

(qui s'ajoutent donc aux 2 ans 1/2 déjà prononcés).

Le juge Christoph Neelsen - un nom à retenir - a suivi les réquisitions du procureur et dit avoir fondé sa décision sur le fait que Ursula Haverbeck ne faisait pas preuve d'intelligence puisqu'elle conteste catégoriquement l'Holocauste alors qu'elle devrait mieux se renseigner...

dimanche 20 novembre 2016 15:23

Ursula Haverbeck en procès demain à Verden

La chronique de Bocage
Source :
LZ.de

ursula_haverbeck_6.jpg

Ursula Haverbeck

Notre "Grande Dame allemande" révisionniste Ursula Haverbeck, 88 ans, passera à nouveau en jugement lundi devant le Tribunal cantonal de Verden, près de Brême. Elle est poursuivie en raison de certaines de ses contributions au journal "Stimme des Reiches" (la Voix du Reich) où elle aurait "nié l'Holocauste".

On se souvient qu'elle a déjà été condamnée à près de 2 ans et demi :
- à Hambourg à 10 mois de prison ferme ;
- à Detmold, à 8 mois de prison ferme ;
- à Bad Oeynhausen à 11 mois de prison ferme.

A l'heure qu'il est, ces peines ne sont pas encore exécutoires car Ursula Haverbeck a fait appel...

En tout cas elle fait preuve d'une belle énergie et d'un courage admirable !

ligne_verte.gif

Ursula Haverbeck - Avril 2016

vendredi 18 novembre 2016 10:13

Radio Courtoisie, sur l'échange Enthoven / Reynouard

La chronique de Bocage
Source :
Radio Courtoisie

Raphael_Enthoven_2.jpg

Entendu aujourd'hui, 18 novembre, au "Bulletin de réinformation" de la radio libre Radio Courtoisie:

L’invitation du jour

Le 8 novembre dernier, Raphaël Enthoven, journaliste à Europe1, attaquait Vincent Reynouard sur le sujet des chambres à gaz homicides. M. Reynouard vient de lui proposer la tenue d’un échange libre et courtois sur la question. Le débat ne pouvant avoir lieu en France pour cause de loi Gayssot, Vincent Reynouard invite Raphaël Enthoven à venir en Grande Bretagne, où le blogueur a dû s’exiler pour échapper à la prison. Le journaliste pourra être accompagné de l’historien de son choix. Pour l’instant, silence radio du côté de l’ex concubin de Carla Bruni…"

En réalité, comme le savent nos correspondants, R. Enthoven a décliné cette invitation et Vincent Reynouard lui a répondu par une vidéo qui est un véritable régal.

lundi 14 novembre 2016 08:40

Fred Töben encore débouté en appel

La chronique de Bocage
Sources :
The Australian
J-Wire

Fredrick_Toben_2.jpg

Fredrick Töben

Il y a un an, le 3 décembre 2015, nous avions écrit ceci à propos de notre ami révisionniste australien Fredrick Töben:

Notre ami révisionniste Fredrick Töben, fondateur de l'Adelaide Institute à Adelaide (Australie), ancien professeur de philosophie, qui a fait de la prison pour révisionnisme en Allemagne et en Australie et est aujourd'hui complètement ruiné, avait déposé plainte contre le quotidien "The Australian" qui, en 2013, l'avait qualifié de "négateur de l'Holocauste, de propagateur d'antisémitisme et de fabricateur de l'histoire" sans lui permettre de se justifier.

Le verdict a été rendu le 30 novembre: F. Töben est débouté. Selon la juge Lucy McCallum, F. Töben avait cherché, "en poursuivant le journal, à faire du tribunal une plateforme pour prétendre que l'Holocauste n'avait jamais existé et propager ses opinions antisémites". Il est coupable d' "abus de procédure" et le fait qu'il ait engagé une procédure en diffamation pour défendre sa réputation est "ridicule".

F. Töben avait fait appel. Or le 4 novembre dernier, la Cour d'appel du NSW rendait son verdict et confirmait une ordonnance de suspension définitive des procédures de diffamation "afin d'empêcher (F. Töben) d'utiliser les tribunaux pour soutenir des opinions interdites sur les juifs et l'Holocauste". Pour la Cour, la raison prédominante de l'action de F. Töben n'avait pas été réellement de défendre sa réputation, mais d'utiliser le procès pour que ses conclusions fassent l'objet d'un compte rendu écrit, et ainsi propager ses opinions.

Il reste encore à F. Töben la possibilité de se tourner vers la Cour suprême d'Australie, à Canberra...

ligne_verte.gif

24 mars 1933, la Judée déclare la guerre à l'Allemagne

Un documentaire de Fredrick Töben


Vous pouvez télécharger la vidéo facilement en faisant clic droit ici,
puis "Enregistrer la cible du lien sous", puis "Enregistrer".

N'hésitez pas à re-uploader cette vidéo partout sur Internet

mardi 8 novembre 2016 09:27

Raphaël Enthoven, fidèle à sa tribu

La chronique de Bocage

Raphael_Enthoven.jpg

Raphaël Enthoven, un "professeur de philosophie"...

Entendu ce matin, 8 novembre, à la radio Europe 1, à 9h, à "La morale de l’info", chronique de l’émission "La Matinale d’Europe 1" avec Raphael Enthoven:

Plus qu’un délit ou un scandale, le négationnisme est d’abord une fausse science

Cinq mille euros seront offerts à quiconque démontrera, au terme d’un débat libre, loyal et courtois, que les chambres à gaz hitlériennes ne sont pas un mythe de propagande. Cette phrase, on la trouve dans l’une des deux vidéos qui ont valu au négationniste Vincent Reynouard 5 mois de prison pour contestation de crime contre l'humanité.

Exactement, il a dit ça ! Je ne peux pas m’attarder ici sur le cas de Vincent Reynouard qui n’est pas seulement négationniste mais ouvertement, de son propre aveu d’ailleurs, nazi et qui n’en est ni à son premier fait d’armes ni à sa première condamnation. En revanche, il est essentiel, je crois, de s’arrêter sur cette phrase, indépendamment de son auteur, parce qu'elle permet de mettre le doigt sur une constante du discours négationniste et qu¹on appelle l'inversion de la charge de la preuve.

C’est-à-dire ?

Que raconte Vincent Reynouard ? Que c’est à ceux qui contestent ses thèses de les invalider. Autrement dit : Vous pensez que j’ai tort ? Alors, démontrez-le, et, si vous n’y parvenez pas, c’est vous qui avez tort et donc moi qui ai raison. Cqfd. Or ça ne marche pas du tout comme ça. Ce serait trop facile : si demain matin, Max, j’affirme que vous êtes un extra-terrestre déguisé en journaliste (et que.. et queŠ), eh bien, mon cher Max, ce ne sera pas à vous de démontrer que je dis des bêtises et vous n’y parviendrez pas, d’ailleurs, puisque tout ce que vous direz sera interprété par moi comme la preuve supplémentaire de votre duplicité. Mais ce sera à moi de démontrer ce que je raconte, sinon on peut tout dire. Celui qui dit n’importe quoi ne peut jamais être démenti.

Et c’est pour ça que Vincent Reynouard est prêt à offrir 5.000 euros au premier qui lui donnera tort.

Ben oui, évidemment, bien sûr ! Il pourrait même aller jusqu’à 500.000 euros, 5 millions ; il (ne) risque pas de les payer. La condition première d’un débat, qui est de critiquer sa propre thèse pour l¹ouvrir aux arguments d’en face, n’est absolument pas réunie. L’idée totalement saugrenue -et toujours en attente de démonstration- selon laquelle, citation, "les chambres à gaz sont un mythe de propagande", est, en un sens, parfaitement irréfutable puisqu’elle est indémontrée. Dire ça est aussi absurde que d’affirmer qu’une théière spatiale est en orbite entre la Terre et Mars (c’est le philosophe Bertrand Russell qui prend cet exemple). Personne, jamais, ne sera en mesure d’affirmer le contraire sauf que ça ne prouve rien. Tout ce qu¹on peut en dire c’est, comme tout et n¹importe quoi, c’est peut-être vrai. Or, le négationnisme, d’un point de vue strictement méthodologique, c’est ça : c’est un tour de passe-passe qui consiste à présenter comme solide une thèse non réfutée, alors qu¹elle n’est irréfutée que parce qu’elle est délirante, et qui, inversant la charge de la preuve, donc, considère, à tort, qu¹on a raison tant que personne ne nous a donné tort.

Et la morale de l’info ?

La morale de l’info, c’est que ce qu'on affirme sans démonstration s’infirme sans arguments."

Vincent, affirmer quelque chose "sans démonstration" ? Il réclame un "débat libre, loyal et courtois" ! Pour se consoler devant tant de mauvaise foi de la part de ce M. Enthoven, on se contentera de relever que l’idée selon laquelle "les chambres à gaz sont un mythe de propagande" est "toujours en attente de démonstration", donc elle sera peut-être un jour démontrée !!!

ligne_verte.gif

Retirer la kippa, très imprudent d'être si prudent

Pour Raphaël Enthoven, il serait imprudent d'être "prudent" en enlevant sa kippa jusqu'à "des jours meilleurs qui ne viendront jamais".

Nul ne devrait en République se cacher d’être juif...

...Tout le monde porte déjà une kippa, que cette kippa soit un voile, une boucle d’oreille, une mini-jupe, un turban ou une écharpe de l’OM. Toute personne attachée légitimement au spectacle de son identité est la victime possible de ce genre d’agresseurs. C’est pour cela que nous pouvons dire que sommes tous juifs."

Il rappelle les propos de Jean-Paul Sartre :

Pas un Français ne sera en sécurité tant qu’un juif en France et dans le monde entier pourra craindre pour sa vie."

ligne_verte.gif

Si le juif n’existait pas, l’antisémite l’inventerait

Il n’est pas nécessaire d’être juif pour être victime de l’antisémitisme. Il suffit d’être désigné comme tel. L’antisémitisme n’a pas besoin du judaïsme, pas plus que la jalousie n’a besoin de la culpabilité du conjoint ou que l’homophobie n’a besoin de l’homosexualité pour traiter n’importe qui de pédé. Ce sont des passions autonomes.

Peu importe aux jeunes barbares de Bussy-Saint-Georges que leur victime soit réellement juive, l’essentiel est de lui taper dessus à ce titre. Le réel ne les intéresse pas, le soupçon leur suffit. N’importe qui fait l’affaire.

Ce qui a le double avantage d’étendre au monde entier le régime de la suspicion tout en réduisant le judaïsme à la seule idée que l’on s’en fait. Ce n’est pas un geste idiot, c’est beaucoup plus grave que cela.

C’est une imputation de judaïsme, en vertu de ce que l’on tient de sa définition. En l’occurrence, est juive ou le serait toute personne qui travaille dans une entreprise dont le nom sonne juif. Or, ce geste-là se retrouve à tous les niveaux.

Souvenons-nous de l’article de Tariq Ramadan, paru en 2003, sur ce qu’il appelait les –intellectuels communautaires-, où il s’en prenait à Pierre-André Taguieff, un chercheur sur l’antisémitisme, qui n’est absolument pas juif. Dans le cas de l’agression de Bussy-Saint-Georges, la méthode est la même et l’erreur est identique.

Ici, comme ailleurs, cela commence par des mots et cela finit par du sang. La morale de l’info est de Sartre : Si le juif n’existait pas, l’antisémite l’inventerait"

vendredi 21 octobre 2016 12:55

De sa prison W. Fröhlich fait une découverte

La chronique de Bocage

wolfgang_frohlich_03.JPG

Wolfgang Fröhlich

De sa prison Wolfgang Fröhlich vient de faire une belle découverte !

Sachant que beaucoup de correspondants se refusent à ouvrir les pièces jointes qu'on leur envoie, nous avons décidé -et on voudra bien nous le pardonner- de diffuser un bulletin plutôt long concernant le prisonnier révisionniste autrichien Wolfgang Fröhlich, ingénieur, 64 ans, enfermé DEPUIS 9 ANS dans la prison de Krems (sans parler de ses emprisonnements antérieurs, toujours pour révisionnisme). Voici deux pièces importantes qu'il vient d'adresser à un de nos correspondants allemands et qu'un autre de nos correspondants a eu la gentillesse de nous traduire (un grand merci à lui !) :

1) Lettre adressée le 7 octobre à un correspondant allemand:

De toute évidence, la panique gagne chez ceux qui incitent à la haine en Autriche et en Allemagne, ce qui les rend encore plus méchants, comme tu pourras le constater à partir des documents ci-joints. Ils n'ont plus aucune barrière morale, si tant est qu'ils en aient jamais eu une.

La menace sur Internet, dont je te parle, remonte déjà à plusieurs mois ! Alors qu'Internet est étroitement surveillé, je n'ai toujours pas été convoqué par le Bundesamt für Verfassungsschutz und Terrorismusbekämpfung (BVT) (équivalent approximatif de la DGSI française, NdT), bien que mon nom, parmi d'autres, y figure ! Ce qui indique clairement que le BVT est parfaitement au courant que ce ne sont pas les "milieux d'extrême droite" qui sont derrière ça, mais bien ces mêmes provocateurs de haine protégés par la justice et qui s'aperçoivent désormais qu'ils "n'ont plus que la peau sur les os" !

Ce renseignement à propos d'Internet provient d'un service de l'Etat, de quelqu'un qui m'a toujours donné des informations fiables. Je n'ai par conséquent aucune raison de douter de son exactitude. Par bonheur, il y a encore quelques personnes intègres dans les administrations de cette république de malfrats.

Un diplomate à la retraite m'écrivait qu'en Israël, on se désolait d'être toujours interpellé en raison de cette propagande exagérée de la Shoah dans l'UE, particulièrement en Autriche et en Allemagne ! La publication de cette statistique de la démographie juive sur la page web du site semi-étatique israelheute, montrant un ACCROISSEMENT DE POPULATION À PARTIR DE 1939, en est possiblement la conséquence ! Ce diplomate a peut-être raison ?

Ce qui correspondrait bien aux constatations de Shmuel Krakowski, le directeur des Archives de Yad Vashem :

"Il s'avéra plus tard qu'un grand nombre de témoignages enregistrés ici dans les archives sont inexacts en ce qui concerne les lieux et les dates. Ils ne résisteraient pas à un examen historique." (Citation tirée du journal "Der Südafrika Deutsche", n° 893 du 16 août 2016.)

(...). Wolfgang Fröhlich

PS : L'auteur de l'article en question, "Le mythe du génocide", s'appelle MICHAEL SELUTIN. Je suis on ne peut plus curieux de savoir si la justice en RFA ou en Autriche émettra un mandat d'arrêt international, voire européen, pour "négation de l'Holocauste" à l'encontre de cet homme !

ligne_verte.gif

2) Une lettre envoyée aux 183 députés du Parlement national. Cette lettre est la 9e lettre d'information que le prisonnier adresse aux députés depuis 2014:

Wolfgang Fröhlich
prisonnier politique
JA-Stein H. Nr. 46484
Steiner Landstrasse 4
5604 Krems/Stein
Autriche

à:
Dr. Karl Renner Ring - 1010 Vienne, Autriche. JA-Stein, le 29 septembre 2016

Mesdames et Messieurs les députés,Je vous informe -comme certains députés le souhaitaient- de l'état actuel de mon dossier.

ÉLÉMENT N°1

Il m'a été rapporté qu'un appel à exercer une violence physique sur des juges autrichiens avait été lancé sur Internet ! Et, ceci en raison de la "terreur judiciaire en Autriche". Cet appel me citait nommément en tant que victime de cette dernière, ainsi que d'autres personnes.

Ceci n'est encore vraisemblablement qu'une tentative pour accoler mon nom à celui de criminels. Ce ne serait pas la première fois. Depuis plus de vingt ans, la justice politique cherche en effet à inverser la situation pour me faire passer pour un criminel ! Mais j'avais pris mes précautions en écrivant au ministre de la justice, M. Wolgang Brandmeier :

"Ma position est qu'il ne faut pas répondre à l'injustice -y compris à la terreur d’État- par une violence qui ne ferait que la perpétuer, mais uniquement par le Droit et la Loi ! Tous ne partagent malheureusement pas ce point de vue, comme m'en informèrent quelques internautes ! La justice autrichienne ressemble fort à un petit enfant jouant avec des allumettes et qui s'étonne ensuite que la maison brûle !"

ÉLÉMENT N°2

Au début de l'année 2016, une statistique était publiée sur le site israélien semi-étatique israelheute sous le titre "Le Mythe du génocide" (cf. pièce jointe n°1 -en référence au génocide supposé ou réel des Palestiniens tel qu'allégué par des médias arabes). Elle démontrait la forte diminution de la population juive mondiale entre 1925 et 1939, en raison des massacres de masse et des pogromes perpétrés par les Bolcheviques dans l'ancienne Union soviétique et dont l'ensemble des victimes fut de l'ordre de 40 millions (d'autres chiffres font état d'un bien plus grand nombre !).

Cependant, DÈS L'ANNÉE 1939, LA POPULATION JUIVE AU NIVEAU MONDIAL AUGMENTE DE NOUVEAU !!!

Nombre d'historiens autrichiens et allemands, de politiciens, la télévision publique ORF, les médias "indépendants" et la justice politique autrichienne s'entêtent pourtant à soutenir le contraire depuis des décennies en affirmant qu'entre 1939 et 1945, pendant la seconde guerre mondiale, 6 millions de juifs, ce qui représente presque la moitié de la population juive mondiale (!), ont été assassinés et ceci, principalement par le Zyklon-B-des-chambres-à-gaz-homicides !

Par ailleurs ces données démographiques publiées sur israelheute.com, en tenant compte des zones de flou propres aux méthodes statistiques, recoupent parfaitement celles de l'Almanach mondial juif pour les périodes concernées. Ces almanachs sont conservés à la bibliothèque nationale autrichienne. Ils sont pourtant interdits de consultation publique -vous ne devinerez jamais pour quelle raison...

Cette page du site Internet israélien évoqué démontre que les hommes politiques et les journalistes israéliens prennent leur distance avec le mensonge crasse que l'on nous sert ici, en Autriche, comme une évidence depuis des décennies ! De quel droit, juges ou procureurs autrichiens, manipulés en coulisse par des politiciens, se permettent-ils d'abuser leur propre population, en suscitant de ce fait la haine et l'antisémitisme : voilà qui est une énigme pour moi ! Leur avantage réside en ce qu'ils peuvent se targuer de la collaboration des historiens, qu'elle soit contrainte ou "achetée" ! Ces escrocs diplômés, comme, par exemple, le professeur Gerhard Jagschitz (*), n'hésitent même pas -conformément aux ordres reçus- à présenter sous serment des rapports falsifiés aux tribunaux pour envoyer des innocents derrière les barreaux !

Avec mes salutations distinguées,
Wolfgang Fröhlich
(Suivent les pièces jointes)

(*) Expert qui avait permis la condamnation du poète révisionniste autrichien Gerd Honsik.

(Penser à noter l'adresse de Fröhlich pour lui envoyer un petit mot ou une carte en allemand...)

samedi 15 octobre 2016 09:58

Un message du professeur Faurisson

La chronique de Bocage

Source :
Rivarol

Rivarol.jpg

Ci-après le message que nous recevions du Pr Faurisson le soir du 13 octobre 2016:

Vous n’êtes pas abonné à "Rivarol" ? Je vous conseille d'en acheter, à raison de 3,50 euros chacune, les livraisons du 13 et du 20 octobre 2016 si vous désirez lire le "Mémoire en défense..." et la "Note de délibéré" que je viens d’adresser 1) au tribunal, 2) au procureur, 3) aux parties adverses dans l'affaire de l’entretien que j’avais accordé à Patrick Dhondt, responsable du site internet MétaTV.

Le "Mémoire en défense..." est long tandis que la "Note de délibéré" est brève. C’est dans cette dernière qu'on lira la semaine prochaine comment s’est déroulée l’audience du 28 septembre à la XVIIe chambre correctionnelle du tribunal de Paris où j’étais défendu par Me Damien Viguier pendant que P. Dhondt avait pour avocat Me Wilfried Paris.

La transcription imprimée dans "Rivarol" de mon "Mémoire en défense..." contient deux légères fautes, toutes deux situées dans la section intitulée "Révisionnisme littéraire : ŒLa méthode Ajax’" : "agrégation de lettres" est à remplacer par "agrégation des lettres" et le certificat C2 que j’avais créé à l’Université Lyon II s’intitulait exactement : "Critique de textes et documents (littérature, histoire, médias)".

Je remercie Jérôme Bourbon d'avoir accordé tant de place à ces "pièces de justice" où, pour sa part, il voit "le testament du professeur Faurisson".

NB : Les conditions d'abonnement à "Rivarol" et autres renseignements figurent au bas de la page 4.

vendredi 14 octobre 2016 10:50

Un mécanicien réviso condamné

La chronique de Bocage

Source :
Bild

Peter_S.jpg

Peter S

Sur le site du très populaire quotidien allemand "Bild" on apprend, le 13 octobre, que la veille avait eu lieu le procès d'un mécanicien de 61 ans, Peter S. (nous n'avons pas réussi à trouver son nom), pour négation de l'Holocauste.

Sous le titre "Négateur de l'Holocauste/Un agitateur sur Facebook doit débourser 2400 euros" et le sous-titre "Une phrase idiote qui coûte cher", on apprend donc que le 12 octobre ce mécanicien passait devant le Tribunal de Aue pour avoir écrit sur sa page Facebook "Il n'y a pas eu de gazages comme l'écrivent les vainqueurs dans l'histoire".

Le procureur Thomas Zahm déclare: "Vous contestez donc l'Holocauste, la destruction systématique de six millions de juifs par les nationaux-socialistes". Verdict: une peine de 2400 euros.

Ce qui a valu, de la part de l'avocat de Peter S., Me Martin Kohlmann (39 ans, avocat du Conseil municipal de Chemnitz), le commentaire suivant que le journal qualifie de "commentaire stupide" :

"Aujourd'hui, plus de gens sont condamnés pour leur liberté d'expression qu'à l'époque de la RDA !"

jeudi 13 octobre 2016 11:25

Aff. Piermée: QPC rejetées. Procès le 24 novembre

La chronique de Bocage

Dans un message du 16 septembre nous signalions que "Le tenace révisionniste (Michel) Piermée", 64 ans, poursuivi pour avoir distribué des tracts révisionnistes dans des boîtes aux lettres à Livron en décembre 2015, était passé en jugement la veille, à Pau, et que le Tribunal avait annoncé qu'il se prononcerait le 6 octobre sur quatre QPC (Questions prioritaires de constitutionnalité) soulevées par son intrépide avocat, Me Philippe Fortabat-Labatut.

Me Fortabat-Labatut nous a fait savoir que, ce 6 octobre, le Tribunal, sur des motifs bien légers (*), "rejette la demande de transmission à la Cour de cassation des questions prioritaires de constitutionnalité" et que pour le fond l'affaire "sera rappelée à l'audience du 24 novembre 2016 à 13h45 devant la Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Pau".

Les correspondants qui pourraient se trouver dans la région de Pau le 24 novembre feront bien de noter cette date dans leur agenda car la plaidoirie au fond ne devrait pas manquer de piquant...

On peut nous réclamer le jugement du 6 octobre.

(*) Me Fortabat-Labatut nous signale, par exemple, que : "on ne nie pas vraiment notre argumentation mais avec une logique éblouissante on dit que dans le cas d’espèce PIERMEE ça ne s’applique pas"...

mercredi 12 octobre 2016 19:35

Anne Frank: deux belles admissions !

La chronique de Bocage

Anne_Frank.jpg

Anne Frank

Le 7 octobre un correspondant allemand nous envoyait en français le message suivant :

Les droits d'auteur du livre d'Anne Frank arrivant à leur fin, après 70 ans, une bataille pour les droits d'auteur futurs sont en pleine route.

Maintenant, surprise surprise, le "Anne-Frank-Fonds" de Bâle, qui détient pour l'instant encore ces droits, déclare que le père d'Anne Frank, Otto Frank, était '"co-auteur" du livre. Ce qu'un certain professeur Robert Faurisson avait déjà révélé il y a des dizaines d'années.

Et, autre surprise, le journal autrichien Die Presse, un journal de gauche oblique, nomme dans son article sur cette affaire le professeur RF sans les diffamations habituelles, parle d'un "Literaturwissenschaftler" (scientifique de littérature) (...).

Quand même. Les temps changent, un peu...

Ce qui lui a valu la réponse suivante du professeur Faurisson :

Je vous remercie bien, cher ami, de ces nouvelles et de vos commentaires.

Il y a, en effet, bien longtemps que j'ai écrit qu'Otto Heinrich Frank, qui maîtrisait mal le néerlandais, avait eu recours pour la version néerlandaise, aux services de la jeune Isa Cauvern, dont la spécialité à Radio Orange était de rédiger des récits. Quand le livre a eu du succès, Isa est venue réclamer à Otto son manuscrit. Otto a refusé. Elle s'est suicidée.

Attention ! Je ne dis pas que son suicide a été nécessairement provoqué par ce refus.

Je rappelle que le père Frank était, comme son frère Herbert, banquier en Allemagne. Tous deux, poursuivis pour affaires véreuses, s'étaient enfuis, l'un en France et l'autre aux Pays-Bas.

Je vous recommande la lecture de ma Préface à la traduction italienne (juin 2000) ; voyez mes "Écrits révisionnistes", V, p.134-149 ou bien "Le 'Journal' d'Anne Frank est-il authentique ?": Préface à la traduction italienne

Voyez aussi: Mes écrits sur le "Journal d’Anne Frank"

Je suis désolé de ne pouvoir consacrer à cette passionnante affaire une minute de plus. Je croule sous la besogne.
RF

Autrement dit, deux admissions : cette fois c'est officiel, le père d'Anne Frank est bien le "co-auteur" du "Journal d'Anne Frank" et le Pr Faurisson est un "scientifique de littérature" ! Google traduit le mot "Literaturwissenschaftler" par "spécialiste de littérature" mais la traduction de notre correspondant nous paraît plus précise.

mardi 11 octobre 2016 18:46

Sylvia Stolz n'ira pas en prison

La chronique de Bocage

Sylvia_Stolz_3.jpg

Sylvia Stolz

Si les juges allemands de Bad Oeynhausen se sont permis aujourd'hui de condamner Ursula Haverbeck à 11 mois de prison ferme, en revanche voici une bonne nouvelle :

- Le 8 octobre, la Cour fédérale de Karlsruhe a annulé une partie du jugement du Tribunal de Munich qui avait condamné Sylvia Stolz ("la Jeanne d'Arc allemande") à 1 an et 8 mois de prison pour des propos tenus en novembre 2012 à l'Association suisse contre la censure AZK (Anti-Zensur Koalition dont nous avons parlé récemment à propos du Suisse Bernard Schaub).

La Cour estime néanmoins que les propos tenus par Sylvia Stolz ont enfreint le fameux article 130, qu'ils doivent donc être punis et que la jeune femme devra être jugée à nouveau à Munich...

Les correspondants qui le souhaitent peuvent nous réclamer les 38 pages de conclusions en défense que Sylvia Stolz avait adressées à la Cour fédérale de Karlsruhe en décembre 2015.

Ursula Haverbeck, 88 ans, condamnée à 11 mois de prison ferme!

La chronique de Bocage

ursula_haverbeck__7_.jpg

Ursula Haverbeck

Un correspondant, que nous remercions, nous envoie la terrible nouvelle suivante :

Aujourd'hui, à 8(8) ans, Ursula Haverbeck vient d'être condamnée à 11 mois de prison ferme pour sédition.

La loi allemande punit l’incitation à la haine contre toute partie de la population. Quiconque nie, minimise ou fait l¹apologie des événements de la seconde guerre mondiale peut être condamné à un maximum de cinq ans de prison. D’après le média allemand "Deutsche Welle", Haverbeck a manqué de respect durant les procédures et fait des commentaires offensants dans la salle du tribunal.

C'était, en effet, aujourd'hui même qu'elle passait en jugement devant le tribunal de Bad Oeynhausen.

- page 1 de 5


WAWA CONSPI